Fermer cette description

Les Nocturnes

Parc Zoologique de Paris
Du 17 juin au 12 août 2021, tous les jeudis, de 19h à 23h30

Du 17 juin au 12 août, les cinq biozones du Parc zoologique se dévoileront à la tombée de la nuit tous les jeudis soir. Une balade nocturne à faire en famille ou entre amis pour profiter d’un moment privilégié en plein air et observer l’activité des animaux le soir. Des animations et un espace dédié à la détente sur le parvis rendront l’expérience totalement immersive pour les visiteurs ! Et pour encore plus d’évasion et de découverte, trois soirées thématiques seront organisées, sur la biodiversité locale, les étoiles ou encore les chauves-souris !

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Jusqu’au bout du monde, regards missionnaires

Musée des Confluences, Lyon
Du 18 juin 2021 au 8 mai 2022


À partir de 1822, la création à Lyon de l’Œuvre de la Propagation de la Foi permit le départ pour l’aventure de centaines de jeunes ecclésiastiques missionnaires, hommes et femmes, vers des terres inconnues d’Afrique, d’Asie, d’Océanie, ou d’Amériques. Le muséedes Confluences en garde le témoignage avec le dépôt, depuis 1979, de quelque 2 300 objets appartenant aux Œuvres pontificalesmissionnaires, son nom aujourd’hui. L’exposition offre un parallèle entre leurs récits et l’histoire des objets, collectés sur place, qu’ils envoyèrent ou rapportèrent ensuite à Lyon. Ni tout à fait explorateurs, ni vraiment voyageurs, certains développeront des compétences scientifiques : ethnologie, linguistique, cartographie, zoologie… Ces objets, rituels ou du quotidien, témoignent de cultures jusqu’alors méconnues. Mais l’exposition invite aussi à questionner cette vision du monde et le regard qu’un musée se doit de porter aujourd’hui sur cette histoire.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Joseph Bernard (1866-1931) : de pierre et de volupté

La Piscine, Roubaix
Du 25 juin au 5 septembre 2021

Joseph Bernard (1866-1931) a surtout laissé la trace d’un rénovateur charismatique de la taille directe qui s’est ensuite imposée comme un langage d’honnêteté de la sculpture moderne et contemporaine. Au-delà de ce rôle d’initiateur, il est aussi l’inventeur d’un style emprunt de souvenirs de la Grèce archaïque qui s’affirme comme le visage le plus représentatif de la statuaire Art Déco. Le commissariat de Valérie Montalbetti et Solène Dussaussoy développe ces différentes tendances d’un œuvre d’une grande richesse. Véritable invitation à redécouvrir le théoricien, le sculpteur et le dessinateur qu’il fut avec une égale réussite, cet hommage est organisé en partenariat avec le Musée Paul Dini de Ville-franche-sur-Saône.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Julian Schwarz : de la feuille à l’aubier

La Piscine, Roubaix
Du 25 juin au 5 septembre 2021

Julian Schwarz (né en 1949) est un artiste anglais qui vit et travaille en France depuis 1990. Après ses études à la Slade Art School de Londres, il s’est affirmé sur la scène artistique européenne avec des œuvres en bois aux formes complexes ou massives qu’il aborde avec des méthodes et des outils traditionnels. Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main en 2010, l’artiste est bien représenté dans les plus grandes collections publiques et privées en France et en Grande Bretagne.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Dites le avec des fleurs

Expressions terre, Prix de céramique de petite forme
Thème 2020 : le pique-fleurs
La Piscine, Roubaix
Du 25 juin au 5 septembre 2021

« Récipient de nature et de formes diverses, le pique-fleurs se caractérise par des ouvertures ou des « goulots » destinés à mainteniren place les fleurs d’un bouquet. D’applique ou à poser, ce vase singulier constitue un support incontournable de l’art floral. Desbouquets les plus modestes aux compositions les plus élaborées, il recueille, rassemble, ordonne fleurs – coupées ou artificielles – feuillages et branchages. Le pique-fleurs se met au service de l’élément végétal. Il en recueille la fraîcheur évanescente. Il en souligne la beauté. Il en porte le message. Objet usuel ou œuvre d’ornement ; contenant fonctionnellement design ou symboliquement cultuel, vous prédestinerez votre pique-fleurs à des pratiques particulières. Vous déterminerez les espèces florales attendues ainsi que les circonstances d’usage de l’objet. » Amélie Vidgrain, Directrice de l’Ecole d’Art de Douai


Expressions terre, prix de céramique de petite forme, initié par l’école d’Art de Douai, répond au souhait le plus cher de La Piscine de partager, promouvoir et distinguer la création céramique contemporaine. Poursuivant son travail d’exposition et de réflexion sur l’actualité de l’art de la terre, La Piscine présente les 57 œuvres réalisées par 50 artistes, et sélectionnées par le jury final en février 2020.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Alain Le Foll, maître de l’imaginaire

Palais Lumière, Evian
Du 26 juin 2021 au 2 janvier 2022

Malgré son importance dans le domaine du graphisme, l’œuvre d’Alain Le Foll n’a pas encore fait l’objet d’une rétrospective d’envergure. Le domaine de l’illustration est en effet souvent négligé en France, malgré les efforts menés ces dernières années par des institutions comme la bibliothèque publique d’information à Paris ou le Musée Tomi Ungerer à Strasbourg.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Jean Puy (1876-1960) / Ambroise Vollard (1866-1939), un Fauve et son marchand

Musée de Pont-Aven – Du 26 juin 2021 au 3 janvier 2022

A l’occasion du 60e anniversaire de la mort de Jean Puy, le Musée de Pont-Aven présente une exposition centrée sur les relations de l’artiste au grand marchand Ambroise Vollard, de 1905 à 1925. Lors du fameux Salon d’Automne de 1905 à Paris, Matisse, Derain, Vlaminck, Manguin, Camoin et Marquet, mais aussi Van Dongen et Jean Puy se distinguent par leur usage de couleurs très vives, saturées et d’un dessin simplifié. Ils sont alors qualifiés de « Fauves » par la critique. Jean Puy est remarqué par le marchand Ambroise Vollard, grand découvreur de talents tels que Gauguin, Redon, Sisley, Pissarro, etc. Outre des tableaux, des dessins et une trentaine de céramiques, Jean Puy fournit à Vollard toute l’illustration pour Ubu à la guerre (1923) écrit par le marchand lui-même. Le public pourra découvrir une sélection d’œuvres ayant appartenu à la galerie Ambroise Vollard et conservées aujourd’hui dans des musées ou des collections privées.

Cette exposition est organisée en partenariat avec le musée Joseph- Déchelette de Roanne

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

DRAWING POWER – Children of Compost

Drawing Lab Paris – Du 26 juin au 30 septembre 2021

L’exposition Drawing Power – Children of Compost, imaginée par Joana P. R. Neves, directrice artistique de DRAWING NOW Art Fair, et réalisée en partenariat avec le Frac Picardie, explore la façon dont les artistes se saisissent du dessin pour représenter, agir et réfléchir sur les enjeux écologiques actuels. Du rassemblement de données à des interventions sur des sites, le dessin prend le rôle d’interface pour nous sensibiliser aux questions climatiques, pour proposer de nouvelles façons de vivre ensemble et même pour construire des philosophies d’interaction au sein d’écosystèmes.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Esprits des lieux

Friche de l’Escalette
Du 1er juillet au 31 août 2021

Comme chaque été, prolongé cette année aux week-ends de septembre et octobre, la Friche de l’Escalette, située à l’orée du Parc national des Calanques de Marseille, offre à la visite les vestiges du remarquable patrimoine industriel de l’ancienne usine à plomb de l’Escalette.

La visite est ponctuée d’un parcours de sculptures permanent enrichi d’année en année et de deux architectures légères de Jean Prouvé.
Le Bungalow du Cameroun de Jean Prouvé transformé pour l’occasion en Bungalow du Pêcheur accueillera cette année des créations des années 1970 à 1998 de Yonel Lebovici (1937-1998), situées entre design et objet d’art, sur le thème de sa grande passion: la pêche.
Trois artistes contemporains sont invités à exposer leurs œuvres, en osmose avec l’esprit… et les esprits des lieux.
C’est la terre qui inspire Héloïse Bariol avec Claustra et Gérard Traquandi avec Terres Baroques.
La terre cuite est omniprésente dans les belles briques dorées des murailles de l’Escalette.
La fusion du plomb et de l’argent, activité métallurgique exercée de 1851 à 1925 sur le site, est de même nature tellurique que la cuisson de la terre. À partir du minerai extrait du sol, l’on obtient par transformation – relevant de la magie dans les sociétés traditionnelles – des lingots de métal pur aptes à être transformés de nouveau en objets usuels ou précieux. Il en va de même pour la terre à l’état naturel, qui, modelée par la main de l’homme et cuite au four, devient brique, pot ou œuvre d’art.
Adrien Vescovi, avec Soleil Blanc, plante son décor à la croisée de l’assemblage textile et de la peinture, dans les lieux qui l’inspire. Les ruines de la Friche de l’Escalette, écrasées de soleil et battues par le Mistral, constituent un cadre à la mesure de ses immenses bannières aux ocres délavées.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Festival Au-delà des toits

Du 2 au 9 juillet 2021

Pour sa 4e édition, le Festival Au-delà des toits prend place du 2 au 9 juillet, dans 7 résidences Hlm deToit et Joie – Poste Habitat dans toute l’Île-de-France. Le premier festival Hlm des arts vivants en piedd’immeuble présente les créations issues de résidences « en immersion » avec des artistes ou descompagnies, construites avec les locataires de Poste Habitat.

Attachée de presse : Jessica Gilles
jessica@observatoire.fr
+33 7 82 28 80 94
L jessica-gilles-1562a7159

Fermer cette description

Rendez-vous sauvage d’été : portrait d’une nature fascinante

Parc Zoologique de Paris
Du 6 juillet au 1er septembre 2021

Les vacances d’été se vivront en couleurs grâce à l’illustration qui en sera le thème principal. Parmi les invités de ce rendez-vous sauvage, Laurent Verron, qui a réalisé l’ensemble des visuels pour cette saison fascinante, et qui viendra à la rencontre des visiteurs pour dessiner en direct et échanger avec eux sur son travail et sa passion. Des ateliers créatifs et de nombreuses animations pour petits et grands seront proposés durant tout l’été (jauge limitée de participants).

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Carte blanche à Toshimasa Kikushi

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris – Du 7 juillet au 4 octobre 2021

Toshimasa Kikuchi est né en 1979 à Ehime au Japon. La carte blanche qui lui est dédiée présentera environ 20 œuvres sculptées en laque japonaise de l’artiste, ainsi que des objets mathématiques empruntés à l’Institut Poincarré et des photographies de Man Ray (MAM Centre culturel Georges Pompidou). Ayant d’abord copié les objets mathématiques obtenus à partir des équations shakespeariennes, dont ceux conservés à la Fondation Henri Poincaré à Paris, Toshimasa Kikuchi créé désormais des sculptures en laque traditionnelle japonaise défiant la pesanteur. Ses œuvres interrogent la notion de continuité entre les sciences dures et l’art dans un langage universel : les mathématiques.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Jardins d’Asie

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris – Du 7 juillet au 20 septembre 2021

L’exposition explore la thématique importante du jardin de l’Inde moghole au Japon en passant par la Chine. Chacun de ces pays a apporté une contribution particulièrement signifiante à l’art des jardins. Jardins princiers ou impériaux, jardins de temples, jardins de lettrés, jardins de thé, jardins imaginaires rêvés par les poètes, de Lahore à Kyoto, les distinctions typologiques et esthétiques ne manquent pas. Par-delà les impératifs climatiques, les singularités culturelles et les évolutions historiques, bien des éléments invitent cependant au jeu d’une approche synoptique des jardins d’Asie.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

1961-2021 : 60 ans du Musée de la Pêche

Musée de la Pêche, Concarneau
Le 8 juillet 2021

60 ans, ça se fête ! Une année plein de surprises !

Le 8 juillet 1961, une poignée de passionnés inaugure le premier musée français consacré à la pêche. 60 ans plus tard, l’équipe du Musée de la Pêche souhaite fêter dignement cet anniversaire en proposant une programmation sur toute l’année ouverte à tous. Cette année est l’occasion pour le musée de se pencher sur son histoire mais aussi sur son devenir. Comment, au XXIe siècle, évoquer l’activité halieutique à travers les collections mais aussi en proposant une programmation culturelle innovante ? En 2021, le Musée de la Pêche vous propose de (re)découvrir des objets de sa collection. 60 objets sortent des réserves pour une mise en lumière inédite sur les réseaux sociaux et au sein du parcours permanent, avec la participation de l’Association des Amis du musée. Pour la première fois, le Musée de Pêche accueille une troupe de théâtre, la compagnie « Du Grand Tout » pour une résidence de création. Les collections du musée serviront de point de départ à une mise en perspective artistique. Résultat de cette création originale, le spectacle « La face cachée des gros cailloux » sera ensuite donné à plusieurs reprises sur le territoire de Concarneau Cornouaille Agglomération. Les associations de peinture « Couleurs de Bretagne» et «Arrêt création, les Croqueurs concarnois» mettent à profit leurs talents et prennent leurs crayons pour les 60 ans du musée.
Ces artistes réaliseront des esquisses des objets de la collection sélectionnés pour cette occasion.
Vous pourrez les observer évoluer dans le musée au gré de leur inspiration.
Enfin, le musée a commandé à un artiste une collecte de souvenirs autour de l’histoire de cette institution atypique pour en faire une création originale qui sera présentée au public en fin d’année. Sans oublier la contribution de créatrices concarnoises avec des produits estampillés « 60
ans » pour la boutique !

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

1898, Matisse en Corse, « un pays merveilleux »

Musée de la Corse, Corti
Du 24 juillet au 30 décembre 2021

Exposition organisée par la Collectivité de Corse

L’exposition événement de l’été au musée de la Corse à Corti a pour thème le séjour de Matisse en Corse en 1898. En six mois, Matisse peint cinquante-cinq tableaux, découvre le Sud et la Méditerranée, une lumière inconnue et des couleurs – en particulier l’orange et le bleu. Cette période fondatrice de l’artiste est présentée pour la première fois en Corse avec de nombreuses œuvres rarement montrées au public.

La Collectivité de Corse a fait l’acquisition, le lundi 2 décembre 2019, du tableau « La mer en Corse, le Scoud » d’Henri Matisse (1869-1954), daté de 1898. L’acquisition de cette œuvre, d’un grand intérêt artistique et symbolique pour la Corse, vient combler l’absence de cet artiste dans les collections publiques corses mais plus globalement, d’œuvres modernes. Le projet de cette exposition est né dans la continuité de cette acquisition.

Matisse renverse tous les acquis académiques et conventionnels pour des inventions plastiques révolutionnaires.
C’est au cours de son voyage de noces avec son épouse Amélie, qu’Henri Matisse, jeune homme de 28 ans découvre pour la première fois des couleurs qu’il utilisait jusque-là fragmentées dans sa palette mais qu’il ne connaissait pas dans la nature. Il en est ainsi du bleu, qu’il soit de la mer ou du ciel : « La mer bleue, bleue, si tellement bleue qu’on en mangerait », écrit-il à son ami Marquet resté à Paris. Ces quelques mois marquent le basculement vers une peinture nouvelle qui s’avère révolutionnaire. Aucun artiste en 1898 n’a encore osé s’aventurer avec autant d’audace dans la liberté qu’il prend à renverser les règles classiques.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Au fil du Nil – Juliette Agnel sur les traces de Flaubert et de Du Camp

Flaubert21
Abbaye de Jumièges
Du 4 septembre au 3O novembre 2021

L’abbaye de Jumièges programme, au Logis abbatial, une sélection de deux séries photographiques de l’artiste Juliette Agnel : Voyage dans le temps et Nocturnes – Soudan. Son travail a été en partie inspiré par la production photographique que Maxime Du Camp réalisa lors de son voyage en Orient avec Gustave Flaubert, publié dans Égypte, Nubie, Palestine et Syrie : dessins photographiques recueillis pendant les années 1849, 1850 et 1851. Ouvrage accompagné d’un texte explicatif et précédé d’une introduction par Du Camp, alors chargé d’une mission archéologique en Orient par le ministère de l’Instruction publique en 1852.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

La Dynastie Francken

Musée de Flandre, Cassel
Du 4 septembre 2021 au 02 janvier 2022

Fidèle à la ligne qu’il s’est fixée, le musée de Flandre poursuit son objectif de faire connaître de grands artistes oubliés. L’exposition La Dynastie Francken rendra hommage à plusieurs générations de peintres dont le nom a profondément marqué le monde artistique flamand de la fin du XVIe siècle jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Plus de cinquante oeuvres (peintures, dessins et gravures) provenant de grands musées et de collections privées seront présentées au nombre desquelles le fameux tableau L’Éternel dilemme de l’Homme de Frans II qui fera le voyage depuis les États-Unis pour rejoindre sa terre d’origine, la Flandre.
La dynastie Francken est l’histoire de plusieurs générations d’artistes unis par les liens du sang mais également par un savoir commun. Un nom cependant s’impose, celui de Frans II, artiste hors norme. Contemporain de Rubens, il se démarque par un style raffiné et singulier, par la diversité des sujets dont il s’empare et par le nombre d’æuvres qu’il produit, inondant le marché anversois.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

École de Pont-Aven. Variations sur la ligne

Variation automnale : Gauguin et Bernard, dessinateurs / du dessin à l’oeuvre
Musée de Pont-Aven
Du 14 septembre 2021 au 2 janvier 2022

Si les artistes de l’École de Pont-Aven sont considérés – à juste titre – comme les chantres de la couleur, on ne peut nier que le dessin a tenu pour eux une place majeure.
En premier lieu pour Paul Gauguin qui a suivi l’injonction de son maître Pissarro : «Il faut dessiner et dessiner beaucoup…». Il n’hésitait pas néanmoins à revendiquer que «savoir dessiner n’est pas dessiner bien». Le dessin a finalement la même importance que la couleur et contribue à l’élaboration du synthétisme et à la confection d’un répertoire d’images utilisées ensuite pour différentes techniques. Entre 1886 et 1892, Émile Bernard s’attache à développer une ligne respectant les principes du synthétisme. De Saint-Briac à Pont-Aven, sa touche évolue de l’impressionnisme pour quelques dessins vers des œuvres aux compositions plus simplifiées et dont la couleur est apposée en aplats. Crayon réhaussé d’aquarelle, études à l’encre, fusains : en quelques traits affirmés, Bernard livre une intention spontanée de sa création originelle.

La sélection d’œuvres présentée puise dans les collections du musée et bénéficie de prêts exceptionnels du musée d’Orsay permettant ainsi de rapprocher de manière inédite des œuvres préparatoires de leur version définitive en peinture. On verra ainsi Le Portrait de Mme Champsaur de Schuffenecker appartenant au Musée de Pont-Aven confrontée aux études du musée d’Orsay.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Jeremy Maxwell Wintrebert, The Terminal

MusVerre, Sars-Poteries
Du 18 septembre 2021 au 22 janvier 2022

La proposition d’exposition est composée de trois installations (Gravity Ripples, Dark Matter, Principles), et d’un film artistique posant les bases du travail de l’artiste. Le projet tel qu’il a été conçu par l’artiste est la manifestation d’une métapoésie inhérente au travail du chercheur, la formulation d’une hypothèse sur les sources de l’univers et de la vie. Le Terminal est la reconquête de la matière, du mouvement, des origines, d’une raison de vivre et de créer.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Regard(s) fascinant(s), Tim Flach – Expo photo

Parc Zoologique de Paris
Du 18 septembre au 17 octobre 2021

Dans le cadre de la biennale Photoclimat qui aura lieu à Paris du 18 septembre au 17 octobre 2021, le Parc accueille une grande exposition du photographe britannique Tim Flach dans un décor inédit. Son œuvre se concentre exclusivement sur le monde animal. Portant une attention curieuse et sensible à toutes les espèces, dans leur grande diversité, il pose son regard tout en nuances, à la fois amusé et tendre, bienveillant et aiguisé, et nous livre ces clichés drôles et touchants, toujours surprenants.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Injustice environnementale – Alternatives autochtones

MEG, Genève
Du 24 septembre 2021 au 21 août 2022

Le thème abordé dans l’exposition «Injustice environnementale – Alternatives autochtones» est l’urgence climatique, l’un des enjeux majeurs de notre époque. Le parcours présente les perspectives et les savoirs et savoir-faire de peuples autochtones pour faire face aux dégradations de leurs territoires accélérées par les changements de climat.

Ts’msyen d’Alaska, Amazighs du Maroc, Anishinaabeg des États-Unis et du Canada, Samis de Fenno-Scandinavie, Māori de Nouvelle-Zélande, Maasaï du Kenya et de Tanzanie, Aïnous du Japon, Insulaires des Îles Marshall, Kali’na de Guyane, partout dans le monde, près de 500 millions d’autochtones défendent leurs droits face à l’injustice environnementale qui menace leur économie, leur santé et leurs cultures.

L’exposition «Injustice environnementale – Alternatives autochtones» donne la parole à ces femmes et ces hommes qui veulent faire valoir leurs droits collectifs à contrôler leurs territoires. Le parcours s’articule autour de la situation politique, géographique et sociale de peuples autochtones dans le monde d’aujourd’hui. Il montre comment ils proposent de modifier la relation avec les écosystèmes pour faire face aux dégradations de l’environnement accélérées par le changement climatique. L’exposition présente la façon dont ces communautés répondent à ces enjeux à travers une éthique du soin et une culture de la réparation. Le parcours expose la manière dont ces peuples s’appuient sur leurs droits fondamentaux pour résister face à l’injustice environnementale, protéger leurs territoires et transmettre leurs connaissances aux jeunes générations. À travers des biographies et des témoignages vidéo, au moyen d’installations artistiques et de cas d’étude concrets, l’exposition nous emmène de l’Alaska à la Micronésie en passant par la Malaisie, le Japon ou le Maroc. Cinq artistes, chercheurs, chercheuses et activistes autochtones provenant des États-Unis, de Guyane et de Norvège ont été invité-e-s à créer des œuvres spécifiques pour le MEG. David R. Boxley, Gavin Hudson, Kandi McGilton, Ti’iwan Couchili et Máret Ánne Sara portent un regard sensible sur leurs territoires, leurs histoires et leurs communautés, et nous interpellent sur la relation que nous entretenons avec nos écosystèmes. De nombreux autres artistes ainsi que des institutions en Suisse et à l’étranger ont également prêté des créations contemporaines provenant du Canada, des USA, des Îles Marshall et d’Australie.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Jean-Francis Auburtin, un âge d’or

Musée de Lodève – Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet… En véritable « portraitiste de la nature », Auburtin décèle dans chaque paysage le caractère intime du lieu. Lors de ses marches, il traque le motif, le capture dans ses carnets et amasse ainsi un riche répertoire de formes picturales. Son œuvre baigne presque entièrement dans l’univers marin, au point que l’historien de l’art Christian Briend le qualifie de « symboliste de la mer ». Dans le Sud, obéissant aux injonctions de la lumière, l’artiste exalte couleurs et contrastes. En Normandie, il privilégie la douceur du ton, le dégradé progressif des valeurs. En Bretagne et dans les Pyrénées, il s’inspire des thèmes et compositions des estampes japonaises, dont il est un fervent collectionneur. En 80 œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

C14-PARIS, salon de céramique contemporaine

Annexe de la mairie du 14e arrondissement de Paris – Du 30 septembre au 3 octobre 2021

Le salon de céramique contemporaine C14-PARIS se déroulera du 30 septembre au 3 octobre 2021 dans le joyau de l’architecture Art Déco qu’est l’Annexe de la mairie du 14e arrondissement de Paris. Soutenu par la Ville de Paris,
ce salon exigeant entièrement consacré à la sculpture céramique contemporaine expose les œuvres de 28 artistes céramistes contemporains français et internationaux. Comme tous les ans, le Salon accueille également des invités exceptionnels qu’il mettra en lumière : l’artiste Charlotte Coquen, plusieurs fois primée au Salon, la collection muséale du Centre de la céramique Keramis à La Louvière en Belgique, ainsi que l’École nationale supérieure d’art ENSA Bourges.

Attachée de presse : Véronique Janneau
veronique@observatoire.fr
+ 33 6 42 01 72 06
L veroniquejanneau

Fermer cette description

VIDEOSURVEILLANCE. Sur-prise du visible

Lavoir Numérique, Gentilly – Rentrée 2021

La surveillance, depuis le panoptique à la fin du XVIIIème siècle, n’a cessé de s’étendre, de s’immiscer, à l’instar de l’électricité, de la photographie et de la mondialisation. L’exposition en présente donc une sélection qui pose des sorties de régime et de nouveaux récits. Chercher à identifier les visages dans les nuages, empêcher les technocrates de miser sur le Plan et la Machine pour réguler nos villes et nos vies avec les dernières technologies de contrôle social, guetter les météorites qui déchirent le ciel, fabuler sur la vie des humains dans un monde où l’automatisation a été fantasmée jusqu’à ses extrêmes, interroger le désir au cœur de la vidéo-surveillance et de la relation de pouvoir entre surveillé/e/s et surveillant/e/s, prendre en compte l’impact des dispositifs de vidéosurveillance sur les perceptions et vies non-humaines, étudier les tactiques d’anonymisation, de non-traçabilité, d’invisibilité et de cryptage utilisées pour lutter contre les dictatures politiques et technologiques, devenir caméléon en creusant les contradictions entre le port du masque et la reconnaissance faciale, faire monde et société qui font sens face au cynisme du solutionnisme technologique morbide, effeuiller les ancolies en comptant les jours du lycée, s’esclaffer devant une compilation d’images de surveillance de braquages scandée de slogans publicitaires, s’embarquer dans une dérive musico-poétique sur la surveillance de la surveillance de.s masse.s prises en panoptech’… Autant de points de vue, de détournements, de formes d’expressions et de dissonances face aux dispositifs de vidéosurveillance proposées dans cette exposition collective rassemblant photographies, projections et installations.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

À l’heure des récoltes ! Flaubert, la table au jardin

Flaubert21
Jardins de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville
Les 2 et 3 octobre 2021

À l’heure des récoltes ! est le nouvel événement proposé par les Jardins de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville. Ce site prestigieux, propriété du Département de la Seine- Maritime depuis 1980, va organiser les 2 et 3 octobre prochains une fête des plantes festive et populaire qui accueillera entre 50 et 70 exposants. Pépiniéristes, horticulteurs, rosiéristes, spécialistes de l’alimentation issue du jardin et du potager, acteurs du développement durable ou de la permaculture, professionnels de la décoration florale et de jardins seront présents dans l’antre du jardin monacal durant tout un week-end.
Cette édition 2021 s’inscrit dans la programmation Flaubert 21 et mettra à son tour à l’honneur l’écrivain normand. En effet, Gustave Flaubert, qui fréquenta les jardins de l’abbaye, situés à quelques kilomètres de Croisset, était un grand amateur de gastronomie et de repas partagés avec ses amis. Il a également inséré de nombreuses scènes de repas dans son Œuvre.
Ainsi, Flaubert, la table au jardin sera la thématique principale d’À l’heure des récoltes !

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Tadjikistan, au pays des fleuves d’or

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris – Du 13 octobre 2021 au 10 janvier 2022

Cette exposition est placée sous le haut-patronage du Président de la République française Emmanuel Macron et du Président de la République du Tadjikistan Emomali Rahmon.
Niché au cœur de l’Asie centrale occidentale, le Tadjikistan se révèle être, par les trésors qu’il a livrés, au cœur des réseaux d’échanges depuis la plus haute antiquité. Ils s’alimentent à ses riches ressources naturelles, notamment minérales, gisements de rubis et de lapis-lazuli uniques au monde, et fleuves aurifères. Ses nombreux vestiges de l’âge du bronze (site de Sarazm classé au patrimoine mondial) jusqu’à la période sogdienne (site de Pendjikent) en passant par la période hellénistique (site de Takht-i-Sangin) attestent tous de l’extrême prospérité de ces régions. Véritable carrefour entre les civilisations, le Tadjikistan a vu se développer de multiples nécropoles et centres religieux, sanctuaires et monastères qui ont livré des vestiges témoignant de la diversité culturelle des populations au cours du temps : elles furent tour à tour adeptes de cultes helléniques, zoroastriens, bouddhiques et adoptèrent l’Islam. L’exposition s’achève sur les sultans samanides (819-1005) avant le choc de la première invasion turque.
C’est cet univers complexe et méconnu que l’exposition se proposera de retracer, à travers des œuvres parfois surprenantes ou spectaculaires qui évoquent un monde d’échanges et de commerce le long de ces routes de la soie.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Théodule Ribot (1823-1891). Une délicieuse obscurité

Musée des Augustins, Toulouse
Du 16 octobre 2021 au 10 janvier 2022

En partenariat avec les musées des Beaux-arts de Caen et de Marseille, le musée des Augustins se penchera sur l’œuvre de Théodule Ribot, un peintre réaliste inspiré par la peinture ancienne et en phase avec certains de ses contemporains, hors de l’opposition entre tradition et avant-gardes.

Le goût pour la sociabilité, l’attention portée aux petites gens, la simplicité austère des objets et des lieux représentés, le choix d’une peinture ténébriste au puissant clair-obscur, sont quelques-unes des caractéristiques de la peinture de Théodule Ribot, peintre autodidacte, affranchi et solitaire.
Le peintre, tout comme d’autres artistes de cette période, refuse la théâtralisation, et cultive une forme de réserve bien caractéristique, qui dessine un point d’accord remarquable entre son œuvre et sa vie, toutes deux également discrètes. Pour autant, la peinture réaliste, tout en se voulant ouverte à la réalité sociale et politique de son temps, ne rejette pas l’étude des maîtres anciens. L’exposition mettra en lumière ce lien si particulier qui relie les peintres réalistes à la tradition, à travers quelques œuvres emblématiques des XVIIe et XVIIIe siècles, sources d’inspiration pour Ribot.
Dans son œuvre, Ribot a développé un talent original, généreux, émouvant et finalement moderne. Peu connu
du grand public bien que fort présent dans les collections publiques en France et à l’étranger, Ribot fut admiré par ses amis artistes comme Fantin-Latour, Boudin ou Rodin.

L’exposition présentera environ 80 tableaux provenant de France, d’Espagne, d’Italie, de Grande-Bretagne, des Pays- Bas, des États-Unis et du Canada. Première étape, elle sera ensuite présentée à Marseille au musée des Beaux-arts du 10 février au 15 mai 2022 puis à Caen au musée des Beaux-Arts du 11 juin au 2 octobre 2022.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Vanessa Enriquez, Resounding songs

Commissaire d’exposition : Frida Robles

Drawing Lab Paris – Du 16 octobre 2021 au 12 janvier 2022

Dans le monde entier, les plus anciennes expressions artistiques sont liées à une démarche spirituelle et la plupart d’entre elles ont été découvertes à l’intérieur de grottes. La grotte est un archétype universel de réflexion de soi et de communication avec d’autres royaumes, étroitement lié au symbole du « cœur ». C’est un retour dans le ventre de la mère, un site sombre pour l’initiation à des modes de connaissance et d’existence plus profonds. En utilisant le cœur de la grotte comme cadre mythologique et point d’ancrage, Vanessa Enríquez s’est retirée et s’est connectée au cours de l’année écoulée aux pratiques ancestrales du dessin, du chant et du rituel en utilisant la bande magnétique VHS comme outil de dessin, instrument de musique et talisman.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Vaux-le-Vicomte en lumières

Château de Vaux-le-Vicomte
À partir du 16 octobre 2021

Pour la 16ème édition de «Vaux-le-Vicomte en lumières», dès le 16 octobre cette année, le château se pare de milliers de décorations et lumières, plongeant le visiteur dans un univers magique… La fête et le faste seront à l’honneur pour ravir petits et grands enfants : les cours, les communs, le château et le jardin à la française se transforment en un monde merveilleux où illuminations et animations offrent la promesse d’une parenthèse enchantée pour toute la famille.Un mapping vidéo (projection monumentale) sur la façade du château achèvera chacune de ces journées féeriques !

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Sur la piste des Sioux

Musée des Confluences, Lyon
Du 22 octobre 2021 au 28 août 2022

Notre imaginaire les a longtemps désignés comme « les Indiens d’Amérique ». Récits de voyages, cinéma et bande dessinée, spectacles de folklores et même romans y ont largement contribué. Sur la piste des Sioux remonte aux sources de notre imaginaire et de ses stéréotypes.
Conçue et réalisée par le musée des Confluences, l’exposition profite notamment de la collection de François Chladiuk. Bruxellois passionné du Far West, il possède un ensemble unique de costumes lakotas du village d’Indiens installé à Bruxelles en 1935 pour l’Exposition universelle, héritage des Wild West Shows, dont le célèbre Buffalo Bill’s Wild West, spectacle diffusé en Amérique puis en Europe entre 1882 et 1912.
Explicitant la construction de l’image caricaturale des nations indiennes, l’exposition veillera à redonner la parole à ces communautés encore marginalisées aujourd’hui.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Rendez-vous sauvage d’automne : en quête d’espèces fascinantes

Parc Zoologique de Paris
Du 23 octobre au 7 novembre 2021


Le mystère s’invite au Parc zoologique de Paris cet automne. Des espèces récemment découvertes ou dont l’existence n’a pas encore été prouvée seront mises à l’honneur lors de ce rendez-vous sauvage. Des rencontres fascinantes avec des scientifiques et des animations quotidiennes permettront d’en savoir plus sur ces animaux énigmatiques tout en s’amusant.

Le temps fort de ce rendez-vous sauvage sera la Journée Frissons, le 31 octobre pour célébrer Halloween !

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Salon International du Patrimoine Culturel

Carrousel du Louvre, Paris – Du 28 au 31 octobre 2021

Ateliers d’Art de France confirme la tenue de la 26e édition du Salon International du Patrimoine Culturel du 28 au 31 octobre 2021, au Carrousel du Louvre – Paris. Attendue par l’ensemble des acteurs du patrimoine, cette édition sera placée sous le thème « Patrimoine et Territoires ».

Plateforme incontournable d’échanges et de rencontres pour le secteur, le Salon rassemblera, comme chaque année, l’ensemble des acteurs des métiers du patrimoine : les professionnels de la restauration, de la sauvegarde et de la valorisation du patrimoine bâti ou immatériel.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Alexej von Jawlensky

La Piscine, Roubaix
Du 6 novembre au 6 février 2022

Rarement montrée en France, la peinture d’Alexej Von Jawlensky (1864-1941) est un apport très singulier à la modernité issue du fauvisme et de l’expressionnisme. Parmi les premiers à employer le principe des séries, Jawlensky se passionne notamment pour le motif de visage qu’il recompose jusqu’à l’affirmation d’une nouvelle et singulière abstraction. Riche de nombreux et grands prêts internationaux, cette première grande rétrospective française de l’artiste, sur une idée d’Itzhak Goldberg, est un partenariat avec la Fondation Mapfre à Madrid et les musées de Marseille. Aux côtés de Jawlensky, figureront des œuvres de nombreux artistes auxquels il fut lié : Matisse, Rouault, Kandinsky, Klee… Une découverte étincelante.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

René Iché (1897 – 1954) : l’art en lutte

La Piscine, Roubaix
Du 6 novembre au 6 février 2022

Personnalité discrète de la sculpture moderne, artiste engagé dans les réseaux de la Résistance, René Iché (1897-1954) mérite assurément d’être redécouvert. Présent dans les collections de La Piscine avec trois œuvres importantes, il fera l’objet d’une rétrospective inédite, facilitée par un partenariat avec ses descendants.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Carte blanche à Duy Anh Nhan Duc

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris – Du 10 novembre 2021 au 7 février 2022

Duy Ahn Nhan Duck est un artiste vietnamien, né en 1983 à Ho Chi Min et vivant à Paris. Il travaille le végétal et s’inspire de la nature et de son enfance dans les jardins vietnamiens pour créer des installations poétiques. Fruit d’inlassables cueillettes, ses installations sont une invitation à prendre le temps de regarder le monde végétal avec un œil nouveau. Se définissant comme un sculpteur de la flore, il abordera dans sa carte blanche le thème, qui lui est cher, du retour à la nature.
Cette exposition est conçue comme un voyage initiatique pour le visiteur, appelé à expérimenter et vivre l’installation.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Chaissac en CoBrA

Sous le signe du serpent
Musée Soulages, Rodez – Du 19 novembre 2021 au 8 mai 2022

Pour la toute première fois, une exposition réunit l’œuvre de l’artiste français Gaston Chaissac et les artistes du groupe CoBrA. Avec 80 peintures, dessins, collages et objets, l’exposition témoigne d’une affinité étonnante, en termes de forme et du contenu. Au sein de l’univers thématique de Chaissac, le serpent joue un rôle important et ambivalent comme symbole mystérieux. Pour Asger Jorn, Karel Appel et Constant, le nom COBRA fut plus qu’une description, il est dérivé des villes originaires des membres du groupe (Copenhague, Bruxelles, Amsterdam). L’art du CoBrA fait allusion également aux pouvoirs primordiaux de cette créature ; son charme lisse et soyeux et sa redoutable dangerosité, pareillement.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

ST-ART, 25e édition

Foire européenne d’art contemporain et de design
Parc des Expositions, Strasbourg
Du 26 au 28 novembre 2021

ST-ART, première foire française d’art contemporain et de design en région, fêtera son 25ème anniversaire du 26 au 28 novembre 2021, à Strasbourg, ville de culture, de gastronomie et d’architecture.

En novembre 2021, ST-ART recevra son public et ses exposants dans une scénographie au service des œuvres et des artistes. Comme les années précédentes, la foire présentera également une «photographie» du soutien et de l’implication des pouvoirs publics dans la création contemporaine à travers des expositions conçues par la Région Grand Est et la ville de Strasbourg. ST-ART interrogera, avec l’exposition « FUTURAE L’artiste questionne le monde », la définition même de l’artiste et le rôle social de l’oeuvre d’art comme engagement esthétique, culturel, éthique. – Artistes invités : Vaughn Bell, Jérémy Cobé, Ha Cha Youn, Clay Apenouvon, Ackroyd & Harvey, Luc Lapayre – Commissaire : Patricia Houg, Directrice artistique.

Jusqu’à cette date, la communication digitale de l’événement sera renforcée afin de permettre aux galeristes de ST-ART déjà engagés de bénéficier d’une visibilité maximale et que les visiteurs, collectionneurs et professionnels de l’art poursuivent leurs connections avec les propositions artistiques.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Les Tarots enluminés, chefs-d’oeuvre de la Renaissance italienne

Musée Français de la Carte à Jouer, Issy-les-Moulineaux – De décembre 2021 à mars 2022

Le Musée Français de la Carte à Jouer présentera une exposition inédite sur les tarots enluminés du XVème siècle, chefs-d’oeuvre de la Renaissance italienne, grâce à plus de 70 oeuvres issues de prêts prestigieux en France et à l’étranger.
Les tarots enluminés du XVème siècle fascinent. Leur qualité d’exécution,
la richesse de leurs couleurs, leurs fonds d’or estampés en font des oeuvres à part, à la fois cartes à jouer et miniatures.
Objets de luxe, ils ont été mieux préservés que les tarots ordinaires imprimés. Dominés par les cartes peintes par Bonifacio Bembo et
son atelier pour la cour de Milan au milieu du XVème siècle, les tarots enluminés ont été aussi réalisés pour d’autres cours comme celles de Ferrare ou de Florence.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153