Fermer cette description

Baptême de la rose Gérald Van der Kemp

Fondation Claude Monet, Giverny Jeudi 19 septembre 2019

Le jeudi 19 septembre 2019, aura lieu à la Fondation Claude Monet à Giverny, le baptême de la rose Gérald Van der Kemp créée par les pépinières et roseraies Paul Croix. Les parrains seront la Comtesse Alix de laRochefoucauld, petite fille de Gérald Van derKemp et Madame Catherine Pégard, présidente du château de Versailles.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Le MusVerre fête ses 50 ans

MusVerre, Sars-Poteries
Du 21 septembre 2019 au 26 janvier 2020

Entre témoignages d’habitants, images d’archives, mise en perspective historique de ses collections et regards d’artistes contemporains, le musée revisite son histoire et propose au visiteur d’ouvrir avec lui de nouveaux chantiers.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Pionniers de la photographie en Suisse Romande – Collection Auer Ory

Musée d’Art et d’Histoire de Genève, Exposition à la maison Tavel – Du 27 septembre 2019 au 29 mars 2020

Grâce au fonds remarquable rassemblé par Michèle et Michel Auer au sein de leur fondation genevoise, c’est l’ensemble des approches des pionniers de la photographie en Suisse romande qui s’illustre à la Maison Tavel. Près de 200 originaux datant des années 1840 à 1865 offrent au public une occasion de découvrir la variété des thèmes et des techniques qui ont marqué les débuts d’un médium aussi décrié qu’admiré.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Ensor, Magritte, Alechinsky… Chefs-d’œuvre du Musée d’Ixelles

Musée de Lodève
Du 28 septembre 2019 au 23 février 2020

L’exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l’art Belge à travers une sélection de chefs-d’œuvre des collections du Musée d’Ixelles (Bruxelles). Ce panorama, offrant un éclairage surles principaux courants développés en Belgique de la fin-de-siècleau lendemain de la Seconde Guerre mondiale, illustre la densité, la richesse et la singularité de cette épopée artistique. Oscillant entredes influences internationales et des caractéristiques spécifiquementlocales, entre un profond attachement à l’égard du réel et une propension féconde à l’imaginaire, l’art Belge se révèle telle une ode à la modernité, la liberté et au non-conformisme.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

La beauté du geste

Musée National de Céramique à Sèvres – Du 3 octobre 2019 au 31 août 2020 

La saison d’octobre 2019 à août 2020 à Sèvres – Manufacture et Musée nationaux a pour thème la Beauté du geste. L’ensemble de la programmation s’en fait l’écho, avec l’ouverture d’une École et d’une Galerie des savoir-faire, des expositions révélant les talents des artistes en résidence et des artisans de Sèvres et des projets hors les murs. Invitation au partage et à la transmission : La Beauté du geste dévoile les secrets d’une institution unique. C’est l’expérience de Sèvres qui s’ouvre à tous ! 

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Resonating Spaces

Fondation Beyeler, Bâle
Du 6 octobre 2019 au 26 janvier 2020

L’exposition d’automne de la Fondation Beyeler aura cette année pour titre Resonating Spaces. Les artistes représentées seront Leonor Antunes, Silvia Bächli, Toba Khedoori, Susan Philipsz et Rachel Whiteread. Au lieu de chercher à réunir un nombre impressionant d’œuvres dans une présentation de groupe, la Fondation a choisi de se concentrer sur des œuvres exemplaires d’une poignée d’artistes contemporaines, de renommée internationale. Les œuvres de ces artistes créent par des moyens d’expressions très divers une expérience spécifique de l’espace — par le son, la sculpture ou le dessin. Malgré leur diversité, on perçoit ces œuvres comme des espaces, plutôt que comme des objets individuels. D’un abord discret, elles produisent pourtant un effet puissant. Ces œuvres évoquent des espaces intermittents ouverts entre l’identifiable et l’éphémère. Elles créent des lieux de contemplation, où la faculté de réminiscence se libère et où les images et les souvenirs prennent vie. L’exposition a été conçue par Theodora Vischer, Senior Curator de la Fondation Beyeler, avec Marlene Bürgi, assistante curatoriale. 

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize : Élisée, une biographie – avec la commissaire Solenn Morel

Drawing Lab Paris
Du 13 octobre 2019 au 9 janvier 2020

Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize revendiquent, depuis leurs débuts, une filiation au mouvement Arts and Crafts, fondé par William Morris, militant pour la réconciliation des arts dits mineurs et des arts intellectuels. Tout à la fois peintres, céramistes, sculpteurs, concepteurs de mobilier, ils affirment une pratique du dessin libérée de ses conventions académiques. Ils ont ainsi naturellement concentré leurs recherches les plus récentes sur la figure et le parcours d’Elisée Reclus, l’auteur notamment de la Nouvelle Géographie Universelle, ancien communard et formidable pédagogue, pour qui la transmission des savoirs devait dépasser les frontières géographiques et sociales. Alors que les mots du géographe libertaire suffisent à faire résonner les bruits de la forêt ou le ruissellement de l’eau, Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize entendent reconstituer, à travers des dessins, des sérigraphies, des impressions sur tissus ainsi que des céramiques aux couleurs vivifiantes, un concentré de paysage, rappelant le plaisir de parcourir la nature, lieu de tonicité et de régénération, selon les propres termes de l’auteur.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Traverser la lumière

Bazaine, Bissière, Elvire Jan, Estève, Le Moal, Manessier, Singier
Art français non figuratif des années 1950-1980
La Piscine, Roubaix
Du 18 octobre 2019 au 19 janvier 2020

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Roger Bissière, Elvire Jan, Jean Bazaine, Jean Le Moal, Gustave Singier et Alfred Manessier fondentun courant artistique appelé «non-figuration». Rapidement affranchis des influences cubisteset surréalistes, ces artistes cherchent à trouverune voie entre la figuration et l’abstraction,soucieux de transmettre l’émotion suscitée par la lecture des phénomènes naturels, notamment les manifestations de la lumière dont ils se sont efforcés chacun selon sa sensibilité de traduire la force depropagation, les mouvements, éclats, reflets ettransparences. Organisée en partenariat avec la Fondation suisse Jean et Suzanne Planque, cette exposition rétrospective sur ce groupe d’artistes encore méconnu de l’art français d’après-guerre fait un formidable écho à l’aventure du Groupe de Roubaix auquel La Piscine consacre désormais une section permanente.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

LE SIÈCLE DE PIERRE SOULAGES

La Ville de Rodez et Rodez agglomération souhaitent célébrer les 100 ans de Pierre Soulages et proposent une série d’événements en relation avec le siècle et l’œuvre de l’artiste. Cette année 2019 permettra également de témoigner de l’exception culturelle de la ville de Rodez. En effet, c’est à Rodez et nulle part ailleurs qu’il est possible de voir la plus importante collection au monde d’œuvres de Pierre Soulages, dans un écrin architectural qui a permis au cabinet RCR Arquitectes de recevoir le Prix Pritzker en 2017 et qui abrite également le café de Michel Bras, élu par ses pairs meilleur chef cuisinier au Monde en 2017. Une excellence qui fait, après 5 ans d’ouverture, du musée Soulages l’un des tous premiers musées de province, lieu culturel emblématique et point fort, aux côtés de la cathédrale et du patrimoine architectural de la ville, de l’attractivité touristique du territoire. Tout au long de l’année, plusieurs événements sont programmés autour de 7 thématiques : Monumental (parcours d’art contemporain dans la ville), Eblouissant (lumières sur et dans la ville), Surprenant (métiers d’art, patrimoine), Musical (concerts, lectures musicales), Gourmand (expression culinaire), Remarquable (les expos des musées), Spectaculaire (art urbain).

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Le Parc Zoologique de Paris

5 ANS D’OUVERTURE, 5 BIOZONES, 5 NOUVELLES ESPÈCES, 5 RENDEZ-VOUS SAUVAGE

Après cinq ans d’ouverture et plus de 4 millions de visiteurs, le Parc Zoologique de Paris est l’un des plus fréquentés de France. Zoo de la capitale, c’est un lieu idéal de reconnexion à la nature apprécié par les visiteurs. Tout au long de l’année, sa programmation riche en événements et en animations variées en fait un site de détente et d’apprentissage unique à Paris.
Le cinquième anniversaire de la réouverture du zoo est l’occasion de relever un nouveau défi avec l’arrivée de nouvelles espèces dans chaque zone géographique. Une année 2019 festive, qui réservera son lot de surprises avec cinq rendez-vous sauvages sur les nouvelles espèces accueillies. Ces rendez-vous privilégiés permettront de tout apprendre sur leur mode de vie, leur environnement et la nécessité de les protéger. Déjà très appréciées du public les années précédentes, ces animations seront organisées dans une nouvelle formule qui garantira une immersion complète dans l’environnement de ces nouveaux animaux.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Les Arts Florissants ont 40 ans !

Fondés en 1979 par William Christie, Les Arts Florissants sont l’un des ensembles de musiques baroque les plus reconnus au monde. Placée sous le signe de la créativité, du partage et du plaisir de la musique, cette formation —qui tient son nom d’un petit opéra de Marc-Antoine Charpentier—, a joué un rôle de pionnier en faisant vivre un répertoire jusqu’alors méconnu et l’imposer sur les plus grandes scènes du monde. Cette année anniversaire sera marque par une programmation internationale riche et festive.

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Château de Vaux-le-Vicomte

2019 : une année tournée vers l’innovation

Le Château de Vaux-le-Vicomte, chef d’oeuvre du XVIIe siècle de l’architecte Le Vau, du peintre-décorateur Le Brun et du jardinier Le Nôtre, réouvre ses portes le samedi 23 mars pour la nouvelle saison. En 2019, le Palais de Nicolas Fouquet proposera notamment deux nouveaux projets innovants à ses différents publics : la création d’un parcours de visite inédit en son 3D et l’installation d’une oeuvre d’art contemporaine et éphémère dans les jardins à la française.
«Plus que jamais, les institutions culturelles doivent s’implanter dans le XXIe siècle et utiliser les moyens modernes pour transmettre leur patrimoine. Le Château de Vaux-le-Vicomte a toujours été synonyme d’audace, aussi, mettre à contribution les technologies innovantes de notre époque au service de l’histoire et de l’art nous paraît une évidence » Ascanio de Vogüé, Directeur Général et co-propriétaire du Château de Vaux-le-Vicomte.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Marie-Pierre Thiébaut (1933 – 2010)

La forme-geste
La Piscine, Roubaix
Du 19 octobre 2019 au 2 février 2020

Formée à la sculpture par Ossip Zadkine, Marie- Pierre Thiébaut collabore en 1967 et 1968, en Algérie, avec l’architecte Fernand Pouillon. La découverte du Sud algérien et de ses constructions traditionnelles aux volumes simples et à ladécoration dépouillée influence durablement sonart, imprégné par la lumière et par une connivence avec la matière et les matériaux, pierre, bronze, bois et plâtre, mais aussi terre, ciment et papier. Ses architecture-sculptures épurées traduisent parfaitement le lien intime que l’artiste entretient avec la nature tandis que ses séries d’empreintes de doigts, paumes, mains, seins et ventres, véritables estampes du vivant, soulignent l’omniprésence du corps de l’artiste au sein du processus créatif. Cette exposition est organisée à l’occasion de l’importante donation d’œuvres de l’artiste, récemment consentie à La Piscine par Michelle Porte.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Les Rubans Ephémères de Patrick Hourcade

Une œuvre d’art éphémère dans les jardins de Vaux-le-Vicomte – Depuis juin 2019

Le jardin de Vaux-le-Vicomte, oeuvre fondatrice des jardins à la française d’André Le Nôtre, vit un changement inédit dans son histoire tricentenaire. Les buis du parterre des boulingrins, âgés et malades, ont été arrachés durant l’hiver 2019 et ont laissé leur place à une oeuvre d’art éphémère, spécialement créée pour le domaine et choisie à l’issue d’une consultation initiée en 2018. L’oeuvre choisie, les Rubans Ephémères, est une création de l’artiste Patrick Hourcade.
Avec audace et modernité, elle rend hommage à l’art visionnaire du jardinier paysagiste du XVIIe siècle.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

L’Affaire Fouquet, une histoire à vivre

Parcours sonore immersif
Château de Vaux-le-Vicomte
Depuis le 6 mai 2019

Dès la réouverture 2019 du domaine et pour la première fois dans un château en France, les visiteurs pourront revivre l’histoire du XVIIème siècle grâce à un dispositif sonore spatialisé. Ce projet, innovant et ambitieux de parcours sonore immersif, a pour objectif de rendre l’Histoire de France plus vivante et plus accessible.
Le récit se concentrera sur différents moments clés de la vie de Nicolas Fouquet (la mort de Mazarin, le complot ourdi par Colbert et Louis XIV, la somptueuse fête avec Molière, l’arrestation par d’Artagnan, etc.) Grâce à cette expérience technologique, le visiteur entendra également l’ambiance sonore autour des personnages dans un parcours immersif de cinéma sonore dont les scènes seront déclenchées automatiquement tout au long du parcours de visite.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Inauguration du nouvel espace Tal Coat

Domaine de Kerguéhennec
Depuis le 30 juin 2019


Le Département du Morbihan possède désormais la plus importante collection publique (un millier d’œuvres) de Pierre Tal Coat. Des œuvres majeures de la collection ont été présentées ces derniers mois dans le cadre d’importantes expositions : au musée Granet d’Aix-en- Provence (40 000 visiteurs) ou actuellement au musée Hébert, musée départemental de l’Isère. Une exposition constituée essentiellement d’œuvres provenant de la collection départementale sera présentée au musée de Pont-Aven de février à juin 2019. A l’été 2019, le château, lieu patrimonial, emblématique et central, accueillera la collection permanente dans un parcours pédagogique présentant la vie de l’artiste, l’évolution de son œuvre et son contexte artistique et culturel. Ce lieu sera ouvert toute l’année.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Une nouvelle salle de découverte pour les familles : « Le carré des mousses »

Musée de la Pêche, Concarneau
Depuis le 18 mai 2019

Le Musée de la Pêche est un lieu vivant. Afin de répondre à son objectif de transmission de la connaissance sur les activités halieutiques et la vie des sociétés littorales, une nouvelle salle de découverte ouvrira aux publics le 18 mai 2019. Entièrement pensé pour les familles, ce tout nouvel espace accueille un ensemble de dispositifs interactifs et ludiques plaçant les visiteurs au cœur d’une expérience inédite de la pêche. Il a bénéficié du soutien du Ministère de la Culture et de l’Association des Amis du Musée de la Pêche actuelle. Cet espace de découverte a été pensé en cohérence avec la collection conservée au musée et intègre les questions liées à la pêche aujourd’hui. Trois grandes thématiques sont abordées : « en mer », « à terre » et « pêcher mieux » qui abordent la problématique de la préservation des ressources. Toutes les activités proposées ont été imaginées pour répondre à cette question : que pêche-t-on aujourd’hui à Concarneau ? L’objectif est de faire découvrir aux familles, la vie d’un port de pêche actuel en testant les différents modules d’expérimentation. Ce nouvel espace clôture le parcours permanentdu Musée de la Pêche. À découvrir à partir du 18 mai 2019 !

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Réouverture du département des Plans-Reliefs

Palais des Beaux-Arts de Lille Une collection révélée, un espace renouvelé depuis le 16 mars 2019

Après un atrium revisité en juin 2017, c’est le département des plans- reliefs, clé de voûte de la rénovation de 1997, qui se révèle sous un regard neuf et original après une restauration hors norme.
Classés Monuments Historiques en 1927
De 1668 à 1870, pas moins de 260 plans-reliefs représentant 150 sitesfortifiés de France furent réalisés à des fins militaires. Il en subsisteaujourd’hui une centaine, dont 14 sont conservés au Palais des Beaux- Arts de Lille. La réouverture des plans-reliefs du musée est menée en étroite collaboration avec le Musée des plans-reliefs de Paris, propriétaire de cette collection inestimable.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Exposition collective The Projective Drawing, avec le commissariat de Brett Littman

Drawing Lab Paris
Jusqu’au 20 septembre 2019

Le Drawing Lab Paris est heureux d’annoncer l’exposition collective The Projective Drawing (‘Le dessin projectif’) conçu par Brett Littman, directeur du Isamu Noguchi Foundation et Garden Museum et ancien directeur du Drawing Center de New York. À l’origine, cette exposition fut organisée pour le Forum culturel autrichien de New York où elle s’est tenue de février à mai 2018. L’exposition s’inspire du livre The Projective Cast, publié en 1995, dans lequel l’historien d’architecture Robin Evans propose une nouvelle explication de notre façon de “voir” l’architecture en incluant toutes les différentes facettes, au niveau du mental, du physique et de l’émotionnel, qui composent l’expérience humaine du bâti. Dans The Projective Drawing le commissaire d’exposition Brett Littmann applique la théorie d’Evans, qui porte un regard sceptique sur le dessin en tant que moyen de compréhension des fondements de l’architecture, pour remettre en question notre compréhension du fonctionnement de la technique du dessin dans la culture contemporaine en mettant en avant les artistes dont les dessins demandent aux visiteurs d’activer une matrice complexe d’idées non traditionnelles dans leur interprétation des oeuvres présentées.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Miroirs

Le miroir, reflets de l’être humain
Musée Rietberg, Zürich
Jusqu’au 22 septembre 2019

Jour après jour, le miroir est l’instance qui nous permet de vérifier notre aspect et de capter notre état d’âme. Il nous accompagne durant toute notrevie, et nous entretenons avec lui une relation intime,même si elle est parfois machinale et distanciée. Que savons-nous de lui, de son histoire, de son utilisation, et que raconte le miroir sur nous-même? L’histoire du miroir s’étend sur plusieurs millénaires. Que ce soit dans l’Egypte ancienne, chez les Mayas du Mexique, au Japon ou en Italie (plus précisément à Venise) mais aussi dans l’art et les films actuels – d’un bout à l’autre de la planète, des miroirs ont été fabriqués dans toutes sortes de civilisations et se sont vus attribuer des significations et des pouvoirs particuliers. A l’aide de 220 œuvres d’art provenant de 95 musées et collections du monde entier, le musée Rietberg met en lumière l’évolution artisanale et technologique mouvementée ainsi que la portée culturelle et sociale de cet intermédiaire qui nous renvoie notre propre reflet. Dans cette exposition, la première d’une telle ampleur consacrée au miroir, il est question du miroir en tant qu’artefact, mais aussi en tant qu’outil de connaissance de soi, d’orgueil et de sagesse, de beauté, de mystique et de magie, ainsi que du miroir de notre époque – le « selfie ». Ce tour du monde à travers l’histoire du miroir auquel nous invite l’exposition commence par un miroir égyptien en bronze et nous conduit en Grèce, en Italie, en Asie, en Iran, en Inde, en Chine, au Mexique, aux Etats-Unis, à Paris, etc.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Jules Adler, Peindre sous la IIIe République

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 22 septembre 2019

Peintre franc-comtois né à Luxeuil-les-Bains, Jules Adler (1865-1952) s’inscrit dans le courant des artistes naturalistes qui ont incarné,à la fin du XIXe siècle, une voie alternative entre les avant-gardes impressionnistes et un art plus officiel qu’on dit académique. À l’origine d’une peinture d’histoire inscrite singulièrement dans son temps, Adler est aujourd’hui un peintre largement oublié malgré une longue et véritable carrière institutionnelle. La rétrospective présentée à Dole et Évian avant Roubaix et Paris, avec le soutien de l’association des Amis de Jules Adler, fait suite au colloque organisé par le musée de Dole en partenariat avec le Centre Georges-Chevrier (Dijon, UMR 7366, université de Bourgogne / CNRS) en janvier 2016. Elle est l’occasion de réécrire et de découvrir l’œuvre complexe de ce peintre, pris entre modernité et académisme, de mieux comprendre ses hésitations formelles et iconographiques, son inscription dans le contexte historique, socio-culturel et politique de la Troisième République.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Picasso, Le regard du photographe

Museu Picasso, Barcelona
Jusqu’au 24 septembre 2019

L’exposition « Picasso, Le regard du photographe » plonge les visiteurs dans l’univers de Pablo Picasso à travers la photographie, une forme d’expression qui est polysémique par nature, car elle génèredes images si diverses qui contiennent toutesles facettes d’un créateur, qui est à la fois auteur, modèle, témoin et spectateur de son travail et desa vie. Cette excursion photographique d’un atelier à l’autre s’efforce de montrer la richesse multidisciplinaire de l’œuvre de Picasso, dans laquelle l’expérimentation est la priorité, quelle que soit la technique ou le médium qu’il emploie. À partir du moment où il a joué le rôle de reporter un été jusqu’à l’utilisation de son image commeicône et de son moi inspiré et enjoué, Picasso a toujours eu une relation complexe et intense avecla photographie et les photographes qu’il a admisdans son intimité créative.

Commissariat : Violeta Andrés, responsable des archives photographiques et de la numérisation,Musée national Picasso, Paris

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Arthur Hoffner

Galerie de Sèvres à Paris
Jusqu’au 28 septembre 2019

En résidence à la Manufacture de Sèvres, Arthur Hoffner réinvente la fontaine d’intérieur. Une exposition lui est consacrée à la galerie de Sèvres*à Paris du 20 juin au 28 septembre 2019.
Après un bac Arts Appliqués à l’Ecole Boulle Arthur Hoffner né en 1990 intègre l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle en 2008. Afin d’élargir ses horizons, il part à l’université des arts de Berlin et effectue des stages au sein de Jerszy Seymour, Théo Mercier, Gerda et Jörg Lenzlinger, Henriot-Quimper, Unfold Studio. En 2011, il remporte le premier prix du concours Cinna avec une lampe en céramique. Il conçoit également, avec Chemsedine Herriche, le mobilier permanent de l’espace jeux vidéos de la Gaité Lyrique à Paris. Juste après l’obtention de son Master avec les Félicitations du jury composé entre autre d’Alain Lardet, d’Olivier Sidet et d’Erwan Bouroullec, il reçoit la Bourse déclic Jeunes. Arthur Hoffner travaille désormais en indépendant sur des projets variés : scénographe pour le théâtre, aménagements d’intérieur, objets en collaboration avec des céramistes, verriers, marbriers. En 2017, il a remporté le prix du public à la Design Parade, Villa Noailles et l’année suivante entre en résidence d’artiste à Sèvres.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

L’Expressionnisme allemand

Chefs-d’œuvre de l’Aargauer Kunsthaus et du Osthaus Museum Hagen
Palais Lumière, Evian
Jusqu’au 29 septembre 2019

Présenter l’exposition L’Expressionnisme allemand – chefs-d’œuvre de l’Aargauer Kunsthaus et du Osthaus Museum Hagen à Évian est très enthousiasmant en ce sens qu’elle ouvre un champ nouveau de découverte après plusieurs années consacrées au Palais Lumière à des artistes français, ou ayant vécu en France, dans la première moitié du 20ème siècle tels que Marc Chagall, Jules Chéret, Auguste Rodin, Raoul Dufy, Pablo Picasso…
Les peintures de l’Expressionnisme allemand sont particulièrement expressives, hautes en couleur, d’une force incarnée. Elles décrivent les perceptions et émotions de la société allemande en ce tout début de siècle, société en pleine mutation sociale, économique, politique à la veille de la Première Guerre mondiale.
L’exposition d’Évian couvre la période qui s’étend de 1905 à 1937. Elle réunit des travaux de tous les groupes d’expressionnistes célèbres, comme Die Brücke (Le Pont), Die Neue Kunstvereinigung München (La Nouvelle association des artistes mu- nichois) et Der Blaue Reiter (Le Cavalier bleu). Elle comprend plus d’une centaine d’œuvres d’August Macke, Christian Rohlfs, Conrad Felixmüller, Cuno Amiet, Emil Nolde, Ernst Ludwig Kirchner, Erich Hec- kel, Franz Marc, Gabriele Münter, Karl Schmidt- Rottluff, Ludwig Meidner, Lyonel Feininger, Max Liebermann, Max Pechstein, Otto Mueller, Walther Bötticher et Wassily Kandinsky.


Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

FRICHE DE L’ESCALETTE SAISON 2019

Jusqu’au 30 septembre 2019

Pour la quatrième saison consécutive, Eric et Elliot Touchaleaume ouvrent à la visite la Friche de l’Escalette située à l’orée du Parc National des Calanques de Marseille. Il s’agit d’un exceptionnel site patrimonial, témoin d’une architecture industrielle d’une usine de plomb du 19ème siècle. Les vestiges de cette usine s’intègrent au paysage rocailleux face à la Méditerranée. Ces colonnades, bassins et murs cyclopéens, ces édifices percés d’arcades et d’oculi évoquant l’architecture néoclassique de Ledoux, ces fours, tunnels et cheminées rampantes, bâtis en pierre et brique, constituent un ensemble architectural d’une ampleur impressionnante et d’une grande poésie. Cette année, un parcours de visite plus étendu est offert aux amateurs de patrimoine industriel remarquable, dans un site naturel grandiose. En résonance avec l’esprit des lieux, Myriam Mihindou présente une installation «Transmissions». Enfin, le public pourra suivre l’aménagement intérieur en cours de deux habitacles de Jean Prouvé, le Pavillon 6X9 et la Maison du Cameroun.


Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

Regards sur les collections : carte blanche aux étudiants des écoles d’art des Hauts-de-France

La créativité demande du courage
Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis Jusqu’au 30 septembre 2019

Le musée Matisse du Cateau-Cambrésis donne carte blanche aux étudiants des écoles d’art des Hauts-de-France pour créer une exposition collaborative à partir de la citation « la créativité demande du courage ». Il s’agit d’une démarche expérimentale dans laquelle la chaîne des acteurs du processus créatif s’associent pour accompagner les jeunes créateurs à déployer le potentiel de leur talent. A l’image de la graineterie familiale Matisse de Bohain-en- Vermandois, lieu d’évocation de la germination, dont Henri Matisse ne cessera d’utiliser la métaphore pour rendre compte des étapes qui conditionnent le principe même de conception d’une œuvre. De manière originale, le musée Matisse constitue un écosystème de ressources et de moyens professionnels permettant à cette pépinière de jeunes graines d’interagir, de mobiliser leur énergie et leur singularité, de leur donner la force de se tourner vers la lumière. En pratique amateur, en remise à niveau, ou encore intégré dans un parcours de spécialité, les étudiants encadrés par leurs enseignants sont invités à produire une réponse inédite à ces questionnements en résonnance avec le maitre des lieux Henri Matisse. Soumis à un jury de professionnels, une sélection des pièces les plus emblématiques seront proposées sous la forme d’un dialogue esthétique dans la salle d’exposition temporaire. La manifestation est marainée par la galerie parisienne SMAGGHE.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Soirées aux chandelles

Vaux-le-Vicomte
Tous les samedis soirs jusqu’au 5 octobre 2019

Tous les samedis soirs du 4 mai au 5 octobre, le château de Vaux-le- Vicomte propose à ses visiteurs une expérience unique : la visite du château et des jardins à la française éclairés par plus de 2 000 bougies. Le domaine invite à une parenthèse hors du temps pour retrouver un peu de la magie de la fameuse fête du 17 août 1661.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Rudolf Stingel

Fondation Beyeler, Bâle
Jusqu’au 6 octobre 2019

La Fondation Beyeler consacrera son exposition estivale 2019 au peintre contemporain Rudolf Stingel. Né en 1956 à Merano en Italie, il vit et travaille à New York et à Merano. Depuis ses débuts, Rudolf Stingel aborde la peinture de manière conceptuelle et autoréflexive, explorant ses possibilités et les limites qui la constituent dans un jeu complexe avec les démarches artistiques, les matériaux et les formes. A côté de séries de peintures abstraites et photoréalistes, il crée des œuvres grand format en polystyrène, des tableaux en métal coulé et des espaces participatifs investis au moyen de tapis muraux, de tapis de sol et de panneaux isolants pouvant être touchés et foulés. Ses œuvres font apparaître les traces aléatoires du temps tout comme des renvois délibérés à leur propre processus de production. L’exposition à la Fondation Beyeler est la première exposition muséale en Europe à présenter les principales séries d’œuvres de l’ensemble de la carrière de Rudolf Stingel. Incluant également de nouveaux travaux créés pour l’occasion, elle offre un aperçu complet de l’œuvre de Stingel et formule des réponses multiples à la question de la nature et des possibilités actuelles de la peinture. Commissaire invité, Udo Kittelmann, directeur de la Nationalgalerie de Berlin, est un connaisseur reconnu de longue date de l’œuvre de Rudolf Stingel. Il conçoit l’exposition en collaboration étroite avec l’artiste spécialement pour les espaces de la Fondation Beyeler.

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

À rebrousse – temps

Musée Camille Claudel, Nogent-sur- Seine
Jusqu’au 6 octobre 2019

Pour sa nouvelle exposition, le musée CamilleClaudel propose un parcours d’art moderne et contemporain. Le fil rouge est celui de la collection du musée : quels sont les échos et les dialogues possibles entre les œuvres du XIXe siècle et celles du XXe ou XXIe siècle ? Comment les artistes aujourd’hui interrogent-ils le monument, les canons de beauté féminins et masculins, la représentation du mouvement, de la danse ou encore la dimension théâtrale de la sculpture ?

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

ENFERMEMENT

Musée d’art et d’histoire Paul Eluard
Jusqu’au 7 octobre 2019

Dans le cadre de cette exposition, le musée d’art et d’histoire Paul Éluard de Saint-Denis présente le travail de 16 artistes qui se sont approprié la notion d’enfermement – comme Claude Lévêque avec La Nuit du chasseur. Il ne s’agit pas pour eux de simplement illustrer sa dimension négative, qui peut évoquer une maladie mentale ou une incarcération. La démarche collective des artistes s’inscrit surtout dans une dynamique de relations protéiformes entre création et patrimoine, dans une rencontre privilégiée avec le musée et ses collections. Contre toutes les formes d’enfermements idéologiques, politiques, psychiques, et en écho au champ social actuel. les œuvres créées tissent des liens inédits avec les lieux du musée, au cœur desquels elles sont exposées.

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Hommage à Victor Segalen – Sur la route du Tokaïdo

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris – Jusqu’au 7 octobre 2019

L’acquisition d’une œuvre majeure, un album de près de 200 estampes ayant appartenu à Victor Segalen (1878-1919), est l’occasion pour le MNAAG de faire cheminer ses visiteurs le long de la route la plus célèbre du Japon : la route du Tokaido. Cette route de la mer de l’Est reliant Edo (l’antique Tokyo) à Kyoto était l’axe majeur du Japon de l’époque d’Edo (1603-1868). Le Tokaido suscita de ce fait une production artistique et littéraire abondante et constituera l’amorce du développement d’un tourisme dans l’archipel. En 1863, le dernier Shogun (autorité militaire détenant le pouvoir de fait au Japon) commande à plusieurs artistes des estampes sur ce thème en une ultime tentative d’allégeance à l’empereur et alors que le système du shogunat est ébranlé. Le shogunat prend fin en 1868 à l’accession de l’empereur Meiji et la promotion d’un « système impérial ». Cet album, présentant l’ensemble le plus complet du « Tokaido processionnaire » connu à ce jour, plus important même que celui détenu à la diète japonaise, appartint à l’écrivain et sinologue Victor Segalen (1878-1919) dont nous commémorons le centième anniversaire de la mort. À l’occasion du dévoilement de cet album inédit récemment redécouvert, le MNAAG a souhaité évoquer l’itinéraire politique majeur politique d’Edo et réunir la série d’estampes la plus célèbre à laquelle elle a donné lieu. En 1833-1834, l’éditeur Hoeido commande à Utagawa Hiroshige (1797-1858) une série de vues qui deviendront célèbres, les Cinquante-trois stations du Tokaido. Grâce au prêt exceptionnel de la Fondation Jerzy Leskowicz, le musée peut présenter pour la première fois au complet cet ensemble célèbre dans une première édition rassemblant des estampes d’une fraîcheur et d’une qualité incomparable. Pour honorer l’œuvre de Victor Segalen, une sélection d’œuvres en lien avec les poésies d’inspiration chinoise de Segalen est présentée au 2e étage. Ombres de Chine regroupe des estampages de stèles archaïques chinoises, des objets archéologiques ainsi que de nombreuses photographies réalisées en Chine par Victor Segalen lors de ses missions successives et rendent tangibles les sources d’inspiration de l’auteur des recueils Stèles et Peintures.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Carte blanche à MR et Pharrell Williams

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris
Jusqu’au 7 octobre 2019

Le musée national des arts asiatiques – Guimet accueille une exposition in situ créée par l’artiste japonais Mr., dont le commissariat est assuré par Pharrell Williams, artiste américain aux multiples talents. L’exposition occupe la rotonde du quatrième niveau, sous le dôme du bâtiment principal. Pharrell Williams est à l’origine de ce projet avec Mr., l’un de ses artistes contemporains préférés. L’installation et les dispositifs qui y sont associés ont demandé plusieurs séances de travail à distance et à l’atelier durant cinq années de collaboration intense. Selon Williams, « les enfants font tourner le monde et ce projet se veut un défi aux dirigeants, sommés d’agir immédiatement, pour un avenir meilleur, un avenir radieux ».

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

SILENCES

Rath, Musée d’Art et d’Histoire de Genève
Jusqu’au 27 octobre 2019

Silencieux, les arts plastiques le sont par essence, comme le rappelle l’expression « poésie muette » qui, dès l’Antiquité, fut employée pour désigner la peinture. Mais toute œuvre d’art est-elle pour autant silencieuse ? Il est des peintures bavardes, criardes même, et il en est d’autres qui se tiennent « coites ». Certaines incitent à l’intériorité dela prière, d’autres ouvrent à la contemplation de l’infini, certaines nouslaissent interdits ou dans l’effroi, d’autres, énigmatiques et secrètes, se ferment à une appréhension immédiate. Mêlant les genres, les motifs et les époques, cette exposition sera centrée sur le silence, envisagé non simplement comme absence de bruit et d’agitation, mais comme une qualité de présence émanant de certaines œuvres et suscitant chez le spectateur une disposition particulière de l’esprit.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Ombres

De la Renaissance à nos jours Fondation de l’Hermitage, Lausanne Jusqu’au 27 octobre 2019

Après le succès de l’exposition Fenêtres, de la Renaissance à nos jours. Dürer, Monet, Magritte…en 2013, la Fondation de l’Hermitage à Lausanne poursuit son exploration des grands thèmes de l’iconographie occidentale, et propose au publicde découvrir les multiples facettes artistiques del’ombre. Avec une sélection inédite de près de 140 œuvres, l’exposition Ombres, de la Renaissance à nos jours offre un parcours à travers 500 ans d’histoire de l’art, et convoque des formes artistiques très variées, allant de la peinture à l’installation, en passant par la sculpture, l’estampe, le dessin, le découpage, la photographie ou encore la vidéo.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

André Masson

Une mythologie de l’être et de la nature
Musée d’art moderne de Céret
Jusqu’au 27 octobre 2019

À l’occasion du centenaire de l’arrivée d’André Masson à Céret (1919-2019), le musée d’art moderne de Céret organise une exposition thématique consacrée à son œuvre.
Le musée poursuit ainsi son exploration de l’œuvre des grands artistes du XXe siècle pour lesquels la période cérétane s’est révélée particulièrement riche et révélatrice. André Masson (1896- 1987) séjourne à Céret dans les années 1919/1920. Blessé dans sa chair et son esprit par les combats de la Première Guerre mondiale, il arrive à Céret en compagnie de Maurice Loutreuil, y rencontre Odette Cabalé qui deviendra sa première épouse, et y fait la connaissance de Chaïm Soutine. Masson peint à Céret plusieurs tableaux de paysages inspirés du cubisme cézannien, une peinture construite dans une gamme de couleurs claires, témoignage en quelque sorte de sa propre reconstruction mentale. Le musée d’art moderne de Céret conserve quatre très beaux tableaux de cette période, dont un point de vue sur la ville et ses environs également choisi par Soutine pour l’une de ses toiles, présentée au musée. Le paysage étant l’un des thèmes majeurs de la collection du musée, et une source constante dans la peinture d’André Masson, c’est le fil conducteur qui a été retenu pour cette exposition. Le sentiment de la nature a accompagné André Masson tout au long de sa vie. La beauté de la nature l’inspire et lui procure un apaisement. Mais la nature est aussi le théâtre d’une cruauté entre espèces qui fait écho aux interrogations existentielles de l’artiste. Masson, à qui un médecin le soignant de ses blessuresde guerre affirma : « N’habitez plus jamais les villes!», mena unecarrière artistique prodigieuse, faite d’itinérances entre Europe et Amérique. Les lieux où l’artiste a vécu, les paysages qu’il aadmirés, transfigurés, peuplés de mythes, seront à l’honneur dansla thématique de cette exposition.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Fondation Claude Monet à Giverny

 Jusqu’au 1er novembre 2019

Claude Monet a vécu de 1883 à 1926, soit quarante-trois ans, dans sa maison de Giverny. Passionné par le jardinage autant que par les couleurs, il a conçu son jardin de fleurs et son jardin d’eau comme de véritables œuvres d’art. Aujourd’hui, ce sont plus de plus de 500 000 visiteurs qui viennent du monde entier ressentir cette atmosphère unique. La Fondation Claude Monet, propriété de l’Académie des Beaux Arts, oeuvre toute l’année avec son équipe de jardiniers pour mettre en valeur les jardins en restant fidèle à la vision du grand peintre. Direction de la Fondation : M. Hugues R. Gall

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Le Styx, Rivière des enfers

Château de Vaux-le-Vicomte
Jusqu’au 2 novembre 2019 : tous les week- ends et jours fériés + vacances scolaires zone C (sauf vacances d’été)

Proposant une aventure exceptionnelle dans la rivière souterraine détour- née par Le Nôtre en 1654 lors de la création des jardins à la française, ce parcours scénarisé, ludique et interactif s’appuie sur le texte de Jean de la Fontaine « Les amours de Psyché et Cupidon ». Guidés sur le Styx -la Rivière des Enfers- et équipés de lampes frontales et de « bottes cuissardes », les visiteurs devront surmonter une série d’épreuves d’agilité et de logique… Une aventure inédite et intense menée par des comédiens professionnels !

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Conquête urbaine

Street Art au Musée
Musée des beaux-arts, Calais
Jusqu’au 3 novembre 2019

Le Street Art fait-il partie de l’Art contemporain ou est-il un phénomène à part ? Difficilement classable depuis son origine, le Street Art a, en tout état de cause, acquis une place majeure dans l’histoire récente de la création.
Aujourd’hui, ce mouvement artistique entre au musée. Un événement qui pourrait sembler normal pour certains, étonnant voire choquant pour d’autres, et qui représente surtout une véritable victoire. Hier encore, les interventions dans la rue des taggeurs et graffeurs étaient considérées comme du vandalisme et les relations entre les autorités et les « writers », comparées à celle du chat et de la souris. Aujourd’hui, nombreuses sont les villes qui passent commande à ces mêmes artistes pour la réalisation des fresques monumentales. CONQUETE URBAINE témoigne de cette évolution d’un art illicite et contestataire vers une pratique non seulement acceptée mais même sollicitée par les acteurs publics. Cette exposition réaffirme également l’ouverture du Musée des beaux-arts de Calais vers de multiples formes d’art avec des expositions accessibles aux non-initiés.
A travers plus de soixante œuvres de Street Art, dont certains prêts exceptionnels, des créations d’artistes précurseurs des années 60 à aujourd’hui, l’exposition CONQUETE URBAINE propose de revenir sur les origines et l’évolution de ce mouvement.
Le parcours construit en quatre séquences dévoile les caractéristiques fondamentales d’un phénomène par ailleurs en perpétuel mouvement : la ville comme terrain de jeu ; un art de la lettre ; un art populaire ; un art politique. En introduction à l’exposition, deux œuvres monumentales seront créées in-situ par les artistes Alëxone et Romain Froquet.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Flora Maxima

Peintures, dessins, photographies, vidéos
Domaine de Kerguéhennec
Jusqu’au 3 novembre 2019

Avec Janos Ber, Marie-Claude Bugeaud, Damien Cabanes, Christine Crozat, Bernard Moninot, Marine Joatton, Bernard Joubert, Sylvain Le Corre, Charles Maussion, Josef Nadj, Anne Tastemain.
« Tu devrais faire une exposition florale, tout le monde aime les fleurs! »… La boutade ne sera pas restée sans suite. Je ruminais, si j’ose dire, depuis longtemps le projet d’une telle exposition, en pensant à Manet, Matisse, Kelly… ou bien encore Charles Maussion. Ce ne sera ni une exposition botanique (cependant, on y trouvera un mur de planches anciennes magnifiquement revisitées par Bernard Joubert ou encore les relevés minutieux de Sylvain Le Corre) ni une exposition thématique. Pas un prétexte non plus. On y verra des fleurs, souvent, que l’on pourra même reconnaître et nommer, parfois, à l’instar des Roses au fusain de Janos Ber, mais surtout la puissance de vie du floral, dans sa quintessence même (Bugeaud, Crozat, Maussion, Tastemain), sa force expressive (Cabanes, Joatton) ou quasi fantomatique (Moninot, Nadj).

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Yves Klein, des cris bleus

Musée Soulages, Rodez
Jusqu’au 3 novembre 2019

Comme Pierre Soulages est identifié par le noir, Yves Klein l’est par le bleu outremer profond. Tous deux sont aujourd’hui les artistes français de la deuxième moitié du XXe siècle les plus connus au monde. L’exposition Yves Klein du Musée Soulages présentera une sélection d’œuvres retraçant son aventure monochrome débutée en 1954 et qui se déclina sous diverses formes d’expression (anthropométrie, emploi d’éléments de la nature, happening…), faisant de sa vie même, une œuvre d’art. L’exposition s’intéressera également à la collaboration de l’artiste avec l’architecte Claude Parent soulevant déjà, à l’époque, les problématiques actuelles de repenser la ville, l’écologie ou du rôle de l’artiste comme révélateur d’une réalité invisible aux autres. De 1958 à 1961, Claude Parent réalise, à la demande d’Yves Klein, des dessins traduisant ses visions « d’architecture de l’air », fusion d’un architecte et d’un plasticien qui travaillait sur l’immatériel.

Exposition présentée en coopération avec Les Archives Klein, Paris

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Bouddha la légende dorée

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris
Jusqu’au 4 novembre 2019

L’exposition met en exergue la richesse des traditions iconographiques et stylistiques se rapportant à la représentation de la vie exemplaire et édifiante du fondateur du bouddhisme. Conçue sur un mode transversal, l’exposition confronte les modes d’expression artistique des différentes aires culturelles de l’Asie et en révèle les similitudes et l’originalité, pour mieux souligner la diversité et la richesse des arts asiatiques. Articulée autour des grands « miracles » de la vie du Bienheureux (naissance, éveil, premier sermon, accès au nirvana), l’exposition permet d’admirer un ensemble représentatif d’œuvres issues des collections du MNAAG et de comprendre par l’illustration les épisodes de la vie du Bouddha.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Pierre Soulages, un musée imaginaire

Musée Fenaille, Rodez
Jusqu’au 10 novembre 2019

Une sélection d’œuvres et d’objets choisis par Pierre Soulages dans les principales collections nationales. A l’occasion du centenaire de Pierre Soulages en 2019, le musée Fenaille organise en collaboration avec le musée Soulages, une exposition temporaire en forme d’hommage à l’artiste : « Pierre Soulages. Un musée imaginaire. ». L’exposition du musée Fenaille vise à présenter une sélection d’oeuvres et d’objets choisis par Pierre Soulages, révélant à la fois ses goûts et son attachement pour l’art préhistorique et roman, les arts primitifs ou populaires. Le musée Fenaille est le lieu de ses premières rencontres avec les œuvres du passé, l’archéologie et ses mystérieuses statues-menhirs.
« Lorsque pour la première fois j’ai vu les stèles gravées du musée Fenaille, ce fut un choc ». C’est aussi le musée où son nom apparait pour la première fois, comme il se plait à le rappeler : une petite étiquette signale le don avec plusieurs de ses camarades du résultat des fouilles d’un dolmen de la région.


Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Dans les coulisses de la paix

Musée de la Grande Guerre de Meaux
Jusqu’au 8 décembre 2019

Après 1650 jours de guerre, l’armistice entre en vigueur le 11 novembre 1918, faisant cesser les combats sur le front Ouest. Mais l’armistice n’est pas la paix et la parole appartient désormais aux hommes politiques et aux diplomates. L’année 1919 s’ouvre pour tous sous le signe de l’espérance et notamment celle de l’établissement d’une paix durable. En Europe, les attentes des dirigeants et des populations sont fortes et beaucoup d’espoirs se concentrent sur leprésident américain Woodrow Wilson qui est accueilli en héros à Parisen décembre 1918.
L’exposition revient sur cette période qui, de novembre 1918 à la signature le 28 juin 1919 du traité de Versailles, principal traité de paix entre l’Allemagne et les Alliés, a façonné l’histoire européenne. Durant 7 mois, la conférence de la paix rassemble à Paris dirigeant et experts (historiens, juristes, ethnologues et surtout géographes) de 32 pays. C’est cette page unique de l’Histoire, où pour la première fois autant de nations se réunissent autour de la table pour redessiner le monde, que les visiteurs pourront découvrir. Comment ont étédéfinies les clauses du traité de Versailles ? Ce moment de l’histoire aété riche en questionnements, en attitudes complexes et croisées de la part des nombreux négociateurs et signataires. L’exposition mettra en lumière les questions soulevées et les solutions préconisées à l’époque.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Olivier Theyskens « In praesentia »

Cité de la dentelle et de la mode, Calais
Jusqu’au 5 janvier 2020

A l’occasion de son 10e anniversaire, la Cité de la dentelle et de la mode propose une carte-blanche au créateur belge Olivier Theyskens qui, dans une exposition originale, se livre à une rêverie dont le vêtement est l’acteur principal. Proposition esthétique inédite, conçue comme une expérience émotionnelle, « In praesentia » est un projet construit par fragments et par collisions, inspiré par un dialogue créatif entre l’œuvre singulière d’Olivier Theyskens et les collections historiques, textiles et industrielles du musée.
Sensuel mais non tapageur, percutant mais non provocant, moderne mais non opportuniste, créatif au-delà de la mode, Theyskens pose un regard amoureux sur les choses et les êtres, saisissant la poésie de l’infime qui inspire sa création. Cette même vision nourrit son approche des œuvres conservées par le musée, qu’il s’agisse des collections textiles ou celles industrielles, témoins de la riche histoire de la dentelle à Calais.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

L’impressionnisme d’après Pont-Aven

Musée de Pont-Aven
Jusqu’au 5 janvier 2020

Influencé par Camille Pissarro, le peintre autodidacte Paul Gauguincrée ses premières œuvres dans le style impressionniste. Animées de touches vibrantes de couleurs, elles traduisent les perceptions de la lumière en plein air. En 1886, Gauguin effectue son premier séjour à Pont-Aven parallèlement à Claude Monet, maître et précurseur du mouvement impressionniste, qui séjourne au même moment à Belle- Ile-en-Mer. Plus tard, l’impressionnisme rencontre l’adhésion de certains artistes venus peindre ou s’installer en Bretagne : Henry Moret, Maxime Maufra, Gustave Loiseau, Ferdinand du Puigaudeau, etc. Leur travail se base essentiellement sur la captation de la lumière, cherchant à traduire leurs « impressions bretonnes ». Ces artistes ont chacun intégré cette manière de peindre dans leurs créations tout en explorant leur voie propre. L’exposition présente environ 70 œuvres de plusieurs musées dont le musée d’Orsay, partenaire du Musée de Pont-Aven, et de collections particulières.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

La fabrique des contes

MEG, Musée d’ethnographie de Genève
Jusqu’au 5 janvier 2020

Le MEG explore l’univers magique des contes.
Ils sont loin d’être réservés aux enfants, et pas si innocents qu’il n’y paraît. Le MEG met en lumière les récits traditionnels avec l’exposition «La fabrique des contes». À partir du 17 mai prochain, le public pourra s’immerger dans ce monde fantastique, mais aussi découvrir son histoire ainsi que les multiples instrumentalisations dont il fait l’objet.

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Métamorphoses

Musée d’Art et d’Histoire de Genève, salles permanentes
Jusqu’au 16 février 2020

L’ouvrage parangon d’Ovide Les Métamorphoses constitue un riche sujet pour une présentation thématique des collections beaux-arts en lien avec l’Antiquité. Ce long poème imprègne profondément la culture occidentale, tant au niveau littéraire qu’iconographique, mais il invite aussi à interroger le processus créatif. Plusieurs thèmes seront abordés à travers les œuvres des collections, de l’art ancien à l’art contemporain : le monde en création et en constante mutation ; le désir comme origine des métamorphoses ; la métamorphose comme« entre-deux » qui, comme l’art, remodèle indéfiniment l’espace et le temps.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Viral, du microbe au fou rire tout s’attrape !

Forum des Sciences, Villeneuve d’Ascq – Jusqu’au 1er mars 2020

Lorsque l’on évoque le mot « contagion » on pense généralement de prime abord à la transmission d’une maladie par contact rapproché d’un individu atteint à un individu bien portant et donc à la contagion bactériologique ou biologique. En effet, notre époque, nos sociétés sont marquées par le phénomène de contagion. Des maladies infectieuses aux crises financières en passant par les manifestations et le bug du millénaire, les occasions de contagion sont de plus en plus nombreuses. Les réseaux sociaux aussi nous connectent à toujours plus d’individus pourtant physiquement éloignés. La façon dont nous entrons en contact avec les autres, crée des phénomènes qui se propagent selon des mécanismes identifiés par l’épidémiologie et les sciences sociales. Aujourd’hui, on considère que même une idée peut être… VIRALE. Alors venez vite participez à ce phénomène !…et contaminer par votre enthousiasme votre entourage 😉 Car quel est le point commun entre …une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Dans la vie virtuelle, en ligne ou dans la vraie vie, la contagion se propage toujours plus vite et plus loin. Mais comment fonctionne ce phénomène ? Pour le découvrir, vous allez devoir tester, jouer, manipuler, expérimenter… Plus qu’une exposition, Viral est une expérience immersive, pédagogique, amusante et contagieuse! Sous la forme d’un parcours organisé en 3 thèmes, elle aborde à la fois la biologie, l’épidémiologie, la modélisation mathématique, mais aussi la psychologie, les sciences sociales ou l’économie. A partir de 9 ans. A découvrir au Forum des Sciences à partir du 30 mars 2019 jusqu’au 1er mars 2020. Exposition produite par Ciencia Viva et Pavilhão do Conhecimento avec Universcience et Heureka. Présentée en 2017 au Palais de la Découverte

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Corps et en corps

Forum départemental des Sciences, Villeneuve d’Ascq
Jusqu’au 8 mars 2020

Pour son 1er anniversaire, le nouvel espace du Petit forum dédié aux enfants de 2 à 7 ans présente une exposition intitulée Corps et en corps. Cette création originale a pour thèmes le corps, le mouvement, le langage corporel, l’éveil artistique. Une immersion interactive et participative dans l’univers de la danse, de l’image, du langage corporel avec 4 modules/ateliers interactifs et ludiques à découvrir et expérimenter en famille : « le chef d’orchestre », « mon double virtuel », « les ombres imaginaires » et « viens danser avec moi ! »

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

PICASSO ILLUSTATEUR

Musée des Beaux-Arts de la ville de Tourcoing – MUba Eugène Leroy – Du 19 octobre 2019 au 13 janvier 2020

Présenter Picasso Illustrateur, c’est appréhender la diversité et la richesse de l’inventivité de son œuvre et comprendre le rôle majeur qu’il a tenu, et tient encore aujourd’hui, dans l’histoire de l’art. L’exposition ouvre très largement la question du texte et de l’image dans l’œuvre de Picasso : de l’œuvre de commande à l’œuvre d’engagement – dessins de presse ; en passant par l’œuvre libre et poétique. Éternel inventeur et éternel joueur, Picasso a su aussi se hasarder sur les supports parfois les plus singuliers ou modestes, et les expérimenter : enveloppes, cartes postales, briques, céramiques, tôle, nappes, papier découpé ou arraché, maga- zine… L’exposition est une mise en regard de toutes ses explorations fourmillantes avec les œuvres majeures de l’artiste.

Cette exposition est inédite, aucune exposition n’a jamais été consacrée à ce jour à l’œuvre de Pablo Picasso sous le prisme original de l’illustration.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Prix Littéraire Napoléon Ier

Remise du Prix le 19 octobre au musée Masséna, Nice

Le réseau des Villes Impériales s’engage plus fortement à faire rayonner l’histoire napoléonienne en créant le « Prix Littéraire Napoléon Ier ». Ce prix récompensera l’auteur d’un roman historique ayant pour thématique l’empereur et/ou la vie sous le Premier Empire. Il sera décerné le 19 octobre 2019 au musée Masséna de Nice par un jury d’exception présidé par Stéphane Bern. Le réseau des villes impériales œuvre au rayonnement du patrimoine lié aux Premier et Second Empire. Véritable outil de valorisation touristique, toutes ses villes sont investies pour faire vivre cet héritage. 

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Le « Rendez-vous sauvage » Europe

Parc Zoologique de Paris
Du 19 octobre au 3 novembre 2019

Les « Rendez-vous sauvages » se sont installés dans la programmation du Parc depuis 2016 et sont bien identifiés par public. Sans changer de nom, ni de concept, les « RVS » vont désormais présenter une offre plus large, aussi bien sur le contenu que sur la durée. Programmés lors des vacances scolaires et non plus sur un week-end, les nouveaux « Rendez- vous sauvages » mettront en valeur l’ensemble des caractéristiques d’une bizone avec un focus sur les nouveaux arrivants. L’objectif : valoriser l’environnement paysager, sensibiliser le public aux interactions au sein des différents milieux naturels et élargir la présentation à d’autres domaines. Dans la nature, les animaux évoluent dans des pays ou des régionsayant des spécificités botaniques, climatiques mais aussi culturelles,gastronomiques et artistiques…
Le «Rendez-vous sauvage» Europe verra l’arrivée d’une nouvelle espèce au zoo : le blob.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Paul Eliasberg. Paysages de l’âme

Musée d’Art et d’Histoire de Genève, cabinet d’Arts graphiques
Du 1er novembre 2019 au 2 février 2020

Trois ans après le don exceptionnel d’œuvres sur papier de Paul Eliasberg (1907-1983), le Cabinet d’arts graphiques du Musée d’art et d’histoire rend hommage à l’artiste d’origine allemande à travers une sélection de ses plus belles feuilles. Figure marginale de l’art européen du XXe siècle, Eliasberg a pour sujet de prédilection les paysages et l’architecture qu’il traite de manière singulière, entre figuration et abstraction.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Eluard et Picasso

Museu Picasso, Barcelona – Du 8 novembre 2019 au 15 mars 2020

Paul Eluard devient le meilleur ami de Picasso en 1934. Après la disparition d’Apollinaire, Éluard était le seul poète avec lequel Picasso pouvait converser et partager des idées. Rapidement, le poète surréaliste est littéralement captivé par l’artiste démiurge, «qui insiste pour tout voir, pour projeter sur l’écran de l’homme tout ce qu’il peut comprendre, admettre ou transformer, représenter et transfigurer … Avec Picasso, les murs s’effondrent ”. Seul le décès d’Eluard, le 18 novembre 1952, met fin à cette fraternité. Picasso est affolé par la disparition prématurée du poète. Sur la photo prise lors de l’enterrement, son visage illustre clairement ce sentiment. Avec Eluard, il a également perdu le poète qui a pénétré son art le plus intuitivement et la personne avec qui et grâce à qui il a vécu l’aventure du communisme. Juste avant la mort d’Eluard, la maison d’édition Braun publia une série de dessins de la période 1942-1946 sous le titre Picasso, dessins. Le texte est précédé d’un beau texte d’Eluard qui, avec une précision expressive, de belles images et beaucoup d’émotion, nous amène à la conclusion de Claude Roy, qui connaissait bien les deux : « Paul Eluard aimait Picasso et était aimé de lui, probablement plus que quiconque : il y avait entre eux la seule tendresse insoupçonnée, celle des égaux ».
L’exposition abordera les deux personnages de manière thématique et chronologique, à travers livres et poèmes, œuvres illustrées, portraits et dessins d’Éluard et Nusch, la collection de Paul Eluard, des photographies de Man Ray et Brassaï et des lettres et documentaires relatant les rencontres entre les deux amis.

Commissariat: Emmanuel Guigon, directeur du Museu Picasso, Barcelone, et Malén Gual, conservateur au Museu Picasso, Barcelone

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

Picasso poète

Museu Picasso, Barcelona – Du 8 novembre 2019 au 1er mars 2020

Trente ans après l’exposition Picasso poètele crayon qui parle, exposée au Musée national Picasso-Paris du 8 novembre 1989 au 29 janvier 1990, à l’occasion de la publication de Picasso Écrits de Gallimard / Rmn, le Museu Picasso cherche maintenant à révéler à une nouvelle génération l’importance de l’écriture poétique dans le processus de création de Picasso et à le revisiter dans un contexte plus large, en se référant à des recherches plus approfondies sur Picasso, aux liens étroits entre l’écriture et la peinture; le travail textuel (collage, répétitions, variations), qui fait écho à son travail de peintre et, surtout, le contenu autobiographique de ce  «Journal intime», qui met en lumière l’intimité, le contexte historique et la personnalité complexe de l’artiste.
Commissariat: Emmanuel Guigon, directeur du Museu Picasso, Barcelone; Marie-Laure Bernadac, conservatrice générale honoraire des musées de France; Claustre Rafart, conservateur des arts graphiques au Museu Picasso de Barcelone; et Androula Michael, professeur titulaire à l’Université de Picardie Jules Verne et à l’UFR des Arts à Paris.

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

ANTICA NAMUR

Du 9 au 17 novembre 2019

Antica Namur, le rendez-vous des amateurs d’Art et d’Antiquités, qu’on ne présente plus, reviendra cet automne du 9 au 17 novembre dans la capitale wallonne.
Cette année encore un soin tout particulier a été apporté à la sélection des galeries et antiquaires, parmi lesquels nous pouvons déjà annoncer : la Gallery de Potter d’Indoye, la Belgian Gallery, la Mésangère, Jan Muller, Ming’k-I Gallery et la Galerie Berès. Autant de noms qui attestent de lamontée en puissance du salon au fil des éditions eten font un lieu de rencontre incontournable dont la renommée dépasse nos frontières.
Antica, c’est plus de 130 exposants réunis pendant 10 jours. Un rendez-vous inmanquable pour tous les amateurs d’art.

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

La Bibliothèque des arts

Parallèlement à l’édition de catalogues raisonnés, La Bibliothèque des Arts publie des monographies d’artistes, des catalogues d’exposition, tout en développant une collection de livres de voyage et de tourisme culturel, ainsi qu’une collection d’ouvragesconsacrés aux arts décoratifs et appliqués. Au fildu temps, le catalogue de la maison s’est ouvert à de nouveaux thèmes tels que la mode, les bijoux, les montres ou à des sujets touchant au patrimoine architectural religieux.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Editions Ides et Calendes

Maison d’édition spécialisée dans l’art moderne et contemporain. Les « Mouvements de l’Art », les « Monographies » et les « Catalogues raisonnés » constituent les trois grands rameaux de sa grande collection les « Ides artistiques ».

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Éditions Hazan

Fondées en 1949 par Fernand Hazan, les éditionsHazan sont devenues filiale d’Hachette en 1997.Elles demeurent une des rares maisons d’édition spécialisées dans le livre d’art. Son catalogue couvre tous les segments, depuis la monographie de référence jusqu’au guide didactique, la collection « Guide des arts » ou les grands textes en format poche « Bibliothèque Hazan », en passant par des essais et des catalogues d’exposition en coédition avec les musées les plus importants en France et à l’étranger. Une production de qualité dont témoignent une trentaine de prix reçus à ce jour.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Devenir Matisse

Ce que les maîtres ont de meilleur Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis
Du 9 novembre 2019 au 9 février 2020

Cette exposition a pour ambition de faire découvrir le travail de Matisse, de sa révélation à l’art en 1888 à ses premières peintures à Saint-Quentin en 1890, jusqu’à la fermeture de son Académie en 1911 à Paris. L’exposition s’articulera donc autour de deux axes : « Matisse élève » et « Matisse professeur ».
En effet, Matisse est l’un des artistes les plus connus du XXe siècle. En revanche, son travail en tant qu’élève l’est beaucoup moins.
La première partie de l’exposition aura donc pour but de faire découvrir au public la formation artistique de Matisse, de ses premières œuvres à Saint-Quentin à celles réalisées dans l’atelier Gustave Moreau à Paris ainsi que dans les différents ateliers qu’il a fréquentés. En plus de sa formation « scolaire », Matisse a beaucoup appris au contact des œuvres d’autres artistes tels Cézanne, Van Gogh, Gauguin… ou en travaillant avec ses contemporains tels Marquet, Derain… L’exposition mettra donc en lumière l’influence des autres artistes sur le travail de Matisse. La seconde partie de l’exposition sera, quant à elle, consacrée à l’Académie fondée par Matisse en 1908 (cours, élèves…).

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

ST-ART 24e édition

Parc des Expositions, Strasbourg
Du 15 au 17 novembre 2019

Pour cette nouvelle édition de ST-ART, la foire d’art contemporain de Strasbourg, ouvrira ses portes le 15 novembre 2019. Pendant 4 jours, galeristes, artistes, collectionneurs, amateurs et professionnels se rencontreront autour d’un projet et d’une passion commune, la création artistique contemporaine.

ST-ART change de lieu en 2019 : Strasbourg Evénement se dote d’un nouveau Parc d’exposition sur une surface de six hectares. Livré au printemps 2021 pour une première partie et en 2022 dans sa totalité, Il est réalisé par le cabinet d’architectes Kengo Kuma and Associates.
Le Parc Ephémère qui préfigurera le futur emplacement du parc définitif en proximité immédiate du Palais de la Musique et des Congrès offrira deux structures temporaires, entièrement équipées. Répondant à un cahier des charges exigeant, le Parc Ephémère recevra tout type de manifestations. Pour cette première édition hors du Wacken, ST-ART sera installé dans une structure aux proportions similaires à celles du hall 7 mais dans des conditions techniques, thermiques et esthétiques augmentées. ST-ART profitera, de plus, de la proximité immédiate avec le Palais de la Musique et des Congrès, les 400 chambres des deux hôtels Hilton et Mercure ainsi que les 3 accès tram : Wacken, Kléber et Rives de l’Aar.


Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Congo

Musée Rietberg, Zürich
Du 22 novembre 2019 au 15 mars 2020

La République démocratique du Congo est aujourd’hui célèbre dans le monde entier pour sa vibrante scène culturelle. Nulle part ailleurs en Afrique la création artistique contemporaine n’est aussi diversifiée et inventive, se faisant l’écho des nouvelles tendances. Pourtant, par le passé, on y a aussi réalisé des masques, des statues et des objets d’une qualité décorative remarquable, qui comptent parmi les icônes de l’art africain. Pour la première fois dans une exposition consacrée à l’art du Congo, des œuvres et des photographies historiques sont confrontées à des œuvres d’art contemporain. Il s’agissait toutefois d’éviter une vision unilatérale, celle des Occidentaux. L’exposition se concentre donc sur des artistes contemporains congolais jouissant d’une grande renommée, comme Sammy Baloji, Michèle Magema, Monsengo Shula et Sinzo Aanza. Elle montre comment les artistes d’aujourd’hui et ceux d’hier se sont penchés d’un œil critique sur les effets de la colonisation, de l’évangélisation et du commerce mondial.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Lumière – le cinéma inventé

Palais Lumière, EvianDu 23 novembre 2019 au 6 septembre 2020

Une exposition événement consacrée à l’épopée du Cinématographe et à toute l’œuvre de la famille Lumière ! L’ensemble est abordé de façon renouvelée : on dépasse la seule tradition visant à faire de Louis Lumière (et de son frère Auguste) un inventeur et un génie de la technique, pour montrer en quoi son œuvre est d’une richesse, d’une créativité et d’une modernité méconnues.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Vaux-le-Vicomte fête Noël

À partir du 23 novembre 2019

Pour la 14e année, le domaine de Vaux-le-Vicomte se transforme pour la fêtes de Noël en un Palais enchanteur aux mille couleurs. Les visiteurs sont invités à découvrir un Noël coloré au travers d’illuminations magiques dans les jardins et le château, de décorations merveilleuses et de surprises dans les salons d’apparat aux odeurs de canelle et de pain d’épice. Les feux de cheminée et balades en calèche complèteront cette parenthèse hors du temps.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

36 épisodes du Siège de Paris : l’énigme des tableaux dignois

Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis – Du 29 novembre 2019 au 2 mars 2020

C’est une jolie histoire comme il pourrait en arriver plus souvent grâce au travail effectué par les musées et aux nouvelles technologies. L’histoire d’un homme, Alfred Binant qui commande en janvier 1871, trente six tableaux de grands formats à une équipe de peintres pour relater des événements civils et militaires du siège de Paris, exalter le courage, l’héroïsme, la patience et le dévouement des parisiens encerclés. L’ensemble est ensuite donné à la ville de Paris, treize sont au musée Carnavalet. Que sont devenus les tableaux manquant ? Les recherches mènent contre toute attente vers la ville de Digne-les-Bains qui conserve des exemplaires modello en tous points comparables à leurs grands frères. Un coin du voile est levé, qui explique les liens de Binant avec Marseille et le sud est. Les trente six «miniatures» restaurées sont présentés pour la première fois à Digne avant de rejoindre les collections du musée d’art et d’histoire Paul Eluard de Saint-Denis pour enrichir son fonds unique sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Le musée d’histoire de Lyon se réinvente !

MHL- musée d’histoire de Lyon : Un projet ambitieux, sur 4 ans, dont la première exposition, Portraits de Lyon, ouvre le 4 décembre 2019

La nouvelle exposition  Portraits de Lyon commencera par un portrait de la ville contemporaine pour, ensuite, guider le visiteur vers les repères essentiels de son histoire. Inaugurée le 4 décembre 2019, Portraits de Lyon est la première d’une série de 4 nouvelles expositions qui ouvriront chaque fin d’année, jusqu’en 2022. Elle est conçue pour un large public vivant leur quotidien dans la métropole de Lyon et pour les touristes qui la découvre et cherchent des points de repères.

ESPACE 1 : LYON, AU-DELA DES CLICHES. Peut-on définir Lyon ? Une premier espace de découverte sensible, poétique et amusée de l’histoire de Lyon. 

ESPACE 2 : COMMENT LYON EST DEVENUE LYON ? Six îlots temporels autour de 6 personnages-témoins fictifs, et un film de synthèse présentant l’histoire des évolutions urbaines de Lyon en 10 tableaux chronologiques animés. 

ESPACE 3 : ET LYON AUJOURD’HUI ? Une plongée dans la ville : des dispositifs participatifs et une maquette augmentée de Lyon (4m x 4m), interactive et inédite, qui permettront aux visiteurs de se situer dans la ville contemporaine et d’identifier les grands repères urbains, géographiques et historiques.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

L’autre moitié de l’avant-garde

Femmes années 50
Musée Soulages, Rodez
Du 14 décembre 2019 au 10 mai 2020

Du 14 décembre au 10 mai 2020, le musée Soulages consacrera une exposition à la création des femmes dans les années 50 à Paris : L’autre moitié de l’avant-garde. Femmes années 50. L’exposition, Cette exposition historique, qui se propose de mettre en valeur l’œuvre des femmes dans la sculpture, la peinture, la gravure dans un milieu artistique parisien largement féminisé, galeries et critique, bien entendu, présentera un ensemble de plus de 70 œuvres de provenance riche et variée : prêts d’artistes, de particuliers, d’institutions, de galeries, de fondations, de musées nationaux et régionaux (Centre Georges Pompidou – musée national d’art moderne, Fonds national d’art contemporain, musée Matisse Le Cateau-Cambrésis, musée des Beaux-arts de Nantes, abbaye de Beaulieu en Rouergue, musée de Grenoble, Musées Royaux de Belgique, les Abattoirs-Toulouse, musée de Gravelines), des fondations (Hartung / Bergman, Marta Pan / Wogensky…), des galeries françaises et étrangères (Denise René, Antoine Laurentin, Convergences, Jeanne Bucher, Callu Mérite…), ainsi qu’une dizaine de collectionneurs privés.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Les Arts Florissants

Weekend anniversaire à la Philharmonie de Paris – Les 20, 21 et 22 décembre 2019

Année de célébration pour les 40 ans des Arts Florissants, 2019 se clôturera avec un weekend placé sous le signe de la fête à la Philharmonie de Paris, lieu de résidence depuis 2015 de l’ensemble baroque créé par William Christie. Au programme : grands concerts, ateliers, projection, masterclass, et même un grand bal baroque.  Deux programmes musicaux, Odyssée baroque (donné en tournée internationale à Londres, Hambourg ou encore Baden Baden en décembre 2019) et Feux d’artifice, seront proposés. William Christie, Paul Agnew et les jeunes musiciens du Conservatoire de musique de Paris et de la Juilliard School de New York proposeront également une masterclass. Un bal baroque, destiné à toutes les générations, clôturera le weekend. Après un cours animé par le danseur Pierre-François Dollé, chacun pourra mettre en pratique les leçons apprises lors d’un grand bal accompagné par les musiciens des Arts Florissants. 

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Le « Rendez-vous sauvage » Madagascar

Parc Zoologique de Paris
Du 21 décembre 2019 au 5 janvier 2020

Les « Rendez-vous sauvages » se sont installés dans la programmation du Parc depuis 2016 et sont bien identifiés par public. Sans changer de nom, ni de concept, les « RVS » vont désormais présenter une offre plus large, aussi bien sur le contenu que sur la durée. Programmés lors des vacances scolaires et non plus sur un week-end, les nouveaux « Rendez- vous sauvages » mettront en valeur l’ensemble des caractéristiques d’une bizone avec un focus sur les nouveaux arrivants. L’objectif : valoriser l’environnement paysager, sensibiliser le public aux interactions au sein des différents milieux naturels et élargir la présentation à d’autres domaines. Dans la nature, les animaux évoluent dans des pays ou des régionsayant des spécificités botaniques, climatiques mais aussi culturelles,gastronomiques et artistiques…
Le «Rendez-vous sauvage» Europe verra l’arrivée d’une nouvelle espèce au zoo : le requin-bambou.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

MUSEUM CONNECTIONS

Le rendez-vous international de l’équipement et de la valorisation des musées & lieux culturels
Paris, Porte de Versailles – Hall 2.1
15 et 16 janvier 2020

Pour sa 25ème année les 15 et 16 janvier 2020, Museum Connections, le rendez-vous international de l’équipement et de la valorisation des musées et lieux culturels, renforce sa position de leader en accentuant sa puissance avec MuseumShop dédié à l’univers des produits, des tendances et MuseumTech, consacré à l’équipement, la technologie et l’innovation. Plus qu’un salon, Museum Connections se veut être la vitrine des dernières tendances et de l’innovation où les professionnels du secteur se retrouvent pour concrétiser leurs projets. Plus de 410 exposants seront présents pour proposer leurs offres, solutions, innovations pour accompagner les institutions culturelles dans le développement de leurs ressources propres. Parmi les grandes nouveautés du salon, un village Startups accueillera30 sociétés et incubateurs. Enfin, le programme de rendez-vous d’affaires permet d’identifier et d’entrer en contact avec les décisionnaires clés du marché de la culture, et d’obtenir des rendez-vous ciblés. Avec le soutien fidèle du ministère de la Culture, de l’Office de Coopération d’Informations Muséales (OCIM), Museum Connections 2020, lieu unique d’échange, d’inspiration et de networking, invite à plus de diversité et de nouveautés.
Seront aussi au rendez-vous : le programme de conférences et ateliers animés par des experts, le Pop-Up Store conçu comme une véritable boutique offrant les services d’experts de l’agencement et du merchandising.

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel