[EVENEMENT] Salon International du Patrimoine Culturel par les Ateliers d’Art de France, 22e édition

Thème : Les chantiers remarquables du patrimoine Carrousel du Louvre, Paris

Du 03 au 06 novembre 2016

2016 : un Salon du patrimoine culturel remarquable
La 22e édition du Salon International du Patrimoine Culturel, évènement de référence des acteurs majeurs du secteur, se tiendra du 3 au 6 novembre 2016 au Carrousel du Louvre à Paris. 340 exposants français et étrangers seront présents, professionnels de la restauration et de la sauvegarde du patrimoine bâti ou non bâti, matériel ou immatériel représentant près de 40 métiers.
Cette année, le salon mettra à l’honneur les « Chantiers remarquables » Dynamisée par une session 2015 record, l’édition 2016 mise à nouveau sur la qualité, autour du thème des « Chantiers remarquables du patrimoine ». Ces travaux mettent en avant l’excellence et la singularité de savoir-faire des lieux, qu’ils soient publics ou privés. Ces chantiers nécessitent l’intervention de multiples corps de métiers, parfois rares. Architectes, entrepreneurs du bâti et maints métiers mêlent avec talent, respect de la tradition et volonté de repousser les limites de leurs technicités. Le thème prendra place sur le salon à travers des réalisations d’exposants présentées sur leur stand mais aussi par des conférences et des projections de films.

[DERNIERS JOURS] Exposition Anne Valérie Hash. Décrayonner à la Cité de la dentelle et de la mode, Calais

Jusqu’au 13 novembre 2016

La Cité internationale de la dentelle et de la mode invite Anne Valérie Hash, créatrice essentielle de la scène francaise. Anne Valérie Hash est une des rares maisons à avoir obtenu le prestigieux label de la Haute Couture.
Cette exposition, la première à lui être consacrée en France, explore ses 13 premières années de création. Depuis « fillemâle », sa première collection en 2001, Anne Valérie Hash affirme son style. Cette première expérience fait signature : un vestiaire masculin totalement débâti pour élaborer un vestiaire exclusivement féminin. Déconstruire pour mieux reconstruire, tel est le précepte qui lui sied le mieux. Elle équilibre les notions de modernité et de tradition. Elle déséquilibre les symétries et les volumes. En 2014, elle décide de marquer une « pause », pour mieux revenir sur les devants de la scène en 2016.
L’exposition « Anne Valérie Hash. Décrayonner » détaille le geste créatif. Une centaine de pièces et des documents exclusifs décodent cette harmonie des contraires.

[DERNIERS JOURS] Paysages contemporains, les 30 ans du parc de sculptures du Domaine de Kerguéhennec

[DERNIERS JOURS] “LEE Bae” au Domaine de Kerguéhennec, Chapelle

Jusqu’au 06 novembre 2016

L’artiste LEE Bae, largement reconnu en Corée, investit la chapelle du Domaine de Kerguéhennec pour une création in situ.

Les 30 ans du Parc de sculptures du Domaine de Kerguéhennec
Jusqu’au 06 novembre 2016

L’exposition présentée avec le Frac Bretagne questionne le paysage dans la diversité de ses dimensions – esthétique, économique, culturelle, politique… C’est l’un des axes forts de la collection du Frac Bretagne, depuis sa création, et de la programmation artistique du Domaine. L’exposition investit la totalité des espaces (château, écuries, orangerie, parc). On y trouve, entre autres, des œuvres des artistes présents dans la collection du parc (Richard Artschwager, Élisabeth Ballet, François Bouillon, Jean-Gabriel Coignet, Ian Hamilton Finlay, Toni Grand, Étienne Hajdu, François Morellet, Maria Nordman, Jean Pierre Raynaud, Carel Visser). Une occasion, souvent, de mettre en regard pratique d’atelier et pratique d’in situ et de vérifier, s’il le fallait, combien ces pratiques sont indissociables et se nourrissent l’une l’autre, dans le continuum, pas forcément linéaire, d’un processus de création toujours complexe.

[EXPOSITION] De la caricature à l’affiche, 1850-1918 au Palais Lumière, Evian

05 novembre 2016 – 08 janvier 2017

Le Palais Lumière d’Evian, après le musée des Arts décoratifs, propose de mettre en lumière l’apport des caricaturistes à l’histoire de l’affiche entre 1850 et 1918.
Le début du XXe siècle marque la fin d’une génération, Toulouse Lautrec, Chéret et Mucha. Leur absence crée alors un sentiment de vide d’autant plus fort que leurs images étaient devenues omniprésentes sur les murs de Paris. Un vide qui a pu laisser s’installer l’idée que l’art de l’affiche était resté moribond jusqu’en 1918. C’est mal connaître le rôle joué par les dessinateurs de presse et les caricaturistes durant cette période car, très vite, les annonceurs repèrent leur trait acerbe, leur maîtrise du raccourci, leur art de l’ellipse, qui rejoignent admirablement les premières théories publicitaires. Ces dessinateurs prennent le relais et renouvellent le genre en profondeur : parmi eux Jossot, Sem, Barrère, Guillaume Gus Bofa, Roubille ou Cappielo, autant d’artistes qui ont inspiré Cabu ou Wolinski.
Réalisée à partir des collections du musée des Arts décoratifs, l’exposition retrace ce moment de l’histoire de l’affiche intimement liée à l’histoire de la presse, aux contextes politiques et économiques depuis 1850, un moment clé de l’histoire de la publicité.

[TABLE RONDE] CHERCHEZ LES FEMMES : recognizing women artists today – Dimanche 16 octobre à 17h au Mona Bismarck American Center

À l’occasion du 30e anniversaire du Mona Bismarck American Center

et du National Museum of Women in the Arts (Washington D.C), la directrice du NMWA Susan Fisher Sterling introduira la table ronde sur le rôle des artistes femmes dans l’histoire jusqu’à nos jours. Participeront à la discussion Fabrice Hergott, directeur du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Camille Morineau, co-fondatrice et présidente d’AWARE (Archives of Women Artists, Research & Exhibitions), Floriane de Saint Pierre, femme d’affaires et collectionneuse d’art, et l’artiste contemporaine Elsa Sahal. En comparant la situation des femmes artistes en France et aux États-Unis, ainsi que les initiatives récentes pour leur donner plus de visibilité dans les institutions publiques et les galeries, ce débat permettra de partager idées et opinions sur un sujet toujours autant d’actualité.

Tout savoir sur : http://www.monabismarck.org/?lang=fr

[EVENEMENT] PERFORMANCE : A CATALOGUE OF STEPS, DD DORVILLIER – Mona Bismarck American Center,

dans le cadre de FIAC PARADE

Vendredi 21 octobre à 19h
Gratuit

Débuté en 2012, A catalogue of steps de la chorégraphe DD Dorvillier est un ensemble de plus 300 fragments chorégraphiques tirés des vidéos de ses oeuvres créées à New York entre 1990 et 2004, classés en un catalogue selon une taxonomie inventée. Dans le cadre du Festival Parade de la FIAC, A catalogue of steps at the fair est une collection de fragments choisis spécialement pour trois lieux parisiens : les salons de réception et jardins du Mona Bismarck American Center, le Jardin des Tuileries, et les salles de l’Orangerie. La répétition en boucle des fragments dans chaque site, les différences entre les corps des danseurs et les lieux visités, permettent la création d’un espace de contemplation pour le visiteur.

[JARDIN & PAYSAGE] Les nouveautés Jardin et Paysage aux éditions Ulmer.

[JARDIN & PAYSAGE] Les nouveautés Jardin et Paysage aux éditions Ulmer.

« JARDINS D’HIVER Une saison réinventée » par Cédric Pollet
Parution le 29 septembre 2016

« JEAN MUS : JARDINS MÉDITERRANÉENS CONTEMPORAINS »,
Photos : Philippe Perdereau Texte : Dane McDowell
Parution le 13 octobre 2016.

« LES NOUVEAUX PAYSAGES DE LA VIGNE » par Christiane Camou, Françoise Dubarry, Philippe Perdereau.
Parutions le 13 octobre 2016

[TABLE RONDE] CHERCHEZ LES FEMMES : recognizing women artists today

Dimanche 16 octobre à 17h

À l’occasion du 30e anniversaire du Mona Bismarck American Center et du National Museum of Women in the Arts (Washington D.C), la directrice du NMWA Susan Fisher Sterling introduira la table ronde sur le rôle des artistes femmes dans l’histoire jusqu’à nos jours. Participeront à la discussion Fabrice Hergott, directeur du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Camille Morineau, co-fondatrice et présidente d’AWARE (Archives of Women Artists, Research & Exhibitions), Floriane de Saint Pierre, femme d’affaires et collectionneuse d’art, et l’artiste contemporaine Elsa Sahal. En comparant la situation des femmes artistes en France et aux États-Unis, ainsi que les initiatives récentes pour leur donner plus de visibilité dans les institutions publiques et les galeries, ce débat permettra de partager idées et opinions sur un sujet toujours autant d’actualité.

[EXPOSITION] Carte blanche à Noé Duchaufour-Lawrance Mobilier national, Galerie des Gobelins, Paris 20 octobre 2016 – 04 janvier 2017

Imaginez-vous, seul(e), déambulant dans une grande demeure, passant de pièce en pièce, où chacune serait occupée par des meubles recouverts d’un drap blanc. C’est ce voyage que nous propose le jeune designer Noé Duchaufour-Lawrance dans sa Carte blanche de la Galerie des Gobelins. Les dernières créations du designer réalisées avec l’Atelier de Recherche et de Création (ARC) du Mobilier national (collection Transmissions) sont en effet inspirées par l’imagerie collective des silhouettes de meubles fantomatiques recouverts de tissus blancs qui sommeillent à l’abri des grandes maisons.

Tout savoir sur http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/fr/accueil

[PERFORMANCE HORS LES MURS] LYNDIA LUNCH & WEASEL WALTER à la Maison de la Poésie

Poésie

Jeudi 13 octobre à 19h

Le Mona Bismarck American Center et la Maison de la Poésie ont le plaisir d’inviter Lydia Lunch, reine de la no wave, muse du cinéma transgressif, écrivaine, musicienne, artiste du spoken word et photographe, pour interpréter Brutal Measures avec Weasel Walter, multi- instrumentaliste et compositeur originaire de New York. Cette dernière collaboration combine la dynamique du spoken word histrionique de Lydia Lunch et la virtuosité d’improvisation de Weasel Walter, pour créer une soirée de vérité musicale intime, provocatrice, voire hilarante, à la Maison de la Poésie.

[EVENEMENT] Tombée de métier Mobilier national, Galerie des Gobelins, Paris 20 octobre 2016 – 04 janvier 2017

Le jour de la tombée de métier, moment où l’on détache l’oeuvre de son support, l’artiste et l’artisan découvrent ensemble la réalisation dans son intégralité. C’est un moment d’émotion intense. L’aventure, qui s’achève à cet instant, a débuté plusieurs années auparavant. Cette aventure est avant tout l’histoire d’une rencontre entre un artiste et des artisans d’art.

L’édition 2016 « Tombée de métier » présente les dernières créations de tapisserie, tapis et dentelle de 15 artistes venant d’horizons très divers : André-Pierre Arnal, Michel Aubry, Albert Ayme, Erik Boulatov, Daniel Chompré, Stephen Craig, Sheila Hicks, Nathalie Junod Ponsard, Klaus Rinke, Pierre Mabille, Claire Pichaud, Ghislaine Portalis, Frédéric Ruyant, Jana Sterbak, Jacques Vieille. L’exposition ambitionne également de montrer la vitalité, l’inventivité, la diversité des savoir-faire textiles, d’une part et de valoriser le processus créatif, d’autre part.

Tout savoir sur http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/fr/accueil

[DERNIERES SEMAINES] FONDATION CLAUDE MONET, GIVERNY ouverte jusqu’au 1er novembre 2016

Quand il s’installe à Giverny, le 29 avril 1883, Claude Monet (Paris, 14 novembre 1840 – Giverny, 5 décembre 1926) se prendra de passion pour le jardinage. Le Clos Normand d’abord, puis à partir de 1890, le Jardin d’Eau, témoigneront de son engouement pour les plantes mais aussi pour leur « mise en scène » où il révélera une extrême originalité, réalisant deux jardins qui ne ressembleront à nul autre. S’entourant des conseils avisés d’un Georges Truffaut, échangeant ses expériences avec ses amis Gustave Caillebotte ou Octave Mirbeau, tous deux habiles jardiniers, fervent lecteur des catalogues des pépiniéristes, courant les expositions de plantes et les jardins botaniques, Claude Monet invente des jardins qui évoquent sa peinture, toujours en mouvement, où la lumière révèle les couleurs en vibrations continuelles. Peu à peu abandonnés à la mort du peintre, les jardins seront restaurés à partir de 1977 avant d’être ouverts au public le 1er juin 1980. De mars à octobre, les jardins offrent une succession de floraisons remarquables. Bulbes, annuelles, bisannuelles, vivaces de printemps et d’été, nymphéas, arbustes à fleurs, rosiers, pivoines, vivaces et feuillages d’automne, ce sont des milliers de variétés végétales qui rythment la vie de ces jardins extraordinaires. Ici, le visiteur est convié à une expérience unique, celle de pénétrer au cœur même de l’imaginaire du peintre.

Tout savoir sur http://fondation-monet.com