Fermer cette description

Les Rubans Ephémères de Patrick Hourcade

Une œuvre d’art éphémère dans les jardins de Vaux-le-Vicomte – Depuis juin 2019

Le jardin de Vaux-le-Vicomte, oeuvre fondatrice des jardins à la française d’André Le Nôtre, vit un changement inédit dans son histoire tricentenaire. Les buis du parterre des boulingrins, âgés et malades, ont été arrachés durant l’hiver 2019 et ont laissé leur place à une oeuvre d’art éphémère, spécialement créée pour le domaine et choisie à l’issue d’une consultation initiée en 2018. L’oeuvre choisie, les Rubans Ephémères, est une création de l’artiste Patrick Hourcade.
Avec audace et modernité, elle rend hommage à l’art visionnaire du jardinier paysagiste du XVIIe siècle.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
L margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

L’Affaire Fouquet, une histoire à vivre

Parcours sonore immersif
Château de Vaux-le-Vicomte
Toute l’année, depuis le 6 mai 2019

Le parcours sonore immersif plonge le visiteur au coeur de l’Histoire, qui prend vie grâce aux sons : les personnages historiques s’éveillent et s’animent autour de lui. Le visiteur est invité à découvrir les moments-clés de la vie de Nicolas Fouquet et de la création de Vaux-le-Vicomte, via une technologie permettant de créer un univers sonore entièrement naturel, où les sons sont en trois dimensions. Grâce à cette expérience, le visiteur entend également l’ambiance sonore autour des personnages : les chuchotements des convives, les froissements des costumes, les bruits de vaisselles, les claquements de portes… 

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
L margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Le Styx, Rivière des enfers

Château de Vaux-le-Vicomte
Tous les week- ends et jours fériés + vacances scolaires zone C (sauf vacances d’été)

Proposant une aventure exceptionnelle dans la rivière souterraine détour- née par Le Nôtre en 1654 lors de la création des jardins à la française, ce parcours scénarisé, ludique et interactif s’appuie sur le texte de Jean de la Fontaine « Les amours de Psyché et Cupidon ». Guidés sur le Styx -la Rivière des Enfers- et équipés de lampes frontales et de « bottes cuissardes », les visiteurs devront surmonter une série d’épreuves d’agilité et de logique… Une aventure inédite et intense menée par des comédiens professionnels !

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
L margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Le musée d’histoire de Lyon se réinvente !

MHL- musée d’histoire de Lyon : Un projet ambitieux, sur 4 ans, dont la première exposition, Portraits de Lyon, ouvre le 4 décembre 2019

La nouvelle exposition  Portraits de Lyon commencera par un portrait de la ville contemporaine pour, ensuite, guider le visiteur vers les repères essentiels de son histoire. Inaugurée le 4 décembre 2019, Portraits de Lyon est la première d’une série de 4 nouvelles expositions qui ouvriront chaque fin d’année, jusqu’en 2022. Elle est conçue pour un large public vivant leur quotidien dans la métropole de Lyon et pour les touristes qui la découvre et cherchent des points de repères.

ESPACE 1 : LYON, AU-DELA DES CLICHES. Peut-on définir Lyon ? Une premier espace de découverte sensible, poétique et amusée de l’histoire de Lyon. 

ESPACE 2 : COMMENT LYON EST DEVENUE LYON ? Six îlots temporels autour de 6 personnages-témoins fictifs, et un film de synthèse présentant l’histoire des évolutions urbaines de Lyon en 10 tableaux chronologiques animés. 

ESPACE 3 : ET LYON AUJOURD’HUI ? Une plongée dans la ville : des dispositifs participatifs et une maquette augmentée de Lyon (4m x 4m), interactive et inédite, qui permettront aux visiteurs de se situer dans la ville contemporaine et d’identifier les grands repères urbains, géographiques et historiques.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Une nouvelle salle de découverte pour les familles : « Le carré des mousses »

Musée de la Pêche, Concarneau
Depuis le 18 mai 2019

Le Musée de la Pêche est un lieu vivant. Afin de répondre à son objectif de transmission de la connaissance sur les activités halieutiques et la vie des sociétés littorales, une nouvelle salle de découverte ouvrira aux publics le 18 mai 2019. Entièrement pensé pour les familles, ce tout nouvel espace accueille un ensemble de dispositifs interactifs et ludiques plaçant les visiteurs au cœur d’une expérience inédite de la pêche. Il a bénéficié du soutien du Ministère de la Culture et de l’Association des Amis du Musée de la Pêche actuelle. Cet espace de découverte a été pensé en cohérence avec la collection conservée au musée et intègre les questions liées à la pêche aujourd’hui. Trois grandes thématiques sont abordées : « en mer », « à terre » et « pêcher mieux » qui abordent la problématique de la préservation des ressources. Toutes les activités proposées ont été imaginées pour répondre à cette question : que pêche-t-on aujourd’hui à Concarneau ? L’objectif est de faire découvrir aux familles, la vie d’un port de pêche actuel en testant les différents modules d’expérimentation. Ce nouvel espace clôture le parcours permanentdu Musée de la Pêche. À découvrir à partir du 18 mai 2019 !

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Lucie Picandet / Lauréate du Prix Drawing Now Art Fair 2019

Le Soir du poulpe
Drawing Lab Paris – Jusqu’au 29 février 2020

L’écriture occupe une place importante dans letravail de Lucie Picandet : elle rédige des fictionsinédites, en vers ou en prose, dont la plupart sont le point initial de ses productions, à l’instar du « Dalle du Lad », long poème initiatique en prose dont elle tire un important corpus d’œuvres sur papier. Son travail mêle différentes techniques, de la broderie à l’aquarelle, de l’écriture à la peinture, révélant un univers complexe, poétique et surréaliste. En parallèle de son cursus aux Beaux Arts de Paris, Lucie Picandet suit également des études de philosophie, théologie et esthétique. Lauréate du prix Emerige en 2015, elle prend part à des expositions dans d’importantes institutions dont l’Irish Museum of Contemporary Art de Dublin ou la Fondation d’entreprise Hermès à Paris. En 2018, elle présente son travail au Palais de Tokyo ainsi qu’à la Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, dans le cadre de sa deuxième exposition personnelle.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Picasso poète

Museu Picasso, Barcelona – Jusqu’au 1er mars 2020

Trente ans après l’exposition Picasso poètele crayon qui parle, exposée au Musée national Picasso-Paris du 8 novembre 1989 au 29 janvier 1990, à l’occasion de la publication de Picasso Écrits de Gallimard / Rmn, le Museu Picasso cherche maintenant à révéler à une nouvelle génération l’importance de l’écriture poétique dans le processus de création de Picasso et à le revisiter dans un contexte plus large, en se référant à des recherches plus approfondies sur Picasso, aux liens étroits entre l’écriture et la peinture; le travail textuel (collage, répétitions, variations), qui fait écho à son travail de peintre et, surtout, le contenu autobiographique de ce  «Journal intime», qui met en lumière l’intimité, le contexte historique et la personnalité complexe de l’artiste.
Commissariat: Emmanuel Guigon, directeur du Museu Picasso, Barcelone; Marie-Laure Bernadac, conservatrice générale honoraire des musées de France; Claustre Rafart, conservateur des arts graphiques au Museu Picasso de Barcelone; et Androula Michael, professeur titulaire à l’Université de Picardie Jules Verne et à l’UFR des Arts à Paris.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Viral, du microbe au fou rire tout s’attrape !

Forum des Sciences, Villeneuve d’Ascq – Jusqu’au 1er mars 2020

Lorsque l’on évoque le mot « contagion » on pense généralement de prime abord à la transmission d’une maladie par contact rapproché d’un individu atteint à un individu bien portant et donc à la contagion bactériologique ou biologique. En effet, notre époque, nos sociétés sont marquées par le phénomène de contagion. Des maladies infectieuses aux crises financières en passant par les manifestations et le bug du millénaire, les occasions de contagion sont de plus en plus nombreuses. Les réseaux sociaux aussi nous connectent à toujours plus d’individus pourtant physiquement éloignés. La façon dont nous entrons en contact avec les autres, crée des phénomènes qui se propagent selon des mécanismes identifiés par l’épidémiologie et les sciences sociales. Aujourd’hui, on considère que même une idée peut être… VIRALE. Alors venez vite participez à ce phénomène !…et contaminer par votre enthousiasme votre entourage 😉 Car quel est le point commun entre …une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Dans la vie virtuelle, en ligne ou dans la vraie vie, la contagion se propage toujours plus vite et plus loin. Mais comment fonctionne ce phénomène ? Pour le découvrir, vous allez devoir tester, jouer, manipuler, expérimenter… Plus qu’une exposition, Viral est une expérience immersive, pédagogique, amusante et contagieuse! Sous la forme d’un parcours organisé en 3 thèmes, elle aborde à la fois la biologie, l’épidémiologie, la modélisation mathématique, mais aussi la psychologie, les sciences sociales ou l’économie. A partir de 9 ans. A découvrir au Forum des Sciences à partir du 30 mars 2019 jusqu’au 1er mars 2020. Exposition produite par Ciencia Viva et Pavilhão do Conhecimento avec Universcience et Heureka. Présentée en 2017 au Palais de la Découverte

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

36 épisodes du Siège de Paris : l’énigme des tableaux dignois

Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis – Jusqu’au 2 mars 2020

C’est une jolie histoire comme il pourrait en arriver plus souvent grâce au travail effectué par les musées et aux nouvelles technologies. L’histoire d’un homme, Alfred Binant qui commande en janvier 1871, trente six tableaux de grands formats à une équipe de peintres pour relater des événements civils et militaires du siège de Paris, exalter le courage, l’héroïsme, la patience et le dévouement des parisiens encerclés. L’ensemble est ensuite donné à la ville de Paris, treize sont au musée Carnavalet. Que sont devenus les tableaux manquant ? Les recherches mènent contre toute attente vers la ville de Digne-les-Bains qui conserve des exemplaires modello en tous points comparables à leurs grands frères. Un coin du voile est levé, qui explique les liens de Binant avec Marseille et le sud est. Les trente six «miniatures» restaurées sont présentés pour la première fois à Digne avant de rejoindre les collections du musée d’art et d’histoire Paul Eluard de Saint-Denis pour enrichir son fonds unique sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr
07 82 04 83 75
T @Apolline_Obs
L apollineehkirch

Fermer cette description

Corps et en corps

Forum départemental des Sciences, Villeneuve d’Ascq
Jusqu’au 8 mars 2020

Pour son 1er anniversaire, le nouvel espace du Petit forum dédié aux enfants de 2 à 7 ans présente une exposition intitulée Corps et en corps. Cette création originale a pour thèmes le corps, le mouvement, le langage corporel, l’éveil artistique. Une immersion interactive et participative dans l’univers de la danse, de l’image, du langage corporel avec 4 modules/ateliers interactifs et ludiques à découvrir et expérimenter en famille : « le chef d’orchestre », « mon double virtuel », « les ombres imaginaires » et « viens danser avec moi ! »

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Congo

Musée Rietberg, Zürich
Jusqu’au 15 mars 2020

La République démocratique du Congo est aujourd’hui célèbre dans le monde entier pour sa vibrante scène culturelle. Nulle part ailleurs en Afrique la création artistique contemporaine n’est aussi diversifiée et inventive, se faisant l’écho des nouvelles tendances. Pourtant, par le passé, on y a aussi réalisé des masques, des statues et des objets d’une qualité décorative remarquable, qui comptent parmi les icônes de l’art africain. Pour la première fois dans une exposition consacrée à l’art du Congo, des œuvres et des photographies historiques sont confrontées à des œuvres d’art contemporain. Il s’agissait toutefois d’éviter une vision unilatérale, celle des Occidentaux. L’exposition se concentre donc sur des artistes contemporains congolais jouissant d’une grande renommée, comme Sammy Baloji, Michèle Magema, Monsengo Shula et Sinzo Aanza. Elle montre comment les artistes d’aujourd’hui et ceux d’hier se sont penchés d’un œil critique sur les effets de la colonisation, de l’évangélisation et du commerce mondial.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
L margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Eluard et Picasso

Museu Picasso, Barcelona – Jusqu’au 15 mars 2020

Paul Eluard devient le meilleur ami de Picasso en 1934. Après la disparition d’Apollinaire, Éluard était le seul poète avec lequel Picasso pouvait converser et partager des idées. Rapidement, le poète surréaliste est littéralement captivé par l’artiste démiurge, «qui insiste pour tout voir, pour projeter sur l’écran de l’homme tout ce qu’il peut comprendre, admettre ou transformer, représenter et transfigurer … Avec Picasso, les murs s’effondrent ”. Seul le décès d’Eluard, le 18 novembre 1952, met fin à cette fraternité. Picasso est affolé par la disparition prématurée du poète. Sur la photo prise lors de l’enterrement, son visage illustre clairement ce sentiment. Avec Eluard, il a également perdu le poète qui a pénétré son art le plus intuitivement et la personne avec qui et grâce à qui il a vécu l’aventure du communisme. Juste avant la mort d’Eluard, la maison d’édition Braun publia une série de dessins de la période 1942-1946 sous le titre Picasso, dessins. Le texte est précédé d’un beau texte d’Eluard qui, avec une précision expressive, de belles images et beaucoup d’émotion, nous amène à la conclusion de Claude Roy, qui connaissait bien les deux : « Paul Eluard aimait Picasso et était aimé de lui, probablement plus que quiconque : il y avait entre eux la seule tendresse insoupçonnée, celle des égaux ».
L’exposition abordera les deux personnages de manière thématique et chronologique, à travers livres et poèmes, œuvres illustrées, portraits et dessins d’Éluard et Nusch, la collection de Paul Eluard, des photographies de Man Ray et Brassaï et des lettres et documentaires relatant les rencontres entre les deux amis.

Commissariat: Emmanuel Guigon, directeur du Museu Picasso, Barcelone, et Malén Gual, conservateur au Museu Picasso, Barcelone

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Pionniers de la photographie en Suisse Romande – Collection Auer Ory

Musée d’Art et d’Histoire de Genève, Exposition à la maison Tavel – Jusqu’au 29 mars 2020

Grâce au fonds remarquable rassemblé par Michèle et Michel Auer au sein de leur fondation genevoise, c’est l’ensemble des approches des pionniers de la photographie en Suisse romande qui s’illustre à la Maison Tavel. Près de 200 originaux datant des années 1840 à 1865 offrent au public une occasion de découvrir la variété des thèmes et des techniques qui ont marqué les débuts d’un médium aussi décrié qu’admiré.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr
07 82 04 83 75
T @Apolline_Obs
L apollineehkirch

Fermer cette description

Femmes années 50

Au fil de l’abstraction, peinture et sculpture
Musée Soulages, Rodez
Jusqu’au 10 mai 2020

Du 14 décembre au 10 mai 2020, le musée Soulages consacrera une exposition à la création des femmes dans les années 50 à Paris : L’autre moitié de l’avant-garde. Femmes années 50. L’exposition, Cette exposition historique, qui se propose de mettre en valeur l’œuvre des femmes dans la sculpture, la peinture, la gravure dans un milieu artistique parisien largement féminisé, galeries et critique, bien entendu, présentera un ensemble de plus de 70 œuvres de provenance riche et variée : prêts d’artistes, de particuliers, d’institutions, de galeries, de fondations, de musées nationaux et régionaux (Centre Georges Pompidou – musée national d’art moderne, Fonds national d’art contemporain, musée Matisse Le Cateau-Cambrésis, musée des Beaux-arts de Nantes, abbaye de Beaulieu en Rouergue, musée de Grenoble, Musées Royaux de Belgique, les Abattoirs-Toulouse, musée de Gravelines), des fondations (Hartung / Bergman, Marta Pan / Wogensky…), des galeries françaises et étrangères (Denise René, Antoine Laurentin, Convergences, Jeanne Bucher, Callu Mérite…), ainsi qu’une dizaine de collectionneurs privés.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Installation Costumes en fête

40 ans, 40 costumes – Musée de la musique (Cité de la Musique), Paris – Jusqu’au 11 mai 2020

Les Arts Florissants convient les visiteurs de la Philharmonie de Paris à une fête baroque au Musée. Pour l’occasion, le metteur en scène Robert Carsen a choisi quarante somptueux costumes qui ont marqué les plus belles productions lyriques de l’Ensemble. Ils seront présentés jusqu’au printemps 2020 au Musée de la musique. Avec les chanteurs et instrumentistes des Arts Florissants et en collaboration avec le Centre national du costume de scène. 

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Edward Hopper

Fondation Beyeler, Bâle
Jusqu’au 17 mai 2020

La Fondation Beyeler présente dans son exposition de printemps 2020 un ensemble d’œuvres d’Edward Hopper (1882-1967), l’un des principaux peintres américains du XXème siècle. Les peintures de Hopper sont l’expression du regard singulier que l’artiste porte sur la vie moderne. Il commença sa carrière comme illustrateur. Aujourd’hui, il est surtout connu pour ses peintures à l’huile, qui témoignent de son intérêt pour l’impact de la couleur et de sa virtuosité dans la représentation de l’ombre et de la lumière. Le thème central de l’exposition est fourni par ses images iconiques des immenses paysages naturels et urbains de l’Amérique. L’exposition réunit des aquarelles et des huiles des années 1910 aux années 1960, offrant ainsi un large et passionnant panorama des multiples facettes de la peinture hoppérienne.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Corneille, un Cobra dans le sillage de Gauguin

Musée de Pont-Aven
Jusqu’au 24 mai 2020 

Organisée à l’occasion du 10e anniversaire de la disparition du peintre, l’exposition retrace l’ensemble de l’œuvre de Corneille (1922-2010) à la lumière de ses nombreux voyages, de sa passion pour les arts africains et de ses amitiés artistiques. En tant que membre fondateur du groupe Cobra, Corneille est l’un des représentants majeurs de la scène artistique européenne de la seconde moitié du XXe siècle où il incarne tous les enjeux du renouveau de la peinture depuis 1945. L’exposition retrace chaque période de son œuvre. À Pont- Aven, l’exposition met en lumière pour la première fois le lien qui unit Corneille à Paul Gauguin qu’il considérait comme l’un de ses maîtres. Corneille revient en Bretagne au cours de l’été 1960 lors d’un long séjour à Beg-Meil où les paysages de granite et les traditions bretonnes lui inspirent de nouvelles peintures.

En partenariat avec la Fondation Guillaume Corneille à Bruxelles.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Le Canada et l’impressionnisme

Fondation de l’Hermitage, Lausanne – Jusqu’au 24 mai 2020

La Fondation de l’Hermitage accueillera, dès le 24 janvier 2020, la deuxième étape d’une exposition internationale présentée en collaboration avec le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, la Kunsthalle de Munich et le Musée Fabre à Montpellier. Première exposition consacrée à ce thème, Le Canada et l’impressionnisme présentera des artistes canadiens majeurs qui, au tournant du XXe siècle, ont servi la cause de l’impressionnisme au Canada et l’ont fait connaître. Couvrant près de cinq décennies, Le Canada et l’impressionnisme rassemble environ 100 peintures de quelque 35 artistes canadiens, qui proviennent de collections renommées du Canada et d’ailleurs, tant publiques que privées. Les œuvres de cette exposition sont regroupées en sept sections retraçant le parcours des artistes canadiens depuis leur initiation à l’impressionnisme jusqu’à leur réinterprétation du mouvement. 

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr
07 82 04 83 75
T @Apolline_Obs
L apollineehkirch

Fermer cette description

Sacrée Architecture !

La passion d’un collectionneur
Musée de Flandre, Cassel
Jusqu’au 14 juin 2020

Cette exposition présente la passion de toute une vie. Pendant plus de quarante ans, un homme qui avait pour rêve d’être architecte, a patiemment rassemblé une cinquantaine de tableaux d’artistes flamands et hollandais des XVIe et XVIIe siècles. Toutes les œuvres qu’il a acquises au gré de ses recherches et des opportunités ont pour seul et unique sujet : les vues d’intérieur d’église. Sa quête l’a poussé à maîtriser parfaitement le thème allant jusqu’à éditer un catalogue exhaustif de ce genre de peintures.
La représentation des intérieurs d’église apparaît à la fin du XVIe siècle alors que la controverse entre protestants et catholiques est vive. En pleine fougue baroque, certains peintres initient une nouvelle manière de suggérer le divin : les lignes architecturales magnifient la lumière et incitent à l’élévation de l’âme. Cependant ces intérieurs d’église sont pleins de vie, animés de saynètes de la vie quotidienne, créant une passerelle entre le monde terrestre et l’univers céleste.
Cette collection unique, représentative de la peinture architecturale des écoles du Nord, sera pour la première fois présentée au public dans son intégralité.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

MOI(S)

MusVerre, Sars-Poteries
Jusqu’au 21 juin 2020

Artistes exposés : Antoine Brodin, Diana Brennan, Makoto Ito, David Reekie, Camilla Caster, Bertil Vallien, Lieve Van Stappen, Sybille Peretti, Philip Joel Myers, Masayo Odahashi, Gareth Noel Wiliams, Silvia Levenson.
L’homme dans sa singularité se retrouve quotidiennement confronté à des interactions qui le modèlent et infléchissent sa trajectoire : l’exposition Moi(s) explore ainsi les différentes facettes de ces rapports complexes à soi et au monde. Des émotions brutes et quasi-mystiques de l’enfance aux difficultés des relations sociales, c’est tout un parcours d’humanité que le visiteur est invité à emprunter. Les dualités profondes, constitutives de l’identité, se superposent aux masques sociaux, et aux rapports de force imposés par la vie en collectivité. La mise à nu s’impose, aussi douloureuse que nécessaire ; au cœur de l’intimité, les introspections livrent les fragilités de chacun, entre refoulement et acceptation. L’homme modifie son environnement, et chacun de ses gestes, de la caresse à la menace, acquiert une signification profonde. Les dangers de cette ingérence nous questionnent sur les possibilités d’un changement ; le passé reçu en héritage deviendra-t-il le fardeau ou la force des générations à venir ?
La fugacité de l’existence n’en met que plus en valeur la foudroyante beauté de la création comme acte ultime de vie.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

La beauté du geste

Musée National de Céramique à Sèvres – Jusqu’au 31 août 2020 

La saison d’octobre 2019 à août 2020 à Sèvres – Manufacture et Musée nationaux a pour thème la Beauté du geste. L’ensemble de la programmation s’en fait l’écho, avec l’ouverture d’une École et d’une Galerie des savoir-faire, des expositions révélant les talents des artistes en résidence et des artisans de Sèvres et des projets hors les murs. Invitation au partage et à la transmission : La Beauté du geste dévoile les secrets d’une institution unique. C’est l’expérience de Sèvres qui s’ouvre à tous ! 

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr
07 82 04 83 75
T @Apolline_Obs
L apollineehkirch

Fermer cette description

Lumière – le cinéma inventé

Palais Lumière, EvianJusqu’au 6 septembre 2020

Une exposition événement consacrée à l’épopée du Cinématographe et à toute l’œuvre de la famille Lumière ! L’ensemble est abordé de façon renouvelée : on dépasse la seule tradition visant à faire de Louis Lumière (et de son frère Auguste) un inventeur et un génie de la technique, pour montrer en quoi son œuvre est d’une richesse, d’une créativité et d’une modernité méconnues.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr
07 82 04 83 75
T @Apolline_Obs
L apollineehkirch

Fermer cette description

Traces du vivant

Musée des Confluences, Lyon
Jusqu’au 6 décembre 2020

L’exposition en bref : les os, les dents et les cornes sont les seuls tissus vivants qui ne disparaissent pas chez certains vertébrés après leur mort. Grâce à ces vestiges, nous pouvons raconter l’histoire de ces animaux mais aussi celle des sociétés humaines qui, depuis la Préhistoire, utilisent cette matière devenue inerte pour façonner divers outils et objets. Entre science et symbolisme, nos relations avec ces « traces du vivant » sont multiples et profondes.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67