Observatoire

Communication

Musée départemental Matisse - Le Gâteau Cambrésis - Marcel Gromaire, regards sur les collections du musée

Observatoire

Regard(s) : Marcel Gromaire (1892, Noyelles-sur-Sambre (Nord) - 1971, Paris (Paris).

Du 23 juin au 30 septembre, venez découvrir ou redécouvrir des œuvres peu exposées du musée à travers ce 1er accrochage consacré à Marcel Gromaire et composé de 41 dessins à l’encre de Chine et 2 livres illustrés (Macbeth et Dix contes de Gaspard de la Nuit) édités par Tériade.
Les principales thématiques se dégageant du corpus d’œuvres présentes dans la collection sont les paysages, principalement ceux de Noyelles-sur-Sambre, ville natale de l’artiste, et les nus féminins. Ce parcours sera également ponctué de 150 oeuvres de Gromaire (peintures, dessins, sculptures) proposées en regard des oeuvres de Matisse, Giacometti, Herbin… également issues des collections permanentes du musée Matisse. 

Enfin cette exposition sera enrichie des créations photographiques de Philip Bernard « Sur les pas de Marcel Gromaire » commandées en 1992 lors du centenaire du peintre.

Remise du Prix Art de la Ville de Strasbourg à l’artiste Jean-Marc Lacaze, présenté sur le stand de la galerie Aedaen

Observatoire


Alors que s'ouvre aujourd'hui (et jusqu'à lundi 20 novembre), la 22e édition de ST-ART, la foire européenne d'art contemporain de Strasbourg, la Ville de Strasbourg vient de décerner pour la 2ème année consécutive le Prix Art de la Ville de Strasbourg. Ce Prix permet de distinguer un exposant présenté sur ST-ART et de soutenir, grâce à une aide à la production, l’artiste sélectionné. Le lauréat est sélectionné par un jury d’expert indépendant, parmi un choix d’une dizaine d’artistes émergents préselectionnés par la Direction artistique de ST-ART : les « Nominés Prix Art de la Ville de Strasbourg ». Le jury était composé pour cette édition de Estelle Pietrzyk, conservatrice au Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS), et David Cascaro, directeur de la HEAR, Haute École des Arts du Rhin.

Le lauréat 2017 est : Jean-Marc Lacaze, représenté par Aedaen Gallery. Jean Marc Lacaze vit et travaille à la Réunion. Son travail est soutenu par le FRAC Réunion, la DAC Océan Indien, la galerie Opus et la galerie AEDAEN. Actuellement en résidence à Mayotte. Artiste « protéiforme », il ne donne pas de limites stylistiques et formelles à ses expériences et rencontres. Il utilise différents média en fonction de son désir de langage et de sensation plastique. D’un esprit expressionniste, ironique et coloré, il prend soin d’enrichir son regard critique et enjoué sur ce qui l’entoure, quotidiennement, au jour le jour. Dans un doute récurrent et nécessaire, il œuvre pour trouver une simplicité vitale. L’humour via la dérision confrontée à la gravité est un des moteurs bigarrés de son travail.

Son travail est à découvrir sur le stand C28 jusqu'à lundi soir !

ST-ART 2017, 22e édition : du 17 au 20 novembre au Parc des Expositions de Strasbourg

Exposition "Hubert de Givenchy"

Observatoire

Dans le cadre de sa programmation culturelle 2017, la Cité de la dentelle et de la mode dévoile l’œuvre d’Hubert de Givenchy à travers quatre-vingts tenues et accessoires issus de prestigieuses garde-robes privées, des archives de la maison Givenchy ainsi que des collections de musées, dont l’important fonds Givenchy de la Cité de la dentelle et de la mode.

Placée sous la direction artistique de M. Hubert de Givenchy, l’exposition retrace l’ensemble de la carrière du couturier marquée par l’histoire des rencontres décisives ayant jalonné sa vie et façonné son œuvre de renommée internationale. Depuis le coup d’éclat de sa première collection en 1952 où il lance les «separates», pièces individuelles pouvant être mélangées, dont la fameuse «blouse Bettina» à manches volantées en shirting blanche et broderie anglaise noire, jusqu’aux dernières vitrines consacrées aux fastueuses robes de mariée, c’est un parcours thématique où l’œil du couturier nous guide pour nous dévoiler son univers créatif.

Exposition "Hubert de Givenchy" : du 15 juin au 31 décembre 2017 à la Cité de la dentelle et de la mode, Calais

Fondation de l’Hermitage

Observatoire

En 2017, la Fondation de l’Hermitage a le privilège d’accueillir, pour une durée exceptionnelle de sept mois, les joyaux impressionnistes et postimpressionnistes de la collection Bührle. Composée de chefs-d’œuvre d’artistes incontournables des XIXe et XXe siècles, comme Les coquelicots près de Vétheuil de Monet (vers 1879), Le garçon au gilet rouge de Cézanne (vers 1888), ou encore Le semeur au soleil couchant de Van Gogh (1888), cette collection particulière compte parmi les plus prestigieuses au monde.

En dévoilant les trésors de la Fondation E. G. Bührle, la Fondation de l’Hermitage poursuit l’exploration des grandes collections privées suisses qu’elle mène depuis une vingtaine d’années, avec notamment ses expositions dédiées aux collections Weinberg (1997), Jean Planque (2001), Arthur et Hedy Hahnloser (2011), Jean Bonna (2015).

Un chef d’oeuvre dans ton salon! Edmond Un chef d’oeuvre dans ton salon! Frapier ou les estampes de grands maîtres à portée de tous au Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis du 10 membre 2017 au 5 mars 2018

Admin


Edmond Frapier (1878-1960) a toujours recherché, dans sa démarche d’éditeur d’estampes, à favoriser l’accès du plus grand nombre aux oeuvres d’art.

Actif à Paris pendant l’entre deux guerres, il édite sous le nom de la Galerie des Peintre-Graveurs les estampes des plus grands maitres de son époque : Pierre Bonnard, Antoine Bourdelle, Maurice Denis, Aristide Maillol, Henri Matisse, Georges Rouault, Kees Van Donge, Maurice Utrillo et Maurice Vlaminck.

Si le prix de ventes des albums et épreuves varie selon la qualité des papiers et les coûts d’écriture et de traduction des textes, il va parfois du simple au double en fonction de l’acquéreur. Faut-il y voir une stratégie commerciale? Sans doute. Mais peut-être peut-on l’entendre aussi comme l’expression d’une volonté de diffusion plus large, une passion mise en partage.

Le musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, à quelques pas du métro Porte de Paris (Ligne 13), accueille cette exposition en trois temps:

-La salle d’introduction est consacrée à la présentation d’Edmond Frapier (photographies, dessins dont il est l’auteur, oeuvres de Daumier qu’il collectionnait, présentation de la Galerie des Peintres-Graveurs qu’il a fondée, focus sur son projet de diffusion qui aboutit à la création du musée social).

-La salle du Chapitre évoque les différentes étapes de son travail d’éditeur, depuis la sollicitation des artistes jusqu’a la commercialisation des estampes, en passant par les corrections et l’impression. On y voit des tirages annotés par les artistes, des certificats d’effaçage et une presse de l’atelier Delâtre, imprimeur des cuivres d’Edmond Frapier dont le musée possède le fonds d’atelier.

-La salle de la Tribune de Mesdames, le public découvre les collaborations d’Edmond Frapier avec 5 artistes: Maurice Denis, Maurice de Vlaminck, Pierre Bonnard, Aristide Maillol et Georges Rouault.

En parallèle, le musée a renouvelé l’accrochage permanent des 4 salles d’exposition consacrées à la Guerre de 1870 et à la Commune de Paris de 1871.


A découvrir jusqu’au 5 mars 2018 !






OB'ART PARIS ET BORDEAUX - 24 au 26 novembre 2017

Admin

dès vendredi, s'ouvrent simultanément les salons OB'ART Paris et Bordeaux et pour tout le week-end.

C'est le moment de venir découvrir le savoir-faire des artisans créateurs et de réaliser vos cadeaux de Noel !!!!

Ob’Art, la marque de salons métiers d’art à Paris et en région

Savoureux mélange de talent et d’audace, Ob’Art s’inscrit comme la référence française de salons de créateurs métiers d’art.

Créés rétrospectivement en 1998 et 2008, à Paris et à Bordeaux, sous le nom « Cadeaux A p’Art », ils sont renommés « Salon des Créateurs et des Ateliers d’Art » dans un second temps. Le salon Ob’Art Montpellier a quant à lui vu le jour en 2013.

Depuis 2014, les salons de Paris, Bordeaux et Montpellier sont réunis sous un seul étendard : la marque Ob’Art. Les trois dernières éditions des salons ont rassemblé 242 exposants et accueilli plus de 31 300 visiteurs.

Sélectionnés par un jury d’experts, les exposants sont des professionnels des métiers d’art qui conçoivent des pièces dans leurs ateliers et font preuve d’une absolue maîtrise de leur savoir-faire.

Durant trois jours et dans une ambiance conviviale et chaleureuse, Ob’Art permet aux visiteurs de rencontrer des créateurs et de partager avec eux leur passion, leurs inspirations et leur savoir-faire dans tous les secteurs de l’artisanat d’art : bijoux, textile, céramique, art de la table, coutellerie, verrerie, ébénisterie, sculpture, maroquinerie, luminaires, mode et accessoire, mosaïque, chapellerie, gravure, et tant d’autres…

Les salons Ob’Art sont également un événement économique important du secteur des métiers d’art : ils permettent aux exposants d’alimenter et d’élargir leur réseau professionnel et de valoriser et vendre le fruit de leur travail. Ils donnent aussi aux visiteurs l’occasion d’acheter des pièces uniques ou réalisées en petites séries à des prix accessibles à tous !

Les salons Ob’Art de Bordeaux et Montpellier proposent un vaste programme d’animations, de démonstrations et d’ateliers participatifs. Les visiteurs sont invités à entrer dans l’univers des artisans d’art, et à se laisser émerveiller par leur travail de la matière et leur savoir-faire hors du commun !

Présentation Salon Ob’Art Paris

Le salon Ob’Art Paris est un salon d’objets de créateurs qui a lieu chaque année en plein cœur du Marais à l’Espace des Blancs Manteaux.

Ce salon convivial et chaleureux vous donne l'occasion de dénicher des pièces uniques ou réalisées en petites séries et d’aller à la rencontre des artisans créateurs pour partager leur passion, leur savoir-faire et leurs inspirations.

En 2016, Ob’Art Paris a réuni 68 professionnels des métiers d’art : verriers, sculpteurs, vanniers d’art, créateurs de bijoux, bottiers, maroquiniers, céramistes, ébénistes, stylistes…venus de toute la France pour présenter leurs dernières créations.

Durant trois jours, du 24 au 26 novembre 2017, découvrez la richesse et la diversité des métiers d'art et procurez-vous des pièces poétiques et originales à des prix accessibles à tous !

https://youtu.be/b4_DhU3wvyY

Ob’Art Paris – du 24 au 26 novembre 2017 à l’Espace des Blancs Manteaux :

Vendredi 24/11 : 15h - 19h

Samedi 25 et dimanche 26/11 : 10h - 19h

Entrée gratuite tous les jours

Présentation Salon Ob’Art Bordeaux

Le salon Ob’Art Bordeaux est un salon régional d'objets de créateurs qui a lieu chaque année au Hangar 14, et qui fête ses 10 ans d’existence en 2017 !

Ce salon convivial et chaleureux vous donne l'occasion de dénicher des pièces uniques ou réalisées en petites séries et d’aller à la rencontre des artisans créateurs pour partager leur passion et leurs inspirations.

En 2016, Ob’Art Bordeaux a réuni 82 professionnels des métiers d’art : verriers, sculpteurs, vanniers d’art, créateurs de bijoux, bottiers, maroquiniers, céramistes, ébénistes, stylistes, et tant d’autres…venus de toute la France pour présenter leurs dernières créations.

Durant trois jours, du 24 au 26 novembre 2017, découvrez la richesse et la diversité des métiers d'art et procurez-vous des pièces poétiques et originales à des prix accessibles à tous !

Ob’Art Bordeaux propose aussi aux petits et aux grands un vaste programme d’animations, de démonstrations et d’ateliers participatifs. Entrez dans l’univers des artisans d’art, laissez-vous émerveiller par leur travail de la matière et leur savoir-faire hors du commun !

https://youtu.be/b4_DhU3wvyY

Ob’Art Bordeaux – du 24 au 26 novembre 2017 au Hangar 14 :

Vendredi 24/11 : 10h – 18h

Samedi 25 et dimanche 26/11 : 10h – 19h

Entrée gratuite le vendredi – 6.50€ le samedi/dimanche – entrée gratuite pour les -18ans

A retenir : En 2017, Ob’Art Bordeaux fête ses 10 ans d’existence !


Le Chic français - Images de femmes 1900 - 1950 au Palais Lumière d'Evian du 28 octobre 2017 au 21 janvier 2018.

Admin

Avec plus de 300 œuvres (photographies, magazines, dessins,…), l’exposition au Palais Lumière porte un regard rétrospectif sur l’histoire de la photographie de mode au début du XXème siècle en France, dont l’évolution est étroitement liée à celle de la place de la femme dans la société.

Les débuts de la photographie de mode sont timides et peu audacieux. De nombreux magazines diffusent la mode au début du XXème siècle mais le dessin y occupe une place prépondérante. Si dans les médias, la place de la photographie de mode connaît un essor similaire à celui de la photographie en général, jusque dans les années 1920 les contraintes liées aux techniques d’impression ne favorisent pas son utilisation. Les photographes travaillent en studio, les modèles restent statiques et les mises en pages sont rigides et peu inventives. Cette manière de mettre en scène la mode et le vêtement est évidemment à mettre en correspondance avec le statut de la femme dans la société. Dans les années 1920-30, une « Nouvelle Vision » s’impose. Des photographes comme Jean Moral, Maurice Tabard, André Steiner, pratiquent une photographie résolument moderne et différente. Pendant l’entre-deux guerre, la photographie et les magazines accompagnent et soutiennent l’émancipation des femmes. Les photographes multiplient les expérimentations formelles, inventent des angles de prises de vue spectaculaires, proposent des cadrages audacieux et des sujets modernes ; ils offrent une nouvelle image de la femme, une « vision » enfin libérée.Véritables touche-à-tout, ces photographes, recrutés par le monde de la mode, mettent leur savoir-faire éprouvé au service des magazines et contribuent à diffuser l’image d’une féminité moderne, chic, dynamique et urbaine. Les séances enfin libérées des studios, et réalisées dans les rues de Paris participent pleinement à la reconnaissance de Paris comme capitale de la mode.