La Beauté du geste – Sèvres, Manufacture et Musée nationaux

La nouvelle saison de la Cité de la Céramique de Sèvres a pour thème La beauté du geste.

L’ensemble de la programmation s’en fait l’écho avec : l’ouverture d’une École et d’une Galerie des Savoir-faire, des expositions révélant les talents des artistes en résidence et des artisans de Sèvres et de nombreux projets hors les murs.

En octobre 2019, le musée national de la Céramique de Sèvres ouvre la Galerie des savoir-faire. Dans cet espace d’exposition, d’expérimentation et de rencontre, la programmation éclaire les liens entre la Manufacture et le Musée. La Galerie lève le voile sur le processus créatif et les secrets de fabrication des chefs-d’œuvre en porcelaine de Sèvres d’hier et d’aujourd’hui. L’exposition met en scène les métiers d’exception des artisans de la Manufacture en regard des œuvres. La saison La Beauté du Geste à la Galerie se décline en deux volets dont le premier ouvre le 3 octobre prochain.

Contact presse : Apolline Ehkirch – apolline@observatoire.fr

Installation Costumes en fête – 40 ans

40 costumes au Musée de la musique (Cité de la Musique), Paris – Du 20 décembre 2019 au 11 mai 2020

Les Arts Florissants convient les visiteurs de la Philharmonie de Paris à une fête baroque au Musée. Pour l’occasion, le metteur en scène Robert Carsen a choisi quarante somptueux costumes qui ont marqué les plus belles productions lyriques de l’Ensemble. Ils seront présentés jusqu’au printemps 2020 au Musée de la musique. Avec les chanteurs et instrumentistes des Arts Florissants et en collaboration avec le Centre national du costume de scène. 

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Edward Hopper

Fondation Beyeler, Bâle
Du 26 janvier au 17 mai 2020

La Fondation Beyeler présente dans son exposition de printemps 2020 un ensemble d’œuvres d’Edward Hopper (1882-1967), l’un des principaux peintres américains du XXème siècle. Les peintures de Hopper sont l’expression du regard singulier que l’artiste porte sur la vie moderne. Il commença sa carrière comme illustrateur. Aujourd’hui, il est surtout connu pour ses peintures à l’huile, qui témoignent de son intérêt pour l’impact de la couleur et de sa virtuosité dans la représentation de l’ombre et de la lumière. Le thème central de l’exposition est fourni par ses images iconiques des immenses paysages naturels et urbains de l’Amérique. L’exposition réunit des aquarelles et des huiles des années 1910 aux années 1960, offrant ainsi un large et passionnant panorama des multiples facettes de la peinture hoppérienne.

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Le musée de Lodève explore l’art belge à travers les collections du musée d’Ixelles

L’exposition événement du Musée de Lodève en 2019, « Ensor, Magritte, Alechinsky… Chefs d’oeuvre du musée d’Ixelles », offre un éclairage sur les principaux courants développés en Belgique de la fin-de-siècle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Elle illustre la densité, la richesse et la singularité de cette épopée artistique. Oscillant entre des influences internationales et des caractéristiques spécifiquement locales, entre un profond attachement à l’égard du réel et une propension féconde à l’imaginaire, l’art belge se révèle tel une ode à la modernité, la liberté et au non-conformisme.

À découvrir jusqu’au 23 février 2020

Exposition du duo Lucy et Jorge Orta avec la commissaire d’exposition Blandine Roselle

Drawing Lab Paris – Du 13 mars au 20 mai 2020

Alors même que la pratique du dessin est un composant essentiel de leurs projets, Lucy et Jorge Orta n’ont jamais montré le processus complet de leur création. Pourtant, tout au long de son déroulement, leurs dessins témoignent non seulement d’une idée originelle et de sa métamorphose jusqu’à son éclosion sous une forme physique donnée, mais ils nourrissent aussi la réflexion et l’évolution du projet. L’idée est d’activer leurs dessins et d’explorer le développement créatif en tant qu’œuvre à part entière, une œuvre mouvante, changeante, évolutive, en devenir. Le projet de l’exposition consiste à transposer l’atelier (laboratoire d’idées) dans le Drawing Lab, qui devient le laboratoire éphémère des Orta.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Marcel Gromaire (1892-1971)

L’élégance de la force. La Piscine, Roubaix – Du 14 mars au 31 mai 2020

La Piscine – musée d’art et d’industrie André Diligent de Roubaix présente du 14 mars au 31 mai 2020 une importante exposition monographique consacrée à Marcel Gromaire (1892-1971). Inédite par son ampleur et sa richesse, l’exposition présente d’emblée les racines et les sources de l’artiste, son attachement à son village natal de Noyelles-sur-Sambre, dans le Nord. Elle s’attache aussi à la marque du traumatisme de la Grande Guerre et exprime la dimension primitiviste d’un message artistique très singulier, ses connexions avec l’art nègre ou avec l’art roman et gothique. Entre la rigueur de la grille cubiste qui hanta cette génération sur la scène artistique française et l’expressionnisme flamand qui trahit l’origine septentrionale de l’artiste, des premières recherches aux œuvres des dernières années, l’exposition souligne la définition progressive d’une manière personnelle unique et étonnamment reconnaissable, marquée par une géométrisation vigoureuse des volumes, un cerne graphique très présent et une palette simplifiée. Interrogeant tout à la fois l’œuvre graphique et pictural, mais aussi les écrits théoriques qui traduisent la pensée plastique, esthétique et éthique de Marcel Gromaire, l’exposition et le catalogue qui l’accompagne envisagent l’intégralité du parcours de l’artiste et mettent en avant la diversité des thématiques et des techniques abordées.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

RESONATING SPACES – 5 femmes, artistes contemporaines exposées à la Fondation Beyeler

Du 6 octobre 2019 au 26 janvier 2020

L’exposition d’automne de la Fondation Beyeler a cette année pour titre Resonating Spaces. Les artistes représentées seront Leonor Antunes, Silvia Bächli, Toba Khedoori, Susan Philipsz et Rachel Whiteread. Au lieu de chercher à réunir un nombre impressionant d’œuvres dans une présentation de groupe, la Fondation a choisi de se concentrer sur des œuvres exemplaires d’une poignée d’artistes contemporaines, de renommée internationale.

Les œuvres de ces artistes créent par des moyens d’expressions très divers une expérience spécifique de l’espace — par le son, la sculpture ou le dessin. Malgré leur diversité, on perçoit ces œuvres comme des espaces, plutôt que comme des objets individuels. D’un abord discret, elles produisent pourtant un effet puissant. Ces œuvres évoquent des espaces intermittents ouverts entre l’identifiable et l’éphémère. Elles créent des lieux de contemplation, où la faculté de réminiscence se libère et où les images et les souvenirs prennent vie.

TOBA KHEDOORI UNTITLED, 2019 (DETAIL)
Öl, Grafit und Wachs auf Papier, 249,2 x 335,3 cm
Courtesy Fredriksen Family Collection.
© Toba Khedoori
Courtesy Regen Projects, Los Angeles und David Zwirner, New York/London
Foto: Evan Bedford

L’exposition a été conçue par Theodora Vischer, Senior Curator de la Fondation Beyeler, avec Marlene Bürgi, assistante curatoriale.

Lien vers le site de la Fondation Beyeler : https://www.fondationbeyeler.ch/fr/expositions/resonating-spaces/

DRAWING NOW Art Fair

14e édition
Le Carreau du Temple, Paris
Du 26 au 29 mars 2020

La 14e édition de DRAWING NOW Art Fair, première foire d’art contemporain dédiée au dessin en Europe, aura lieu du 26 au 29 mars 2020 au Carreau du Temple, Paris.
Pendant 4 jours, sur les deux niveaux du Carreau du Temple, plus de 70 galeries internationales vous feront découvrir toute la diversité du dessin contemporain d’aujourd’hui et des 50 dernières années.
Et, pour sans cesse approfondir la découverte du dessin contemporain, DRAWING NOW Art Fair multiplie les événements !

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Eric Bourret. Terres

Musée de Lodève – Du 4 avril au 23 août 2020

La «puissance poétique» des images d’Eric Bourret, leur manière «de moduler le visible » a incité le musée de Lodève à inviter Eric Bourret à arpenter, en écho à ses collections, les paysages dont sont extraits les fossiles qui les composent. Car de la même manière que dans les traces d’impacts de gouttes de pluie vieilles de 290 millions d’années, il y a dans l’oeuvre de cet artiste, une «étonnante conjonction temporelle entre une nature vieille de plusieurs millions d’années et un humain qui ne vit qu’un moment abrégé» et ceci grâce à un appareil photographique dont la fonction est d’arrêter précisément le temps». L’exposition Eric Bourret. Terres, propose un parcours constitué à la fois d’une sélection d’images issues de la résidence effectuée par l’artiste dans le Lodévois et Larzac en 2018 et 2019, et d’images plus anciennes (Cradle of Humankind, Afrique du Sud, 2015 par exemple), écho troublant aux parcours dédiés aux Sciences de la Terre et à l’Archéologie du musée.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Peintures des lointains. Voyages de Jeanne Thil

Musée des beaux-arts, Calais
Du 4 avril au 8 novembre 2020

En 2016, la ville de Calais a reçu en legs un ensemble exceptionnel d’œuvres représentatives de toute la carrière de l’artiste d’origine calaisienne Jeanne Thil (1887-1968), offert par son petit-neveu, François Marie Olland. Si Jeanne Thil a peint des décors historiques pour sa ville natale et d’autres villes du Pas-de-Calais, elle est surtout célèbre pour ses toiles inspirées de ses voyages de part et d’autre de la Méditerranée, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Grèce et en Tunisie. L’exposition sera l’occasion de montrer pour la première fois au public une sélection d’œuvres de ce fonds, jamais exposé au public depuis le legs. Aucune exposition monographique n’a été consacrée à Jeanne Thil depuis sa mort. La dernière grande manifestation remonte à 1958, lorsque le musée de la France d’outre-mer à Paris et le musée des beaux-arts et de la dentelle à Calais ont dédié une exposition à l’artiste avec plus d’une centaine d’œuvres. L’exposition a été conçue en partenariat avec le musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Les Soirées aux chandelles

Château de Vaux-le-Vicomte – Tous les samedis soirs du 2 mai au 3 octobre 2020

Le Château de Vaux-le-Vicomte propose à ses visiteurs une expérience onirique et unique : la visite du château et de ses jardins éclairés à la bougie. Les 33 hectares de jardins à la française créés par Le Nôtre, l’architecture de Le Vau et les peintures de Le Brun scintillent sous la lumière de 2000 chandelles. Premier château à proposer des visites nocturnes à la lueur des bougies, le domaine invite à une parenthèse intimiste, hors du temps. 

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Rétrospective Francisco de Goya

Fondation Beyeler, Bâle
Du 16 mai au 16 août 2020

La Fondation Beyeler organise l’une des expositions les plus importantes jamais consacrées à Francisco de Goya hors d’Espagne. Goya est l’un des derniers grands peintres de cour, et le premier précurseur de l’art moderne. Cette exposition a été réalisée en coopération avec le Museo Nacional del Prado de Madrid. Des tableaux rarement montrés, appartenant à des collections privées espagnoles, seront présentés dans le cadre de la Fondation Beyeler, conjointement à des œuvres clés provenant des musées et des collections lesplus célèbres d’Europe et des États-Unis.

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Journées Grand Siècle

Château de Vaux-le-Vicomte – Les 6 et 7 juin 2020

Le Château de Vaux-le-Vicomte, demeure familiale mais aussi haut lieu de fêtes à l’époque de Nicolas Fouquet, vous invite à remonter le temps au cours le temps d’un week-end pour revenir à l’époque du Roi Soleil et des artistes du Grand Siècle ! Chaque année, des milliers de visiteurs costumés et de curieux, venus de France et de l’étranger, se pressent aux portes du château, vêtus de leurs plus beaux habits – souvent confectionnés par eux-mêmes – pour vivre une journée à la cour du XVIIe siècle dans le cadre idéal du palais qui inspira le château de Versailles. Face au succès de cet événement et pour faire perdurer la magie, la Journée Grand Siècle aura lieu, pour la première de son histoire, sur deux jours (samedi et dimanche 6 et 7 juin) ! 

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Les derniers impressionnistes

Musée de Lodève – Du 26 septembre 2020 au 21 février 2021

L’exposition est dédiée à La Société Nouvelle de Peintres et de Sculpteurs, la confrérie d’artistes la plus célèbre et la plus caractéristique d’une des périodes les plus riches de l’art français et européen. A chaque début de printemps, dans la fameuse salle principale de la galerie Georges Petit, sous la présidence de l’écrivain Gabriel Mourey puis du sculpteur Auguste Rodin, le groupe recueillait les applaudissements du public et les louanges de la presse unanime. Seront présentés les œuvres des artistes suivants : Edmond Aman-Jean, Albert Baertsoen, Albert Besnard, Jacques-Emile Blanche, Eugène Carrière, Emile Claus, Charles Cottet, André Dauchez, George Desvallières, Henri Duhem, Gaston La Touche, Ernest Laurent, Henri Le Sidaner, Henri Martin, René Ménard, René-Xavier Prinet, Jean-François Raffaëlli, Lucien Simon et Frits Thaulow.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Exposition Daniel Otero Torres avec la commissaire d’exposition Anaïs Lepage

Drawing Lab Paris – Automne 2020

Tierradentro, en français « la terre de l’intérieur », est le nom d’un site archéologique situé dans une zone montagneuse et escarpée de la vallée du Cauca en Colombie. Célèbre pour ses tombeaux funéraires souterrains dissimulés et ses sculptures monolithiques monumentales, il abrite les vestiges de la culture précolombienne du même nom. Daniel Otero Torres conçoit pour le Drawing Lab une exposition reprenant les principaux espaces et significations d’un tombeau funéraire préhispanique. Intégrant l’architecture aux accents brutalistes du bâtiment dans son dispositif, il crée un tombeau des luttes oubliées consacré à des figures populaires et mythiques délaissées de l’histoire.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot