Fermer cette description

L’Affaire Fouquet, une histoire à vivre

Parcours sonore immersif
Château de Vaux-le-Vicomte
Depuis le 6 mai 2019

Dès la réouverture 2019 du domaine et pour la première fois dans un château en France, les visiteurs pourront revivre l’histoire du XVIIème siècle grâce à un dispositif sonore spatialisé. Ce projet, innovant et ambitieux de parcours sonore immersif, a pour objectif de rendre l’Histoire de France plus vivante et plus accessible.
Le récit se concentrera sur différents moments clés de la vie de Nicolas Fouquet (la mort de Mazarin, le complot ourdi par Colbert et Louis XIV, la somptueuse fête avec Molière, l’arrestation par d’Artagnan, etc.) Grâce à cette expérience technologique, le visiteur entendra également l’ambiance sonore autour des personnages dans un parcours immersif de cinéma sonore dont les scènes seront déclenchées automatiquement tout au long du parcours de visite.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Château de Vaux-le-Vicomte

2019 : une année tournée vers l’innovation

Le Château de Vaux-le-Vicomte, chef d’oeuvre du XVIIe siècle de l’architecte Le Vau, du peintre-décorateur Le Brun et du jardinier Le Nôtre, réouvre ses portes le samedi 23 mars pour la nouvelle saison. En 2019, le Palais de Nicolas Fouquet proposera notamment deux nouveaux projets innovants à ses différents publics : la création d’un parcours de visite inédit en son 3D et l’installation d’une oeuvre d’art contemporaine et éphémère dans les jardins à la française.
«Plus que jamais, les institutions culturelles doivent s’implanter dans le XXIe siècle et utiliser les moyens modernes pour transmettre leur patrimoine. Le Château de Vaux-le-Vicomte a toujours été synonyme d’audace, aussi, mettre à contribution les technologies innovantes de notre époque au service de l’histoire et de l’art nous paraît une évidence » Ascanio de Vogüé, Directeur Général et co-propriétaire du Château de Vaux-le-Vicomte.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Réouverture du département des Plans-Reliefs

Palais des Beaux-Arts de Lille Une collection révélée, un espace renouvelé depuis le 16 mars 2019

Après un atrium revisité en juin 2017, c’est le département des plans- reliefs, clé de voûte de la rénovation de 1997, qui se révèle sous un regard neuf et original après une restauration hors norme.
Classés Monuments Historiques en 1927
De 1668 à 1870, pas moins de 260 plans-reliefs représentant 150 sitesfortifiés de France furent réalisés à des fins militaires. Il en subsisteaujourd’hui une centaine, dont 14 sont conservés au Palais des Beaux- Arts de Lille. La réouverture des plans-reliefs du musée est menée en étroite collaboration avec le Musée des plans-reliefs de Paris, propriétaire de cette collection inestimable.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Une nouvelle salle de découverte pour les familles : « Le carré des mousses »

Musée de la Pêche, Concarneau
Depuis le 18 mai 2019

Le Musée de la Pêche est un lieu vivant. Afin de répondre à son objectif de transmission de la connaissance sur les activités halieutiques et la vie des sociétés littorales, une nouvelle salle de découverte ouvrira aux publics le 18 mai 2019. Entièrement pensé pour les familles, ce tout nouvel espace accueille un ensemble de dispositifs interactifs et ludiques plaçant les visiteurs au cœur d’une expérience inédite de la pêche. Il a bénéficié du soutien du Ministère de la Culture et de l’Association des Amis du Musée de la Pêche actuelle. Cet espace de découverte a été pensé en cohérence avec la collection conservée au musée et intègre les questions liées à la pêche aujourd’hui. Trois grandes thématiques sont abordées : « en mer », « à terre » et « pêcher mieux » qui abordent la problématique de la préservation des ressources. Toutes les activités proposées ont été imaginées pour répondre à cette question : que pêche-t-on aujourd’hui à Concarneau ? L’objectif est de faire découvrir aux familles, la vie d’un port de pêche actuel en testant les différents modules d’expérimentation. Ce nouvel espace clôture le parcours permanentdu Musée de la Pêche. À découvrir à partir du 18 mai 2019 !

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Filiger

Galerie Malingue, Paris
Jusqu’au 22 juin 2019

Fidèle à son attachement aux artistes de l’Ecole de Pont-Aven et de l’entourage de Paul Gauguin, la galerie Malingue présente au printemps 2019 une exposition consacrée à l’œuvre trop méconnu de Charles Filiger (1863-1928).
Pour la première fois depuis près de 30 ans, un large panorama de la production de cet artiste rare sera offert aux amateurs et curieux (dernière exposition Filiger en 1990, au Musée d’Art Moderne de Strasbourg, et en 2006, à Quimper, une exposition explorait spécifiquement les rapports d’André Breton avec l’œuvre de Filiger). Près de 80 œuvres de Filiger seront exposées – y compris les publications qu’il illustre – provenant de collections privées et de musées (Albi, Quimper, Brest, Saint-Germain-en-Laye) dont le magnifique Jugement dernier de la collection Josefowitz, conservé à l’Indianapolis Museum of Art.

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

Fêtes et kermesses au temps des Brueghel

Musée de Flandre, Cassel
Jusqu’au 14 juillet 2019
EXPO-ÉVÈNEMENT

Alors que l’Europe célèbre en 2019 le 450e anniversaire de la mort de Pieter Bruegel l’Ancien (1510/1520-1569), le musée de Flandre prend part à cet évènement avec une exposition ambitieuse portant un éclairage inédit sur les Fêtes et kermesses au temps des Brueghel. Cette fantastique liberté de création qui anime la Flandre des XVIe et XVIIe siècles fonde l’image de ce territoire profondément humaniste et convivial. Plus d’une centaine de toiles, gravures et instruments de musique en provenance de musées prestigieux et d’importantes collections privées seront joyeusement réunis pour cette exposition- évènement. Elle investira, pour la première fois depuis la réouverture en 2010, la totalité du musée de Flandre (1000 m2 ).

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Genève 1850, un voyage révolutionnaire

Maison Tavel, Genève
Jusqu’au 14 juillet 2019

Coproduite par la Fondation Artanim et le Musée d’art et d’histoire, Genève 1850 : un voyage révolutionnaire propose une expérience inédite. Grâce à un dispositif de réalité virtuelle unique, le visiteur embarque pour un voyage au cœur de l’histoire genevoise. Ce projet est le fruit de la volonté du maire de Genève, Sami Kanaan, qui a souhaité que les données de la numérisation du Relief Magnin,maquette de Genève reproduisant fidèlement l’aspect de la cité en 1850, soient proposées en open data afin de susciter des projetscréatifs et innovants.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Le Verre en mouvement

MusVerre, Sars-Poteries
Jusqu’au 8 septembre 2019

L’exposition met en lumière la manière dont les artistes se saisissent du verre pour exprimer le mouvement, et, entre effets d’optique et interaction avec le déplacement du spectateur, faire vivre une expérience perceptive inédite.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Miroirs

Le miroir, reflets de l’être humain
Musée Rietberg, Zürich
Jusqu’au 22 septembre 2019

Jour après jour, le miroir est l’instance qui nous permet de vérifier notre aspect et de capter notre état d’âme. Il nous accompagne durant toute notrevie, et nous entretenons avec lui une relation intime,même si elle est parfois machinale et distanciée. Que savons-nous de lui, de son histoire, de son utilisation, et que raconte le miroir sur nous-même? L’histoire du miroir s’étend sur plusieurs millénaires. Que ce soit dans l’Egypte ancienne, chez les Mayas du Mexique, au Japon ou en Italie (plus précisément à Venise) mais aussi dans l’art et les films actuels – d’un bout à l’autre de la planète, des miroirs ont été fabriqués dans toutes sortes de civilisations et se sont vus attribuer des significations et des pouvoirs particuliers. A l’aide de 220 œuvres d’art provenant de 95 musées et collections du monde entier, le musée Rietberg met en lumière l’évolution artisanale et technologique mouvementée ainsi que la portée culturelle et sociale de cet intermédiaire qui nous renvoie notre propre reflet. Dans cette exposition, la première d’une telle ampleur consacrée au miroir, il est question du miroir en tant qu’artefact, mais aussi en tant qu’outil de connaissance de soi, d’orgueil et de sagesse, de beauté, de mystique et de magie, ainsi que du miroir de notre époque – le « selfie ». Ce tour du monde à travers l’histoire du miroir auquel nous invite l’exposition commence par un miroir égyptien en bronze et nous conduit en Grèce, en Italie, en Asie, en Iran, en Inde, en Chine, au Mexique, aux Etats-Unis, à Paris, etc.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Picasso, Le regard du photographe

Museu Picasso, Barcelona
Jusqu’au 24 septembre 2019

L’exposition « Picasso, Le regard du photographe » plonge les visiteurs dans l’univers de Pablo Picasso à travers la photographie, une forme d’expression qui est polysémique par nature, car elle génèredes images si diverses qui contiennent toutesles facettes d’un créateur, qui est à la fois auteur, modèle, témoin et spectateur de son travail et desa vie. Cette excursion photographique d’un atelier à l’autre s’efforce de montrer la richesse multidisciplinaire de l’œuvre de Picasso, dans laquelle l’expérimentation est la priorité, quelle que soit la technique ou le médium qu’il emploie. À partir du moment où il a joué le rôle de reporter un été jusqu’à l’utilisation de son image commeicône et de son moi inspiré et enjoué, Picasso a toujours eu une relation complexe et intense avecla photographie et les photographes qu’il a admisdans son intimité créative.

Commissariat : Violeta Andrés, responsable des archives photographiques et de la numérisation,Musée national Picasso, Paris

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Regards sur les collections : carte blanche aux étudiants des écoles d’art des Hauts-de-France

La créativité demande du courage
Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis Jusqu’au 30 septembre 2019

Le musée Matisse du Cateau-Cambrésis donne carte blanche aux étudiants des écoles d’art des Hauts-de-France pour créer une exposition collaborative à partir de la citation « la créativité demande du courage ». Il s’agit d’une démarche expérimentale dans laquelle la chaîne des acteurs du processus créatif s’associent pour accompagner les jeunes créateurs à déployer le potentiel de leur talent. A l’image de la graineterie familiale Matisse de Bohain-en- Vermandois, lieu d’évocation de la germination, dont Henri Matisse ne cessera d’utiliser la métaphore pour rendre compte des étapes qui conditionnent le principe même de conception d’une œuvre. De manière originale, le musée Matisse constitue un écosystème de ressources et de moyens professionnels permettant à cette pépinière de jeunes graines d’interagir, de mobiliser leur énergie et leur singularité, de leur donner la force de se tourner vers la lumière. En pratique amateur, en remise à niveau, ou encore intégré dans un parcours de spécialité, les étudiants encadrés par leurs enseignants sont invités à produire une réponse inédite à ces questionnements en résonnance avec le maitre des lieux Henri Matisse. Soumis à un jury de professionnels, une sélection des pièces les plus emblématiques seront proposées sous la forme d’un dialogue esthétique dans la salle d’exposition temporaire. La manifestation est marainée par la galerie parisienne SMAGGHE.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Soirées aux chandelles

Vaux-le-Vicomte
Tous les samedis soirs jusqu’au 5 octobre 2019

Tous les samedis soirs du 4 mai au 5 octobre, le château de Vaux-le- Vicomte propose à ses visiteurs une expérience unique : la visite du château et des jardins à la française éclairés par plus de 2 000 bougies. Le domaine invite à une parenthèse hors du temps pour retrouver un peu de la magie de la fameuse fête du 17 août 1661.

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Rudolf Stingel

Fondation Beyeler, Bâle
Jusqu’au 6 octobre 2019

La Fondation Beyeler consacrera son exposition estivale 2019 au peintre contemporain Rudolf Stingel. Né en 1956 à Merano en Italie, il vit et travaille à New York et à Merano. Depuis ses débuts, Rudolf Stingel aborde la peinture de manière conceptuelle et autoréflexive, explorant ses possibilités et les limites qui la constituent dans un jeu complexe avec les démarches artistiques, les matériaux et les formes. A côté de séries de peintures abstraites et photoréalistes, il crée des œuvres grand format en polystyrène, des tableaux en métal coulé et des espaces participatifs investis au moyen de tapis muraux, de tapis de sol et de panneaux isolants pouvant être touchés et foulés. Ses œuvres font apparaître les traces aléatoires du temps tout comme des renvois délibérés à leur propre processus de production. L’exposition à la Fondation Beyeler est la première exposition muséale en Europe à présenter les principales séries d’œuvres de l’ensemble de la carrière de Rudolf Stingel. Incluant également de nouveaux travaux créés pour l’occasion, elle offre un aperçu complet de l’œuvre de Stingel et formule des réponses multiples à la question de la nature et des possibilités actuelles de la peinture. Commissaire invité, Udo Kittelmann, directeur de la Nationalgalerie de Berlin, est un connaisseur reconnu de longue date de l’œuvre de Rudolf Stingel. Il conçoit l’exposition en collaboration étroite avec l’artiste spécialement pour les espaces de la Fondation Beyeler.

Attaché de presse : Maëlys Arnou
maelysarnou@observatoire.fr

Fermer cette description

ENFERMEMENT

Musée d’art et d’histoire Paul Eluard
Jusqu’au 7 octobre 2019

Dans le cadre de cette exposition, le musée d’art et d’histoire Paul Éluard de Saint-Denis présente le travail de 16 artistes qui se sont approprié la notion d’enfermement – comme Claude Lévêque avec La Nuit du chasseur. Il ne s’agit pas pour eux de simplement illustrer sa dimension négative, qui peut évoquer une maladie mentale ou une incarcération. La démarche collective des artistes s’inscrit surtout dans une dynamique de relations protéiformes entre création et patrimoine, dans une rencontre privilégiée avec le musée et ses collections. Contre toutes les formes d’enfermements idéologiques, politiques, psychiques, et en écho au champ social actuel. les œuvres créées tissent des liens inédits avec les lieux du musée, au cœur desquels elles sont exposées.

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

SILENCES

Rath, Musée d’Art et d’Histoire de Genève
Jusqu’au 27 octobre 2019

Silencieux, les arts plastiques le sont par essence, comme le rappelle l’expression « poésie muette » qui, dès l’Antiquité, fut employée pour désigner la peinture. Mais toute œuvre d’art est-elle pour autant silencieuse ? Il est des peintures bavardes, criardes même, et il en est d’autres qui se tiennent « coites ». Certaines incitent à l’intériorité dela prière, d’autres ouvrent à la contemplation de l’infini, certaines nouslaissent interdits ou dans l’effroi, d’autres, énigmatiques et secrètes, se ferment à une appréhension immédiate. Mêlant les genres, les motifs et les époques, cette exposition sera centrée sur le silence, envisagé non simplement comme absence de bruit et d’agitation, mais comme une qualité de présence émanant de certaines œuvres et suscitant chez le spectateur une disposition particulière de l’esprit.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Fondation Claude Monet à Giverny

 Jusqu’au 1er novembre 2019

Claude Monet a vécu de 1883 à 1926, soit quarante-trois ans, dans sa maison de Giverny. Passionné par le jardinage autant que par les couleurs, il a conçu son jardin de fleurs et son jardin d’eau comme de véritables œuvres d’art. Aujourd’hui, ce sont plus de plus de 500 000 visiteurs qui viennent du monde entier ressentir cette atmosphère unique. La Fondation Claude Monet, propriété de l’Académie des Beaux Arts, oeuvre toute l’année avec son équipe de jardiniers pour mettre en valeur les jardins en restant fidèle à la vision du grand peintre. Direction de la Fondation : M. Hugues R. Gall

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Le Styx, Rivière des enfers

Château de Vaux-le-Vicomte
Jusqu’au 2 novembre 2019 : tous les week- ends et jours fériés + vacances scolaires zone C (sauf vacances d’été)

Proposant une aventure exceptionnelle dans la rivière souterraine détour- née par Le Nôtre en 1654 lors de la création des jardins à la française, ce parcours scénarisé, ludique et interactif s’appuie sur le texte de Jean de la Fontaine « Les amours de Psyché et Cupidon ». Guidés sur le Styx -la Rivière des Enfers- et équipés de lampes frontales et de « bottes cuissardes », les visiteurs devront surmonter une série d’épreuves d’agilité et de logique… Une aventure inédite et intense menée par des comédiens professionnels !

Attachée de presse : Bérengère Guicheteau
berengere@observatoire.fr

Fermer cette description

Conquête urbaine

Street Art au Musée
Musée des beaux-arts, Calais
Jusqu’au 3 novembre 2019

Le Street Art fait-il partie de l’Art contemporain ou est-il un phénomène à part ? Difficilement classable depuis son origine, le Street Art a, en tout état de cause, acquis une place majeure dans l’histoire récente de la création.
Aujourd’hui, ce mouvement artistique entre au musée. Un événement qui pourrait sembler normal pour certains, étonnant voire choquant pour d’autres, et qui représente surtout une véritable victoire. Hier encore, les interventions dans la rue des taggeurs et graffeurs étaient considérées comme du vandalisme et les relations entre les autorités et les « writers », comparées à celle du chat et de la souris. Aujourd’hui, nombreuses sont les villes qui passent commande à ces mêmes artistes pour la réalisation des fresques monumentales. CONQUETE URBAINE témoigne de cette évolution d’un art illicite et contestataire vers une pratique non seulement acceptée mais même sollicitée par les acteurs publics. Cette exposition réaffirme également l’ouverture du Musée des beaux-arts de Calais vers de multiples formes d’art avec des expositions accessibles aux non-initiés.
A travers plus de soixante œuvres de Street Art, dont certains prêts exceptionnels, des créations d’artistes précurseurs des années 60 à aujourd’hui, l’exposition CONQUETE URBAINE propose de revenir sur les origines et l’évolution de ce mouvement.
Le parcours construit en quatre séquences dévoile les caractéristiques fondamentales d’un phénomène par ailleurs en perpétuel mouvement : la ville comme terrain de jeu ; un art de la lettre ; un art populaire ; un art politique. En introduction à l’exposition, deux œuvres monumentales seront créées in-situ par les artistes Alëxone et Romain Froquet.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Pierre Soulages, un musée imaginaire

Musée Fenaille, Rodez
Jusqu’au 10 novembre 2019

Une sélection d’œuvres et d’objets choisis par Pierre Soulages dans les principales collections nationales. A l’occasion du centenaire de Pierre Soulages en 2019, le musée Fenaille organise en collaboration avec le musée Soulages, une exposition temporaire en forme d’hommage à l’artiste : « Pierre Soulages. Un musée imaginaire. ». L’exposition du musée Fenaille vise à présenter une sélection d’oeuvres et d’objets choisis par Pierre Soulages, révélant à la fois ses goûts et son attachement pour l’art préhistorique et roman, les arts primitifs ou populaires. Le musée Fenaille est le lieu de ses premières rencontres avec les œuvres du passé, l’archéologie et ses mystérieuses statues-menhirs.
« Lorsque pour la première fois j’ai vu les stèles gravées du musée Fenaille, ce fut un choc ». C’est aussi le musée où son nom apparait pour la première fois, comme il se plait à le rappeler : une petite étiquette signale le don avec plusieurs de ses camarades du résultat des fouilles d’un dolmen de la région.


Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

Dans les coulisses de la paix

Musée de la Grande Guerre de Meaux
Jusqu’au 8 décembre 2019

Après 1650 jours de guerre, l’armistice entre en vigueur le 11 novembre 1918, faisant cesser les combats sur le front Ouest. Mais l’armistice n’est pas la paix et la parole appartient désormais aux hommes politiques et aux diplomates. L’année 1919 s’ouvre pour tous sous le signe de l’espérance et notamment celle de l’établissement d’une paix durable. En Europe, les attentes des dirigeants et des populations sont fortes et beaucoup d’espoirs se concentrent sur leprésident américain Woodrow Wilson qui est accueilli en héros à Parisen décembre 1918.
L’exposition revient sur cette période qui, de novembre 1918 à la signature le 28 juin 1919 du traité de Versailles, principal traité de paix entre l’Allemagne et les Alliés, a façonné l’histoire européenne. Durant 7 mois, la conférence de la paix rassemble à Paris dirigeant et experts (historiens, juristes, ethnologues et surtout géographes) de 32 pays. C’est cette page unique de l’Histoire, où pour la première fois autant de nations se réunissent autour de la table pour redessiner le monde, que les visiteurs pourront découvrir. Comment ont étédéfinies les clauses du traité de Versailles ? Ce moment de l’histoire aété riche en questionnements, en attitudes complexes et croisées de la part des nombreux négociateurs et signataires. L’exposition mettra en lumière les questions soulevées et les solutions préconisées à l’époque.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
07 68 83 67 73
Suivez moi : @VanessaLeroyObs

Fermer cette description

Olivier Theyskens « In praesentia »

Cité de la dentelle et de la mode, Calais
Jusqu’au 5 janvier 2020

A l’occasion de son 10e anniversaire, la Cité de la dentelle et de la mode propose une carte-blanche au créateur belge Olivier Theyskens qui, dans une exposition originale, se livre à une rêverie dont le vêtement est l’acteur principal. Proposition esthétique inédite, conçue comme une expérience émotionnelle, « In praesentia » est un projet construit par fragments et par collisions, inspiré par un dialogue créatif entre l’œuvre singulière d’Olivier Theyskens et les collections historiques, textiles et industrielles du musée.
Sensuel mais non tapageur, percutant mais non provocant, moderne mais non opportuniste, créatif au-delà de la mode, Theyskens pose un regard amoureux sur les choses et les êtres, saisissant la poésie de l’infime qui inspire sa création. Cette même vision nourrit son approche des œuvres conservées par le musée, qu’il s’agisse des collections textiles ou celles industrielles, témoins de la riche histoire de la dentelle à Calais.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
06 80 61 04 17
Suivez moi : @aurelie_cadot

Fermer cette description

La fabrique des contes

MEG, Musée d’ethnographie de Genève
Jusqu’au 5 janvier 2020

Le MEG explore l’univers magique des contes.
Ils sont loin d’être réservés aux enfants, et pas si innocents qu’il n’y paraît. Le MEG met en lumière les récits traditionnels avec l’exposition «La fabrique des contes». À partir du 17 mai prochain, le public pourra s’immerger dans ce monde fantastique, mais aussi découvrir son histoire ainsi que les multiples instrumentalisations dont il fait l’objet.

Attaché de presse : Alexandre Minel
alexandre@observatoire.fr

07 82 28 80 94
Suivez moi : @Alex_Minel

Fermer cette description

Métamorphoses

Musée d’Art et d’Histoire de Genève, salles permanentes
Jusqu’au 16 février 2020

L’ouvrage parangon d’Ovide Les Métamorphoses constitue un riche sujet pour une présentation thématique des collections beaux-arts en lien avec l’Antiquité. Ce long poème imprègne profondément la culture occidentale, tant au niveau littéraire qu’iconographique, mais il invite aussi à interroger le processus créatif. Plusieurs thèmes seront abordés à travers les œuvres des collections, de l’art ancien à l’art contemporain : le monde en création et en constante mutation ; le désir comme origine des métamorphoses ; la métamorphose comme« entre-deux » qui, comme l’art, remodèle indéfiniment l’espace et le temps.

Attachée de presse : Apolline Ehkirch
apolline@observatoire.fr

07 82 04 83 75
Suivez moi : @Apolline_Obs

Fermer cette description

Viral, du microbe au fou rire tout s’attrape !

Forum des Sciences, Villeneuve d’Ascq – Jusqu’au 1er mars 2020

Lorsque l’on évoque le mot « contagion » on pense généralement de prime abord à la transmission d’une maladie par contact rapproché d’un individu atteint à un individu bien portant et donc à la contagion bactériologique ou biologique. En effet, notre époque, nos sociétés sont marquées par le phénomène de contagion. Des maladies infectieuses aux crises financières en passant par les manifestations et le bug du millénaire, les occasions de contagion sont de plus en plus nombreuses. Les réseaux sociaux aussi nous connectent à toujours plus d’individus pourtant physiquement éloignés. La façon dont nous entrons en contact avec les autres, crée des phénomènes qui se propagent selon des mécanismes identifiés par l’épidémiologie et les sciences sociales. Aujourd’hui, on considère que même une idée peut être… VIRALE. Alors venez vite participez à ce phénomène !…et contaminer par votre enthousiasme votre entourage 😉 Car quel est le point commun entre …une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Dans la vie virtuelle, en ligne ou dans la vraie vie, la contagion se propage toujours plus vite et plus loin. Mais comment fonctionne ce phénomène ? Pour le découvrir, vous allez devoir tester, jouer, manipuler, expérimenter… Plus qu’une exposition, Viral est une expérience immersive, pédagogique, amusante et contagieuse! Sous la forme d’un parcours organisé en 3 thèmes, elle aborde à la fois la biologie, l’épidémiologie, la modélisation mathématique, mais aussi la psychologie, les sciences sociales ou l’économie. A partir de 9 ans. A découvrir au Forum des Sciences à partir du 30 mars 2019 jusqu’au 1er mars 2020. Exposition produite par Ciencia Viva et Pavilhão do Conhecimento avec Universcience et Heureka. Présentée en 2017 au Palais de la Découverte

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Corps et en corps

Forum départemental des Sciences, Villeneuve d’Ascq
Jusqu’au 8 mars 2020

Pour son 1er anniversaire, le nouvel espace du Petit forum dédié aux enfants de 2 à 7 ans présente une exposition intitulée Corps et en corps. Cette création originale a pour thèmes le corps, le mouvement, le langage corporel, l’éveil artistique. Une immersion interactive et participative dans l’univers de la danse, de l’image, du langage corporel avec 4 modules/ateliers interactifs et ludiques à découvrir et expérimenter en famille : « le chef d’orchestre », « mon double virtuel », « les ombres imaginaires » et « viens danser avec moi ! »

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
07 82 46 31 19
Suivez moi : @VanessaRavenaux