Fermer cette description

Réouverture du département du Moyen Âge et de la Renaissance

Palais des Beaux-Arts, Lille
Depuis le 30 juin 2022

Après la refonte de l’Atrium et du département des Plans- reliefs, le musée poursuit sa métamorphose pour remettre en lumière ses collections et favoriser de nouvelles expériences de visite pour le plus grand nombre.
C’est au département du Moyen Âge et de la Renaissance, présentant un magnifique panorama de l’art en Europe du 12ème au 16ème siècle dans une superbe architecture de briques et de béton, d’être maintenant repensé.
Il s’agit de poser un autre regard sur ces collections exceptionnelles à travers une scénographie renouvelée, soutenue par une reprise totale de l’éclairage. Une médiation revue et enrichie, alliant textes et images, permettra de mieux appréhender les œuvres, leurs contextes et leurs usages.
Des dispositifs numériques sur mesure, des projections et des vidéos d’artistes contemporains viendront également accompagner le nouveau parcours, à la fois sensible et innovant, pour une redécouverte de ces périodes artistiques si riches.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Réouverture du parcours couvert

Forum antique de Bavay, musée archéologique du Département du Nord

Depuis le 14 mai 2022

Situé dans l’Avesnois, le Forum antique de Bavay, musée archéologique du Département du Nord abrite les vestiges du plus grand forum découvert en France.
Classé site archéologique d’intérêt national et Monument Historique, le forum, avec ses 2.5 hectares est l’un des plus grands de tout l’Empire romain.

Après 9 mois de fermeture, le Forum antique de Bavay ouvre de nouveau ses portes au public avec : le site sous son parcours couvert de 6400 m2 qui propose au public une nouvelle expérience de visite tout en protégeant les vestiges ; un accueil réaménagé ; une exposition temporaire « M’as-tu vu ? Etre et paraître à la romaine en Gaule du Nord ».

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Réouverture du musée du Parfum à Paris après deux ans de fermeture

Musée du parfum Fragonard, Paris
Depuis le 14 mars 2022

Situé à deux pas de l’Opéra Garnier, le musée du parfum de la maison Fragonard rouvre ses portes au public dès le 14 mars. L’occasion rêvée de découvrir un ancien hôtel particulier dont le premier étage abrite une collection unique de flacons anciens. Plongés dans une ambiance Second Empire, les visiteurs déambulent dans un lieu hors-du-temps et parcourent trois millénaires d’histoire du parfum.

Ludique et captivante, la visite du musée initie à l’histoire plurielle du parfum -de sa fabrication à ses usages- dans une scénographie élégante. Savoir-faire grassois, matières premières disparues, objets anciens de parfumerie, le musée est un laboratoire de parfumeur. La deuxième partie du musée est consacrée aux collections d’objets d’art anciens, véritables prouesses d’orfèvrerie. Insolites, rares et précieux, les flacons des Pharaons à Fabergé sont des témoignages uniques des mœurs sociales et culturelles. Parfumeur grassois depuis 1926, Fragonard partage avec ses visiteurs son savoir-faire séculaire et son patrimoine unique pour raconter l’histoire du parfum de ses origines à nos jours.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Ouverture d’un nouveau musée à Hyères, en Provence- Alpes-Côte d’Azur

La Banque, musée des Cultures et du Paysage
Depuis le 27 novembre 2021

L’ancienne Banque de France d’Hyères se transforme pour devenir le nouveau Musée des Cultures et du Paysage.
Ce Bâtiment remarquable datant du début du siècle dernier, se situe au cœur de la commune d’Hyères-les-Palmiers, au milieu d’un jardin méditérranéen. Le 27 novembre 2021, les collections hyéroises, classées Musée de France, vont revoir le jour dans cet espace prestigieux acquis en 2004 par la Ville. D’architecture néoclassique, dessiné par l’architecte en chef de La Banque de France, Alphonse Defrasse et réalisé par l’architecte hyérois, Léon David, en 1925, cet espace remarquable de 2 188 m2 a fait l’objet d’un projet de réaménagement dirigé par Alain-Charles Perrot, architecte en chef des monuments historiques.

Le Musée des Cultures et du Paysage avec ses réserves, abrite plus de 8 000 œuvres relevant de différentes disciplines : Beaux- Arts, sciences naturelles, ethnographie, archéologie… etc. Au premier étage le parcours permanent présente près de 200 œuvres racontant l’évolution du paysage. La muséographie met en regard des collections permanentes, des œuvres d’art contemporain et des installations artistiques créées spécialement pour le musée.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

La Chine des porcelaines du 9e au 18e siècle

Exposition virtuelle
MNAAG, Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris – Depuis le 12 janvier 2022

Le MNAAG poursuit sa politique de développements numériques, impulsée dès le premier confinement, et innove une fois de plus, avec l’ouverture d’un nouvel espace 3D, qui présentera en ligne à partir du mercredi 12 janvier 2022, une première exposition en réalité virtuelle/3D : « La Chine des porcelaines du 9e au 18e siècle ».
Pensée comme une expérience immersive à la croisée de la visite guidée et du voyage, elle est l’occasion de découvrir une partie de l’exceptionnelle richesse des collections du musée, et de parcourir près d’un millénaire d’évolutions techniques et stylistiques. Un écrin digital pour une sélection inédite d’une quarantaine de pièces de porcelaines emblématiques, issue des collections du musée, et présentée pour la première fois dans un univers 3D.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Domaine de Vaux-le-Vicomte, château et jardins

En 2022 Vaux-le-Vicomte célèbre le Grand Siècle de l’art

Le Château de Vaux-le-Vicomte, chef d’œuvre du XVIIe siècle de l’architecte Lois Le Vau, du peintre-décorateur Charles Le Brun et du jardinier André Le Nôtre, ouvrira ses portes le samedi 2 avril pour une nouvelle saison et une programmation spéciale, dédiée aux artistes du Grand Siècle. Bien avant que Louis XIV ne devienne protecteur des arts et des sciences, Nicolas Fouquet s’entoure des plus grands esprits créateurs de son temps. Entre autre, le surintendant des finances s’adjoint les services de Vatel, chef d’orchestre de ses réceptions, et verse à Jean de La Fontaine une pension poétique en échange de vers sur sa demeure. Molière et Lully travaillent de concert à la comédie-ballet présentée au roi lors de la fête du 17 août 1661, tandis que Le Vau, Le Nôtre et Le Brun travaillent d’arrache-pied pour terminer les chantiers de Vaux…

En 2022, le Château de Vaux-le-Vicomte met à l’honneur les plus grands artistes du Grand Siècle, qui façonnent le patrimoine et la culture française depuis trois siècles.
Vatel, tout d’abord, sera promu dans les cuisines du château. A partir du 23 avril, les visiteurs seront conviés à découvrir le maître d’hôtel en pleine préparation de la fête du 17 août 1661, et à goûter l’un des mets qu’il servit au roi !
À compter du 14 mai 2022, le château rendra hommage à Charles Le Brun grâce à une prouesse technologique de projection lumineuse. Pour la première fois, la fresque initialement prévue par le peintre pour la coupole et les murs du Grand Salon sera retranscrite via des projecteurs, permettant aux visiteurs de découvrir cette pièce centrale du château finalement achevée !

Enfin, les génies du Grand Siècle seront mis en avant durant toute l’année lors des événements et temps forts du château.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Le palais du Soleil, l’oeuvre majestueuse de Charles Le Brun

Projection monumentale dans le Grand Salon de Vaux-le -Vicomte

Depuis le 14 mai 2022

Centre architectural du bâtiment, le Grand Salon est un espace complexe, novateur et inachevé, formant un pivot central duquel rayonne l’ensemble du décor du Château de Vaux-le-Vicomte. En 1660, le peintre-décorateur Charles Le Brun avait préparé un programme décoratif majestueux et ambitieux pour les 380m2 de voûte du grand salon. Le projet conjuguait avec harmonie et grandeur la somme des connaissances en architecture, sculpture, peinture, mais aussi en astronomie et en astrologie, en histoire et en géographie de son époque.

L’arrestation de Fouquet empêcha Le Brun de réaliser son projet. Mais un dessin préparatoire et une estampe, qui ont déclenché l’admiration du maître italien, ont été conservés jusqu’aujourd’hui, et nous permettent de restituer le projet. Cette peinture, qui aurait été la plus grande jamais réalisée par Le Brun, fut nommée « Le Palais du Soleil » par Mademoiselle de Scudéry dans son roman Clélie.

Le graveur Girard Audran (1640-1703) réalisa une estampe gravée à l’eau-forte et au burin du projet de Le Brun. Plusieurs étapes intermédiaires ont également été saisies chez le peintre : sept feuilles d’études à la sanguine (dont quatre comportent un verso), ainsi que cinq copies à la pierre noire, très appliquées et mises au carreau, qui ont servi pour l’estampe. Le peintre en conservait les planches et les éditait : elles sont aujourd’hui à la Chalcographie du Louvre.
C’est cette estampe qui sera projetée sur la voûte du grand salon grâce à 21 videoprojecteurs de 15.000 lumens discrètement installés dans la pièce.
Des hypothèses colorisées de l’estampe, réalisées à partir d’études historiques, seront également projetées. Et pour que l’harmonie soit complète, une hypothèse de motifs de couleurs sera également projetée sur chaque détail des élévations et de leurs stucs grâce au mapping vidéo.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Parc Zoologique de Paris – Une saison toute en sensations

En 2022, le Parc Zoologique de Paris se dévoile autrement et invite les visiteurs à un voyage sensoriel, à la découverte de leurs sens et de ceux des autres animaux.
Les visiteurs partiront à la découverte de nouveautés, dont plusieurs escales sensorielles permettant de s’immerger dans l’atmosphère de chaque biozone à travers les sons et les odeurs. La grande volière africaine et la serre tropicale mettront également leurs sens en éveil.

Les SenS’ationnels, installations que les visiteurs retrouveront sur l’ensemble du parcours, dévoileront les spécificités sensorielles de nombreuses espèces, et apporteront des réponses à des questions… qui font sens ! Durant toute l’année, les animations seront également dédiées à cette thématique. Une dizaine de présentations et nourrissages par jour, commentés par nos médiateurs, mettront en avant les capacités sensorielles des animaux, comme l’équilibre chez les pumas, les infrasons chez les girafes ou l’usage des vibrisses chez les otaries.
Le Chalet, l’espace d’exposition situé aux clairières, se transformera en cabinet de curiosité sur la thématique des sens. Des spécimens exceptionnellement sortis des réserves du Muséum national d’Histoire naturelle seront présentés : les visiteurs pourront découvrir des espèces aux organes sensoriels originaux ou particulièrement efficaces et pourront s’interroger sur les liens existants avec les
autres animaux et les mécanismes qui nous permettent d’appréhender le monde.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Les Nocturnes – le retour des Silent zoo

Parc Zoologique de Paris
Tous les jeudis soirs, jusqu’au 11 août 2022

Les traditionnelles Nocturnes auront lieu tous les jeudis soir du 23 juin au 11 août. C’est l’occasion de profiter du zoo à la tombée de la nuit, en famille ou entre amis. De quoi vivre un moment privilégié en plein air pour observer l’activité des animaux le soir autour d’animations spéciales. À la fin du parcours, la soirée se prolonge autour d’un verre et de gourmandises salées ou sucrées, le tout dans une ambiance festive. Et après deux ans d’absence, les très attendues Silent zoo sont de retour : jeudi 23 juin, 14 juillet et 11 août. Lors de ces trois soirées, l’ambiance sera sous le signe de la fête en silence ! Munis d’un casque individuel, les visiteurs pourront déambuler dans les allées du parc au son des DJ, sans déranger les animaux, et profiter ensuite de la soirée festive et dansante jusqu’à 1h du matin.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Victor Prouvé, maître de l’Art nouveau à Issy

Musée Français de la carte à Jouer & Galerie d’Histoire de la Ville
Jusqu’au 14 août 2022

Cette exposition présente à travers une sélection d’œuvres empruntées à plusieurs institutions françaises l’étendue du talent de Victor Prouvé. Une section de l’exposition est consacrée à son œuvre isséenne qui le consacra comme le principal peintre décorateur de son temps. Elle s’accompagne d’un catalogue et d’une programmation culturelle dédiée.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

TRANCHÉES

Musée de la Grande Guerre, Meaux – jusqu’au 15 août 2022

Au printemps 2022, le musée de la Grande Guerre propose une exposition consacrée aux tranchées pendant la Première Guerre mondiale. Plus de 300 objets et œuvres, archives et vidéos permettront aux visiteurs de prendre la mesure de cet ouvrage défensif qui, au fur et à mesure de l’avancée du conflit et de l’enlisement des armées, jusqu’au blocage tactique et stratégique, s’est organisé en un véritable système devenu le symbole tragique de la Grande Guerre.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Cabinet de Curiosités

MusVerre, Sars-Poteries
Jusqu’au 21 août 2022

Cette revisite d’un thème familier et passionnant propose au public de découvrir les différentes facettes du cabinet de curiosités, réinterprétées par le verre contemporain : du monde microscopique aux ménageries surdimensionnées, en passant par une incursion sous l’océan ou au milieu d’une flore exubérante où grouillent les insectes… jusqu’aux Vanités rappelant l’implacable finitude.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Injustice environnementale – Alternatives autochtones

MEG, Genève
Jusqu’au 21 août 2022

Le thème abordé dans l’exposition «Injustice environnementale – Alternatives autochtones» est l’urgence climatique, l’un des enjeux majeurs de notre époque. Le parcours présente les perspectives et les savoirs et savoir-faire de peuples autochtones pour faire face aux dégradations de leurs territoires accélérées par les changements de climat.

Ts’msyen d’Alaska, Amazighs du Maroc, Anishinaabeg des États-Unis et du Canada, Samis de Fenno-Scandinavie, Māori de Nouvelle-Zélande, Maasaï du Kenya et de Tanzanie, Aïnous du Japon, Insulaires des Îles Marshall, Kali’na de Guyane, partout dans le monde, près de 500 millions d’autochtones défendent leurs droits face à l’injustice environnementale qui menace leur économie, leur santé et leurs cultures.

L’exposition «Injustice environnementale – Alternatives autochtones» donne la parole à ces femmes et ces hommes qui veulent faire valoir leurs droits collectifs à contrôler leurs territoires. Le parcours s’articule autour de la situation politique, géographique et sociale de peuples autochtones dans le monde d’aujourd’hui. Il montre comment ils proposent de modifier la relation avec les écosystèmes pour faire face aux dégradations de l’environnement accélérées par le changement climatique. L’exposition présente la façon dont ces communautés répondent à ces enjeux à travers une éthique du soin et une culture de la réparation. Le parcours expose la manière dont ces peuples s’appuient sur leurs droits fondamentaux pour résister face à l’injustice environnementale, protéger leurs territoires et transmettre leurs connaissances aux jeunes générations. À travers des biographies et des témoignages vidéo, au moyen d’installations artistiques et de cas d’étude concrets, l’exposition nous emmène de l’Alaska à la Micronésie en passant par la Malaisie, le Japon ou le Maroc. Cinq artistes, chercheurs, chercheuses et activistes autochtones provenant des États-Unis, de Guyane et de Norvège ont été invité-e-s à créer des œuvres spécifiques pour le MEG. David R. Boxley, Gavin Hudson, Kandi McGilton, Ti’iwan Couchili et Máret Ánne Sara portent un regard sensible sur leurs territoires, leurs histoires et leurs communautés, et nous interpellent sur la relation que nous entretenons avec nos écosystèmes. De nombreux autres artistes ainsi que des institutions en Suisse et à l’étranger ont également prêté des créations contemporaines provenant du Canada, des USA, des Îles Marshall et d’Australie.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Plossu – Granet, Italia discreta

Musée Granet, Aix-en-Provence – Jusqu’au 28 août 2022

Le musée Granet présente du 29 avril au 28 août 2022, une exposition consacrée à l’oeuvre photographique de l’artiste Bernard Plossu (1945-) sur le thème de l’Italie. Une centaine de photographies seront exposées, la plupart inédites, couvrant la période de la fin des années soixante-dix à 2017.

Si l’artiste est célèbre pour ses clichés utilisant de façon quasi exclusive le noir et blanc dès 1965, il a pu expérimenter la couleur au gré de ses voyages à travers un procédé pigmentaire particulier, le tirage Fresson, découvert en 1967. Ces  tirages mat au charbon, connus dans le monde entier, donnent un rendu délavé, granuleux, doux et presque poudré à ses photographies. Ainsi, l’exposition présentera une vingtaine de tirages Fresson, quasi jamais montrés.

Ce magnifique ensemble sera mis en regard avec une soixantaine de lavis, aquarelles, différentes vues de la ville de Rome et de ses alentours réalisées par le peintre emblématique de la ville d’Aix, François-Marius Granet (1775-1849) dans la première moitié du XIXe siècle.

Les deux artistes partagent en effet les mêmes sujets de prédilection, ce même intérêt pour la Ville éternelle et l’Italie, pour ses ruelles chargées d’histoire, de culture, de mémoire, ces paysages suspendus dans le temps, urbains ou naturels, empreints de solitude. Le traitement de la lumière, des ombres à travers des lavis en clair-obscur pour le peintre et par la photographie argentique pour le photographe, les cadrages, les motifs, tout évoque la force de ce thème classique qui devient un archétype à travers les siècles.

Cette exposition s’inscrit dans une saison consacrée à l’Italie et à Rome en particulier. En effet, à partir du 11 juin jusqu’au 2 octobre 2022, le musée Granet présentera, en partenariat avec la Neue Pinakothek de Munich, une exposition sur les peintres allemands venus dans la ville éternelle au XIXe siècle, devenue au fil des années le rendez-vous de tous les artistes d’Europe. S’ajoutera à cette série de peintures, la présentation de photographies d’époque de la ville de Rome et de ses munuments et paysages célèbres.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Eric Bourret. Terres

Musée de Lodève
Jusqu’au 28 août 2022

Né en 1964 à Paris, Éric Bourret vit et travaille dans le Sud de la France et en Himalaya. Son œuvre d’« artiste marcheur », s’inscrit dans la lignée des Land-Artists Anglais et des photographes-arpenteurs de paysages. Depuis le début des années 1990, il parcourt le monde à pied, traversant tout horizon à toute altitude, effectuant des prises de vues photographiques qu’il nomme « expérience de la marche, expérience du visible ». Dans ces images, il exprime les transformations sensorielles et physiques profondes que provoque la marche. En désintégrant la structure de l’image initiale, il crée une autre réalité, mouvante et sensible.

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Dans l’exposition « Terres », les créations, réalisées dans le cadre d’une résidence en Lodévois et Larzac en 2018 et 2019, dialoguent avec des photographies plus anciennes (Cradle of Humankind, Afrique du Sud, 2015 ; Primary Forest, îles Canaries et Madère, 2016). L’artiste investit le sol et les murs du musée avec plus de 150 photographies sur 520 m2. Pour accompagner l’exposition, Laurie Bellanca et Benjamin Chaval, connus pour leurs « Lectures électriques », ont réalisé une création sonore et visuelle à partir de textes choisis en collaboration avec Éric Bourret.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Sur la piste des Sioux

Musée des Confluences, Lyon
Jusqu’au 28 août 2022

Notre imaginaire les a longtemps désignés comme « les Indiens d’Amérique ». Récits de voyages, cinéma et bande dessinée, spectacles de folklores et même romans y ont largement contribué. Sur la piste des Sioux remonte aux sources de notre imaginaire et de ses stéréotypes.
Conçue et réalisée par le musée des Confluences, l’exposition profite notamment de la collection de François Chladiuk. Bruxellois passionné du Far West, il possède un ensemble unique de costumes lakotas du village d’Indiens installé à Bruxelles en 1935 pour l’Exposition universelle, héritage des Wild West Shows, dont le célèbre Buffalo Bill’s Wild West, spectacle diffusé en Amérique puis en Europe entre 1882 et 1912.
Explicitant la construction de l’image caricaturale des nations indiennes, l’exposition veillera à redonner la parole à ces communautés encore marginalisées aujourd’hui.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

L’arc et le sabre, imaginaire guerrier du Japon

MNAAG, Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris
Jusqu’au 29 août 2022

Organisée autour du personnage du samouraï, l’exposition retrace les facettes multiples de ce guerrier et de son environnement culturel : la culture aristocratique, le goût pour le théâtre nô, la cérémonie du thé ou bien la poésie, ainsi que la manière dont il est perçu, voire fantasmé ou parodié.

Constituée d’estampes, d’éléments d’armures, de photographies et d‘objets d’art, la présentation met en avant la reprise de l’image du guerrier japonais par la culture populaire, illustrant la vision du samouraï dans le Japon moderne et en Occident. L’Histoire des 47 rônins, à travers la série d’estampes conservées au MNAAG, vient étayer le propos en montrant les guerriers les plus emblématiques du Japon.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Le Rendez-vous Sauvage de l’été dans le cadre de la saison «toute en sensations»

Parc Zoologique de Paris
Jusqu’au 31 août 2022

La saison « toute en sensation » du Parc Zoologique de Paris continue avec ce nouveau Rendez-vous sauvage.
Au programme : des escales sensorielles avec odeurs et sons, un parcours dévoilant les spécificités sensorielles de nombreuses espèces, des animations dédiées aux sens des animaux, une exposition conçue comme un cabinet de curiosité sur la thématique des sens.
Et grande nouveauté : deux dispositifs sensoriels innovants seront installés aux Clairières : Les animaux perçoivent-ils les mêmes couleurs que nous ? Comment voient une libellule, ou une antilope ? Les réponses à ces questions se trouvent dans le Zooscope, qui invitera les visiteurs à observer leur environnement à travers les yeux de différentes espèces animales… Les bornes sonores Losonnante, proposeront aux visiteurs d’expérimenter un phénomène peu connu : l’écoute par conduction osseuse. Les coudes posés sur la borne et les mains sur les oreilles, ils découvriront des sons totalement inconnus ou inaudibles pour l’oreille humaine.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Robert Lotiron (1886 – 1966) : La poésie du quotidien

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 4 septembre 2022

Suite aux récentes donations consenties par la famille de l’artiste et un couple de collectionneurs parisiens, La Piscine a souhaité consacrer une rétrospective au peintre et graveur indépendant Robert Lotiron (1886-1966), représentant fondamental de l’art figuratif de l’entre-deux-guerres et artiste peintre investi dans le mouvement de renouveau des arts décoratifs dans les années 1930 et 1940 auquel s’intéresse particulièrement le musée de Roubaix.
Le musée des Beaux-Arts de Cambrai et le musée du Mont-de-Piété de Bergues s’associent à ce projet et présenteront respectivement une exposition dédiée à l’œuvre gravé de Lotiron et une à ses dessins.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Verge-Sarrat et Dechorain

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 4 septembre 2022

Grâce à la générosité de Viala Boulay, l’œuvre d’Henri Vergé-Sarrat (1880-1966) et celui de Rolande Déchorain (1898- 1977) sont désormais présents dans plusieurs collections publiques françaises. A Roubaix, la donatrice a offert des œuvres inspirées par l’Algérie à ces artistes qui connurent un vrai succès au milieu du XXe siècle. Cette exposition présente ce fonds inédit et publié à cette occasion l’intégralité de la donation.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Couleurs cachées : céramique coréenne contemporaine

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 4 septembre 2022

Pour la première fois La Piscine s’associe à la Triennale internationale de céramique contemporaine, Ceramic Art Andenne, en Belgique.
Depuis plusieurs années, cet événement met en lumière les meilleurs céramistes contemporains d’un pays invité. En 2022, la Corée sera ce pays.

L’équipe de la Triennale, aidée par la Korea Ceramic Foundation, a fait le choix de 10 artistes céramistes coréens contemporains. Bercé dans la tradition de la céramique, chacun des artistes sélectionnés fait ressortir avec subtilité et maîtrise technique tout ce que le terreau de ses origines lui a apporté.Guidés par ce qu’ils savent et ce qu’ils continuent à apprendre, ils créent des pièces extraordinaires, mélanges de tradition et de contemporanéité.
Cette année, les œuvres de ces artistes seront ainsi présentées des deux côtés de la frontière à Andenne et à Roubaix.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Terre de grès

Département de la Seine-Maritime
Musée des traditions et arts normands – Château de Martainville
Jusqu’au 18 septembre 2022

Le Musée des Traditions et Arts Normands présente du 9 avril au 18 septembre 2022 l’exposition Terre de grès. L’exposition temporaire offre un panorama de la production de grès du XVe siècle au XXe siècle dans le Pays de Bray, en regard de la création contemporaine Normande.

L’exposition est née de la passion de collectionneurs amoureux de cette terre de grès si caractéristique du territoire du Pays de Bray, situé entre la Normandie et la Picardie. On y trouve depuis le Moyen Age, des terres à pot qui peuvent être cuites à très haute température, pour fabriquer une céramique résistante et imperméable, utilisée pour la production de poteries utilitaires dans les centres potiers de Martincamp, Le Fossé, Saint-Samson-la-Poterie, Savignies ou Lachapelle-aux-pots. Puis au milieu du XIXe siècle et plus particulièrement au tournant du XXe siècle, des artistes tels que Jules Ziegler, Auguste Delaherche, Charles et Pierre Gréber offrent au grès sa vocation artistique et décorative.

L’exposition présente plus de deux cents pièces, issues pour la majorité des collections particulières du Groupe d’Étude et de Valorisation du pAtrimoine Céramique de Normandie, mais également du MUDO à Beauvais et du Musée des Traditions et Arts Normands. En partenariat avec la Galerie des Arts du feu et le Pôle Céramique Normandie, une section de l’exposition sera consacrée à la création artistique Normande en grès, qu’elle soit utilitaire ou artistique.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Claire Illouz, Les abords du paysage

Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq, L’Isle-Adam – Jusqu’au 18 septembre 2022

Le musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq de L’Isle-Adam, organise du 10 avril au 18 septembre 2022, une exposition temporaire consacrée à l’œuvre de Claire Illouz (1955-), artiste française contemporaine résidant à Chérence, village situé dans le Parc naturel régional du Vexin français, à soixante kilomètres de L’Isle-Adam.

Claire Illouz s’intéresse au paysage – thématique chère à l’institution adamoise – mais à un paysage quelque peu oublié : ce sont les espaces abandonnés où la nature a repris ses droits qui retiennent son attention. Elle montre des étendues recouvertes d’herbes folles luxuriantes qui se sont multipliées de manière anarchique. Elle imagine l’entrelacement des racines dissimulées sous terre et les objets abandonnés par l’homme qui pourraient s’y cacher tels des « vestiges modernes ». Savamment composés, généralement à partir de croquis pris sur le motif, ces paysages sont traités avec une infinie délicatesse et une minutie de trait qui confèrent à ces espaces en marge une élégance rare.

Bien que le point de départ de toutes les œuvres de l’artiste soit le dessin (fusain, graphite, etc.), son exigence visuelle s’accompagne d’expérimentations plastiques qui la conduisent à s’essayer à divers médiums : peinture à l’huile, aquarelle, lavis d’encre, gravure (aquatinte, eau-forte, burin et pointe sèche).

Pour cette exposition, près de 80 pièces ont été réunies : peintures, dessins, gravures et livres d’artiste, provenant en partie du fonds d’atelier de l’artiste ou de collections particulières.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Lire à la plage 2022

Démarche JR Inside Out Project, Portraits de lecteurs
Plages de la Seine-Maritime
Jusqu’au 18 septembre 2022

Cette année, le Département de la Seine-Maritime souhaite, dans le cadre de la Lecture publique – Grande cause nationale, amplifier son opération estivale annuelle : Lire à la plage, en s’associant à l’artiste pluridisciplinaire JR à la renommée internationale.

Lire à la plage est la manifestation phare du Département en termes d’accessibilité à la lecture pour tous et gratuitement depuis 15 ans. Tous les étés, 13 cabanes de plage transformées en mini-bibliothèques investissent les plages du territoire de la Seine-Maritime. Chacune propose gratuitement des prêts de livres, adaptés à tous les publics. Elle réunit près de 40 000 lecteurs chaque été sur 13 plages de la Seine- Maritime.

En 2022, le Département rend visible la lecture pour tous en mobilisant le projet d’art participatif Inside Out Project initié par l’artiste JR en 2011. Des portraits de lecteurs seinomarins seront photographiés selon les codes, formats et cadrages de la démarche Inside Out Project puis disposés dans 7 communes participants à Lire à la plage : Le Havre, Fécamp, Veules-les-Roses, Saint-Valery- en-Caux, Criel-sur-Mer, Le Tréport et Jumièges.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

La forêt magique

Palais des Beaux-Arts, Lille
Jusqu’au 19 septembre 2022

dans le cadre de la saison « Utopia » de Lille 3000

Tantôt vénérée et crainte, tantôt protégée et détestée, la forêt habite notre imaginaire depuis des temps immémoriaux. Bon nombre d’artistes ont porté sur elle un regard singulier. Comment ont-ils représenté les arbres et la forêt ? Quelles vertus, quels pouvoirs, leur ont-ils prêtés ? N’ont-ils pas eu très tôt la conscience de cet écosystème complexe ?

A partir de peintures, d’installations, d’immersions et d’extraits de films, l’exposition proposera une expérience esthétique forte, conjuguée au regard sensible de botanistes.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Anniversaire de la Fondation Aurélie Nemours — 20 ans

Exposition collective
Commissaire d’exposition : Serge Lemoine

Jusqu’au 21 septembre 2022

Le Prix Aurelie Nemours a été fondé en 2000 par Aurelie Nemours, l’une des artistes majeures de l’abstraction géométrique de la seconde moitié du XXe siècle. Il récompense tout artiste, indépendamment de sa discipline, dont l’œuvre poursuit la quête plastique rigoureuse et empreinte de spiritualité qui a été la sienne.

Ce prix est décerné depuis 2000 par l’Association Aurelie Nemours placée sous l’égide de l’Institut de France et présidée par Serge Lemoine. Afin d’assurer la pérennité des activités de l’Association culturelle Nemours et leur financement, l’artiste décide, en 2001, de créer une fondation abritée par l’Institut de France : ainsi naît la Fondation Aurelie Nemours.

Depuis sa création, le Prix a été décerné à Julije Knifer en 2000, puis à Imi Knoebel, Adalberto Mecarelli, Bernard Aubertin, Helmut Federle, Cécile Bart, Didier Vermeiren, Jean-François Dubreuil, Philippe Decrauzat, Esther Stocker en 2020 et, pour l’année 2021, à Pe Lang pour l’ensemble de son oeuvre et à Marianthi Papalexandri-Alexandri pour leur travail en commun alliant les arts plastiques et le son.

Afin de commémorer le 20e anniversaire de ce Prix, avec un retard dû à la pandémie, une exposition est organisée par l’Association Aurelie Nemours avec un choix d’oeuvres de chacun des lauréats, présentées dans les salles du Drawing Lab, 17 rue de Richelieu à Paris du 30 juin au 21 septembre 2022.

L’exposition sera accompagnée d’un catalogue et son ouverture coïncidera dans le même lieu avec la remise du prix 2021 à Pe Lang et à Marianthi Papalexandri-Alexandri le 30 juin 2022 par M. Xavier Darcos, Chancelier de l’Institut de France.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Apulia, Mystères des Pouilles entre terre, pierres et mer

Institut Culturel Italien de Paris
Jusqu’au 28 septembre 2022

La région des Pouilles, talon de la botte planté entre l’Adriatique et la mer Ionienne fait l’objet d’un véritable engouement pour son authenticité, ses plages et sa gastronomie. Mais c’est à un parcours plus surprenant que nous convie l’Institut Culturel Italien.
La commissaire de l’exposition Francesca Marocchino, entourée d’un prestigieux comité scientifique et avec l’appui de sept des principaux musées de la région, invite le visiteur à découvrir les mystères de cette région et grâce aux objets exposés décrypte la fascination qu’exerce cette terre si particulière. Trois sections vont ainsi révéler au public français des œuvres jamais exposées en France et des monuments encore inconnus.

Attachée de presse : Jessica Gilles
jessica@observatoire.fr
+33 7 82 28 80 94
L jessica-gilles-1562a7159

Fermer cette description

Soirées aux chandelles

Domaine de Vaux-le-Vicomte
Les samedis, jusqu’au 1er octobre 2022
NOUVEAU ! + les vendredis, du 8 juillet au 27 août 2022

Durant la belle saison, Vaux-le-Vicomte propose à ses visiteurs de redécouvrir ce chef-d’œuvre du XVIlème siècle à la lumière vacillante de deux mille bougies, illuminant le château et le jardin à la française. Diner raffiné romantique, bar à champagne et macarons complètent cette délicieuse soirée hors du temps.
Depuis 2021, le domaine met en scène un nouveau spectacle pour clôturer chacune des soirées aux chandelles : des tableaux pyrotechniques relatent la fête du 17 août 1661 grâce à la lettre écrite par La Fontaine à son ami Maucroix ! Pour l’occasion, André Dussollier prête sa voix à Jean de La Fontaine, transportant les visiteurs 360 ans en arrière, lors de cette soirée si fameuse.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Via Roma, Peintres et photographes de la Neue Pinakothek de Munich

Musée Granet, Aix-en-Provence – Jusqu’au 2 octobre 2022

Le musée Granet consacrera à l’été 2022, en partenariat avec la Neue Pinakothek de Munich, une exposition sur le thème des artistes allemands ayant travaillé à Rome au cours du XIXème siècle. Le prêt exceptionnel consenti par la Neue Pinakothek permettra de faire découvrir au public français ces artistes, peintres et photographes, souvent méconnus. La venue en France d’un tel ensemble issu des collections munichoises est inédite et est rendue possible par la fermeture pour rénovation de la Neue Pinakothek de Munich.

Un dialogue privilégié avec les œuvres de François-Marius Granet sera instauré, donnant à voir au public, en contrepoint, ces mises en perspective, ces différents regards d’artistes portés sur la Ville éternelle et sur l’Italie, sources inépuisables d’inspirations, objets de fascination au-delà des frontières et des cultures. 

La première partie de l’exposition dédiée aux peintures, dont la plupart provient de la collection du roi Louis Ier de Bavière, fondateur de la Neue Pinakothek, se développera au rez-de-chaussée. En quatre volets, elle présentera la richesse et la diversité des styles des peintres à cette époque, du néo-classicisme au romantisme jusqu’aux prémices du réalisme, à travers de magnifiques représentations de paysages, sans omettre les scènes historicisantes, intimistes ou encore les scènes de genre. L’exposition se poursuivra au second étage avec la présentation des photographies de la collection Dietmar Siegert, prises à Rome et ses environs entre les années 1850 et 1870. Elles dialogueront également avec une trentaine d’œuvres graphiques de François-Marius Granet, issues du fonds du musée Granet. 

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Boteh/Beautés cachemire

Musée Provençal du Costume et du Bijou, Grasse – Jusqu’au 2 octobre 2022

Depuis 1997, le Musée Provençal du Costume et du Bijou ouvre ses portes aux voyageurs et aux passionnés dans l’Hôtel de Clapiers-Cabris au cœur de la ville de Grasse. L’année de l’Inde a trouvé naturellement un écho au sein de ce musée et de ses collections.

Boteh/Beautés Cachemire retrace le parcours extraordinaire d’un motif venu des montagnes himalayennes au nord de l’Inde. La mode provençale se passionne dès le début du XIXe siècle pour les étoffes aux motifs orientaux. Les femmes de Grasse, Marseille, Avignon ou Arles vont alors se parer de ces tissus inspirés du cachemire. Les collections de Fragonard incarnent l’héritage provençal de ces tissus imprimés appelés «indiennes» et de l’amour des broderies imitant les boteh de cachemire. Avec l’exposition Boteh/ Beautés Cachemire, nous dévoilerons pour la première fois une centaine de pièces de textiles en miroir aux modèles historiques, seront à admirer: robes, jupon piquée, fichus, étoles et châles, accessoires, carnets d’échantillons, gilets d’homme, robe de chambre…

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Portraits en fleurs, Impressions indiennes de Denis Dailleux

Musée du parfum, Grasse
Jusqu’au 2 octobre 2022

Entre couleurs, fleurs et odeurs, l’Inde se raconte et tisse une iconographie immédiatement reconnaissable. Denis Dailleux, dont l’œuvre a fait l’objet de nombreuses monographies, nous amène en Inde dans deux lieux emblématiques des fleurs : le Tamil Nadu, au sud-est, berceau des plantations de fleurs, et le marché aux fleurs de Calcutta. La trentaine de photographies exposées sont des bouquets de senteurs et de couleurs parfaitement agencés où posent tour à tour hommes et fleurs. Parce que les images de Denis Dailleux suscitent l’envie d’une explosion de senteurs, Fragonard a proposé à Shyamala Maisondieu, parfumeur chez Givaudan, de créer un parfum autour de l’exposition. Fruit d’une rencontre et de discussions entre le photographe et le parfumeur, l’exposition bénéficiera de sa signature olfactive inédite. Les visiteurs seront ainsi plongés dans un univers sensoriel et visuel complet.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Jean-Baptiste Mallet : La route du bonheur

Musée Jean-Honoré Fragonard, Grasse
Jusqu’au 2 octobre 2022

Lorsque le musée Jean-Honoré Fragonard a ouvert ses portes il y a dix ans, Jean-Baptiste Mallet était encore un peintre très confidentiel. Dans la perspective d’une grande exposition monographique, une cinquantaine d’œuvres de l’artiste rejoignent, le temps d’un été, la trentaine d’œuvres déjà exposées dans le musée. Pour la première fois, l’exposition bénéficie du prêt de neuf institutions de renom, qui sont les musées parisiens du Louvre, des Arts décoratifs, Cognacq-Jay et Carnavalet, mais également le château-musée de Dieppe, le musée national du château de Pau, le musée Thomas Henry de Cherbourg, le musée d’Art et d’Histoire de Provence de Grasse et le musée Fabre de Montpellier. Avec ses tableaux à clés pleins de subtilités, riches de messages codés et de contrepèteries picturales, Mallet éveille la curiosité avant de laisser songeur…

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Eugène Leroy. À contre-jour

MUba Eugène Leroy, Tourcoing – Jusqu’au 2 octobre 2022

Du 28 avril au 2 octobre 2022, le MUba Eugène Leroy, musée des beaux-arts de Tourcoing, met à l’honneur l’œuvre d’Eugène Leroy en organisant une exposition labellisée par le ministère de la culture « Exposition d’Intérêt National » intitulée « Eugène Leroy. A contre-jour » qui s’inscrit dans la continuité des deux expositions proposées en 2010 et 2013 suite à la donation de plus de 500 oeuvres de l’artiste.

« Eugène Leroy. A contre-jour » explore les liens entre l’artiste et le milieu culturel du Nord de la France, son riche réseau d’artistes, de galeristes, de conservateurs de musée, de collectionneurs et de mécènes. L’exposition explicitera, à travers les sections et les œuvres présentées, les rencontres, les échanges (et leur réciprocité), les soutiens de l’artiste qui ont sans cesse nourrit ses créations.

L’exposition est conçue en complémentarité et en partenariat avec le Musée d’art moderne (MAM) de Paris qui organise une rétrospective Eugène Leroy du 15 avril au 28 août 2022, qui présentera l’ensemble de la carrière de l’artiste au travers d’un parcours thématique. Pour cette exposition conçue comme un événement international et largement soutenue par le galeriste Michael Werner, l’ambition est de réaffirmer la place majeure que l’œuvre occupe dans l’histoire de l’art du XXe siècle.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Vatel, dans les coulisses de la fête

Domaine de Vaux-le-Vicomte – Jusqu’au 2 octobre 2022

A partir du 23 avril 2022, le château propose à ses visiteurs une immersion dans les cuisines du château, la veille de la fameuse fête du 17 août 1661.
En collaboration avec l’historienne spécialiste de la gastronomie du Grand Siècle, Dominique Michel, le domaine propose aux visiteurs de plonger dans les préparatifs de la célèbre fête donnée à Vaux pour Louis XIV, conçue et orchestrée par Vatel, intendant général de Fouquet.

Pour le repas, la mission confiée par Fouquet à Vatel est d’éblouir le Roi et la Reine Mère. Vatel va donc concevoir un ambigu pour les deux monarques dans une pièce séparée des autres convives ; c’est un buffet-assis sur lequel seront disposés tous les mets du repas, afin que l’effet de surprise et l’éblouissement soient maximums dès l’entrée du Roi dans la pièce.

Les visiteurs assistent, dans les cuisines du château, à la reconstitution de la préparation de cet ambigu par Vatel, qui doit monter des pyramides, harmoniser les couleurs, la vaisselle, les formes, tenir compte des goûts et des préférences de chacun des deux convives royaux. Les visiteurs pourront même goûter l’un des mets de cet ambigu : en 2022, c’est le macaron à l’eau de rose qui sera proposé.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Le Styx, Rivière des Enfers

Domaine de Vaux-le-Vicomte – Jusqu’au 2 octobre 2022

Au cour de la rivière souterraine détournée par André Le Nôtre lors de la création des jardins à la française, ce parcours scénarisé, ludique et interactif s’appuie sur le texte de Jean de La Fontaine « Les amours de Psyché et Cupidon ». Guidés sur le Styx – la Rivière des Enfers et équipés de lampes frontales et de bottes cuissardes, les visiteurs devront surmonter une série d’épreuves d’agilité et de logique…
Une aventure inédite et intense menée par des comédiens professionnels à vivre en famille ou entre amis !

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Toucher le feu. Femmes céramistes au Japon

MNAAG, Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris – Jusqu’au 3 octobre 2022

Depuis six ans, le MNAAG a fait de la création céramique contemporaine féminine au Japon un axe majeur de sa politique d’acquisition, inauguré par l’achat en 2016 d’une première pièce de porcelaine blanche, le vase Zenmai (« fougères ») réalisé par l’artiste Hosono Hitomi.
La céramique japonaise est l’une des plus dynamiques au monde. Le MNAAG a depuis poursuivi l’enrichissement de ses collections dans ce domaine, où la place de l’artiste femme est à la fois singulière et éminente, avec l’acquisition, suivant un axe soutenu par le ministère de la Culture sur la création féminine, de douze œuvres des 20e et 21e siècles. Elles sont présentées avec un ensemble d’autres œuvres japonaises issues des collections du musée.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Raija Jokinen

Regard d’artiste
Chemins du patrimoine en Finistère, Domaine de Trévarez – Jusqu’au 9 octobre 2022

Pour la 11e édition de Regard d’artiste, rendez-vous de l’art contemporain en Bretagne, le Domaine de Trévarez invite l’artiste finlandaise Raija Jokinen.
Inspirée par l’histoire tourmentée du château et la richesse botanique du parc, elle aborde les relations de l’être humain avec la nature en utilisant du lin et du papier. Des œuvres délicates jouant avec notre perception des espaces, des silhouettes organiques empreintes d’une douce mélancoliecomposent un parcours aux écuries, dans le château et le parc.

Formée au tissage et au design textile à l’université d’art et de design d’Aalto en Finlande à la fin des années 1980, Raija Jokinen expose depuis plus de 20 ans ses œuvres dans le monde entier. Reconnue dans le domaine des arts textiles, elle a reçu plusieurs fois des prix dont celui de l’artiste textile finlandaise en 2020. Son matériau de prédilection est la fibre de lin qu’elle teinte et assemble avec de l’amidon de riz, puis qu’elle coud. À la manière d’un peintre, elle dessine des formes en deux dimensions qu’elle expose en suspension dans l’espace, produisant ainsi des effets de transparence et d’ombre.
À Trévarez, Raija Jokinen, touchée par les soins apportés au patrimoine et aux plantes, imagine des personnages hybrides, mi humains, mi végétaux reliés au lieu par un réseau racinaire et sanguin. Une symbiose poétique incitant à renouer avec la nature plutôt que de la détruire.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Déchiffrements

Musée Champollion – Les Écritures du Monde, Figeac
Jusqu’au 9 octobre 2022
Exposition présentée dans le cadre du projet : Eurêka ! Champollion Figeac 2022

Autour de la figure de Champollion, l’exposition s’intéressera aux déchiffreurs afin de comprendre la dynamique intellectuelle, les méthodes de travail et les dispositifs nécessaires pour aborder et tenter de déchiffrer une écriture inconnue. Seront présentés les déchiffrements célèbres mais également ceux d’écritures moins connues ainsi que les travaux en cours concernant les écritures non ou partiellement déchiffrées.
La commissaire de l’exposition, Françoise Briquel-Chatonnet, historienne spécialiste des manuscrits syriaques et de l’épigraphie sémitique, est accompagnée par un comité scientifique prestigieux pour une réalisation inédite à ce jour. Seront présentés des objets directement liés aux travaux des déchiffreurs (documents de travail, courrier, objets étudiés) ainsi que des objets illustrant notamment le bilinguisme culturel indispensable aux travaux autour des écritures.
Une application numérique sera développée pour aider à comprendre le travail de lecture et de repérage des signes permettant l’identification des systèmes d’écriture (nombre de signes différents, bilinguisme, structures linguistiques récurrentes…). L’exposition fera également un point sur les travaux actuels et l’avancée de la recherche.

Avec la manifestation Eurêka ! Champollion Figeac 2022, le projet de célébration du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes souhaite aller au-delà d’un simple hommage à Jean-François Champollion. En proposant un programme ambitieux, étonnant et pluridisciplinaire durant plus de 6 mois, s’adressant à un public large, local et touristique, familial et scientifique, Eurêka ! Champollion Figeac 2022, ambitionne de placer Figeac et le Grand-Figeac au cœur de l’actualité culturelle en 2022.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Le Palais de Monaco : découvrir un patrimoine exceptionnel

Jusqu’au 15 octobre 2022

Après deux ans de fermeture, le Palais de Monaco rouvrira ses portes au public autour de deux événements majeurs : l’exceptionnelle découverte de fresques de la Renaissance italienne, couvrant une surface totale de 600 m2 ; et le réaménagement des Grands Appartements, avec l’accrochage inédit de peintures issues des collections historiques des princes.

Depuis 2015, un chantier initié par S.A.S. le Prince Albert II, inscrit le Palais de Monaco dans le cours de l’histoire de l’art mondiale par l’ampleur des découvertes, mais aussi par le perfectionnement, voire parfois l’invention, d’une méthodologie de restauration durable, respectueuse de l’œuvre et des ressources.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Carte blanche à Yang Jiechang

MNAAG, Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris
Jusqu’au 24 octobre 2022

Pour sa nouvelle carte blanche contemporaine, le Musée national des arts asiatiques – Guimet invite l’artiste chinois Yang Jiechang. Reconnu pour sa maîtrise des arts traditionnels chinois, Yang Jiechang s’illustre dans une multitude de médias : peintures, arts graphiques, installations, vidéos, performances ou sculptures. Son art est imprégné de la calligraphie, de l’esthétique et de la pensée traditionnelles chinoises, qui sont intégrées à un contexte contemporain.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Eurêka ! Champollion Figeac 2022

Figeac & Grand-Figeac – Jusqu’à fin octobre 2022

Le 14 septembre 1822, Jean-François Champollion s’exclamait enfin « Je tiens l’affaire » ! Et quelle affaire, puisqu’il venait de déchiffrer les hiéroglyphes, une écriture oubliée depuis des millénaires. En rendant possible la compréhension de l’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité, Champollion a rejoint le camp des passeurs de connaissance, entre autres chercheurs, scientifiques, ou explorateurs, qui ont découvert l’histoire de l’humanité. 

C’est à cet engagement passionné qu’Eurêka ! vient rendre hommage, au travers d’une programmation culturelle riche, ludique et insolite. Durant six mois, de mai à octobre 2022, c’est tout un territoire qui met en lumière les dernières actualités scientifiques et propose de nouvelles manières de regarder le monde, comme autant d’invitations à la découverte.

Habitants, visiteurs ou touristes de passage, Eurêka ! c’est « l’Affaire à suivre » pour pouvoir se retrouver entre amis, en famille ou entre curieux, et profiter d’une saison culturelle à la fois unique et intemporelle.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Friche de l’Escalette

Architecture Nature Sculpture
Jusqu’au 31 août 2022 + week-end septembre/octobre 2022

La Friche de l’Escalette située à l’orée du Parc National des Calanques de Marseille offre à la visite les vestiges de son patrimoine industriel remarquable pour la septième saison estivale consécutive.
Outre ses architectures légères de Jean Prouvé et sa collection de sculptures modernes et contemporaines qui s’étoffe un peu plus au fil des ans, le cadre monumental de ces ruines accueille cette année les œuvres de trois artistes contemporains partageant une même vision poétique et rafraichissante de la création contemporaine.

Dans les magnifiques espaces à ciel ouvert des anciens ateliers inaugurés la saison passée, le duo de jeunes sculpteurs/céramistes Baptiste & Jaïna présente leurs Formes molles, accumulation de formes biomorphiques se chevauchant, évoquant des coulées d’énormes bulles d’écume ou de lave d’un blanc cristallisé. Par ailleurs, leurs drôles de petits tabourets à « assise tracteur », en terre cuite aux teintes naturelles ocre rouge, jaune, vert ou bleu sont semés de part et d’autre tels des bolets.

Le public de la Friche de l’Escalette avait pu découvrir dès 2016 l’univers poétique de Marjolaine Dégremont avec Touching the sky, immense échelle de branches de buis surgissant d’une profonde fosse témoignant du passé industriel du site. Elle montre cette année ses frêles Cabanes perchées d’une blancheur immaculée, posées de guingois sur des branches filiformes, brouillant la notion d’échelle. Sommes-nous devant des illustrations de contes enfantins, des maquettes architecturales, des abris à oiseaux, des postes de guets ?

Lilian Daubisse sculpte le carton dont il tire des créatures fantastiques et de grands masques primitivistes. Son énorme Bête endormie a trouvé refuge entre les portiques du Pavillon 6×9 de Jean Prouvé envahissant l’espace de la petite maison.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Maison et Jardins Claude Monet, Giverny

Réouverture le 1er avril 2022, jusqu’au 1er novembre 2022

Claude Monet a vécu de 1883 à 1926, soit quarante- trois ans, dans sa maison de Giverny. Passionné par le jardinage autant que par les couleurs, il a conçu son jardin de fleurs et son jardin d’eau comme de véritables œuvres d’art. Aujourd’hui, ce sont plus de 500 000 visiteurs qui viennent du monde entier ressentir cette atmosphère unique. La Maison et les Jardins Claude Monet, Giverny, propriété de l’Académie des Beaux Arts, oeuvre toute l’année avec son équipe de jardiniers pour mettre en valeur les jardins en restant fidèle à la vision du grand peintre.

Direction : M. Hugues R. Gall

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Les Arpenteurs de rêves – Dessins du musée d’Orsay

Palais Lumière, Evian
Jusqu’au 1er novembre 2022

Le musée d’Orsay est riche d’une collection d’environ 55 000 dessins dont plusieurs centaines de carnets et de pastels, dessinés par plus de 6 000 artistes différents. En raison de la fragilité des oeuvres sur papier à la lumière, la majeure partie de ces feuilles est conservée en réserve et accessible au public pour consultation aux cabinets des arts graphiques du musée du Louvre et du musée d’Orsay. Cette collection est à la fois vertigineuse et aléatoire : vertige du nombre, hasard des dons, legs, ventes, des opportunités, des personnalités, des rencontres, de la répartition entre collections nationales, qui permet d’esquisser une histoire de l’art de la période 1848-1914 comparable à un puzzle immense dont il manque toujours des pièces. Les dessins, provenant souvent de l’univers intime des artistes, sont moins connus et moins documentés que les chefs-d’oeuvre exposés. Une exposition hors les murs d’une partie de la collection d’arts graphiques est donc l’occasion de la valoriser et de l’étudier, et de proposer un riche aperçu de la pratique du dessin durant la seconde moitié du XIXe siècle, à travers les aspects variés de ce medium, tant dans les techniques (pastel, fusain, aquarelle, encre, graphite…) que dans les usages (carnets de croquis, projets d’illustrations, belles feuilles de présentation…).

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Fermer cette description

Fernand Léger, la vie à bras-le-corps

Musée Soulages, Rodez
Jusqu’au 6 novembre 2022

L’exposition Fernand Léger, la vie à bras-le-corps propose un ensemble d’œuvres provenant de musées tant français qu’européens, de galeries et de particuliers.
L’idée est de développer un parcours cohérent dans le temps et l’espace sur les thèmes chers à Léger, la ville, le monde du travail, les loisirs, en privilégiant l’efficacité, le visuel, avec des peintures sur toile, des œuvres sur papier, gouaches fusains et encres de Chine, des documents et des films.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Créatures, bestiaires fantastiques de la bande dessinée

Musée des beaux-arts, Calais
Jusqu’au 6 novembre 2022

Avec la volonté de s’ouvrir aux différentes formes d’expression, le Musée des beaux-arts de Calais invite le 9e art. L’exposition plonge le visiteur dans un univers fantastique peuplé d’êtres mystérieux et fabuleux, en associant la bande dessinée à des œuvres de musées et de bibliothèques des Hauts-de-France.
L’exposition Créatures, bestiaires fantastiques en bande dessinée a été conçue et organisée en partenariat avec l’association On a Marché sur La Bulle.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Au bord du monde, vivent nos vertiges

La photographie contemporaine libanaise – Département de la Seine-Maritime, Abbaye de Jumièges
Jusqu’au 6 novembre 2022

L’exposition « Au bord du monde vivent nos vertiges » réunit une sélection de photographes et de vidéastes libanais, dignes représentants de la vivacité du renouveau des écritures photographiques contemporaines de leur pays. Son parcours invite à une lecture sensible qui tente de saisir les problématiques et les enjeux de la représentation dans un contexte de catastrophes et d’effondrement. En filigrane et de manière nécessairement fragmentaire, se dévoilent des questionnements politiques et poétiques où les expériences vécues, les sursauts du réel, les rivages de la fiction cultivent l’élan critique et créateur. Ici s’ouvre et s’éprouve une brèche d’idées résonnantes. Une brèche comme une percée, où se vivent des vertiges, ceux-là qui puisent dans ce qui ne peut être détruit.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

A roof for silence, Hala Wardé

Une itinérance à l’Abbaye de Jumièges – Département de la Seine-Maritime
Jusqu’au 6 novembre 2022

Le département de la Seine-Maritime présentera à l’abbaye de Jumièges, du 15 juin au 20 novembre 2022, le projet A roof for silence, conçu par l’architecte libanaise Hala Wardé. L’installation A roof for silence a été présentée au Pavillon Libanais à la Biennale internationale d’architecture de Venise en 2021. Une partie — un « module » — de l’installation sera présentée au Palais de Tokyo dans le cadre de l’exposition collective Réclamer la terre. L’ensemble de l’installation sera ensuite visible à l’abbaye de Jumièges, pour laquelle Hala Wardé a de plus, conçu un dispositif spécifique en résonance avec ce site patrimonial si inspirant. A Jumièges, l’installation se déploiera ainsi au cœur des ruines de l’abbatiale Notre Dame, dont l’architecture monumentale à ciel ouvert, constitue l’écrin.
Le pavillon central, symboliquement éclaté, découvrira des cercles concentriques où les œuvres d’Etel Adnan Olivéa « Hommage à la déesse de l’olivier », traduites en céramique, prendront place. Etel Adnan, disparue le 14 novembre dernier à Paris, est considérée comme l’une des plus grandes artiste et poétesse américano-libanaise.

Attachée de presse : Maëlys Arnou
maelys@observatoire.fr
+33 7 66 42 12 30
L maëlys-arnou

Fermer cette description

Harmonie des sphères

Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis
Jusqu’au 6 novembre 2022

Dans le cadre de sa politique culturelle, le Département du Nord souhaite offrir aux Nordistes la possibilité de découvrir de nombreux artistes renommés. Le Nord se révèle être une véritable terre artistique où peinture et science ne font parfois qu’un pas. C’est dans ce cadre que le Musée départemental Matisse situé au Cateau-Cambrésis propose une nouvelle exposition intitulée « Harmonies des sphères » où le travail de 3 artistes nordistes, Auguste Herbin, Geneviève Claisse, Jean Dewasne entre en connexion avec celui de Thomas Pesquet, célèbre spationaute.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Polyphone, Polyphonies visuelles et sonores

Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint- Denis
Jusqu’au 7 novembre 2022

Polyphone, Polyphonies visuelles et sonores propose des expériences sensorielles pour penser le monde à travers la rencontre avec des œuvres visuelles et sonores de 14 artistes internationaux.ales qui dévoilent le potentiel poétique et politique de l’écoute. Les installations, performances, dessins, photographies et vidéos présentés sont issues de différents contextes de création, tant historiques — des années 1970 à aujourd’hui — que géographiques — dont l’Allemagne, la France, le Liban, les Etats-Unis, le Japon et l’Afrique du Sud. Ces œuvres questionnent les effets et le pouvoir de voix et de sons pluriels dans la société contemporaine.

Attachée de presse : Jessica Gilles
jessica@observatoire.fr
+33 7 82 28 80 94
L jessica-gilles-1562a7159

Fermer cette description

Afrique. Les religions de l’extase

Chemins du patrimoine en Finistère, Abbaye de Daoulas – Jusqu’au 4 décembre 2022

Pour sa prochaine grande exposition annuelle, l’Abbaye de Daoulas invite le MEG – Musée d’ethnographie de Genève avec « Afrique. Les religions de l’extase ». Cette exposition propose un voyage en Afrique, à la découverte des cultures religieuses de ce continent ; une véritable plongée dans une atmosphère de mysticisme et de découverte de la ferveur des croyants. Fidèle à sa vocation de s’emparer de grandes questions de société, y compris les plus sensibles, l’Abbaye de Daoulas relève le défi en choisissant d’aborder les religions en Afrique, pour en montrer la pluralité des pratiques. Une exposition d’envergure internationale, unique dans la région du Grand Ouest à découvrir à partir du 3 juin.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Cirque !

Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis – Jusqu’au 31 décembre 2022

Depuis le samedi 9 avril 2022, le Musée Matisse vous invite à découvrir leur nouvelle exposition consacrée à l’univers du cirque et à ses traductions plastiques. Les personnages, décors et espaces hauts en couleurs du cirque ont séduit de multiples artistes parmi lesquels, dans leurs collections, Marc Chagall, Fernand Léger, Henri Matisse ou encore Georges Rouault. Par un flamboyant répertoire de lignes sinueuses, de formes et de couleurs puissantes, sur le papier ou sur la toile, ils en ont fixé l’énergie et la souplesse, la force et magie, les jeux d’équilibre, mouvements et émotions. Basée sur les collections du musée et enrichie de documents prêtés par les Archives départementales du Nord, cette exposition sera présentée dans les salles Tériade.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fermer cette description

Lecoanet Hemant. Les orientalistes de la Haute Couture

Cité de la dentelle et de la mode, Calais – Jusqu’au 31 décembre 2022

La Cité de la dentelle et de la mode de Calais propose la première exposition rétrospective consacrée à la maison Lecoanet Hemant et dévoile plus de quarante ans de créations alliant l’art de la couture française à l’esprit de l’Orient. Depuis les premières réalisations de Lecoanet Hemant, en tant que maison de haute couture parisienne, jusqu’aux tenues actuelles de prêt-à-porter conçues en Inde, plus de quatre-vingt silhouettes sont présentées dans une mise en scène graphique et colorée.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L aureliecadot

Fermer cette description

Mathurin Méheut, l’arpenteur de la Bretagne

Musée de Pont-Aven
Jusqu’au 8 janvier 2023

Si la place de Mathurin Méheut (1882-1958) dans l’histoire générale de l’art demande encore à être reconsidérée, il fait figure d’artiste majeur du XXe siècle en Bretagne et a tracé une voie artistique personnelle et originale tout au long de sa vie. Il s’est ainsi attaché à mettre en lumière la société bretonne travailleuse et pieuse de la première moitié du XXe siècle. Sa création est foisonnante tant par la quantité d’œuvres produites que par la diversité des techniques expérimentées. Le Musée de Pont-Aven souhaite faire redécouvrir cet artiste amoureux de la Bretagne à travers la présentation d’œuvres emblématiques mais aussi d’œuvres inédites émanant de collections publiques et de collections privées. Cette exposition fait partie de « L’été Méheut en Bretagne » avec l’ouverture du nouveau Musée Mathurin Méheut à Lamballe en juin 2022.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Magique

Musée des Confluences, Lyon – Jusqu’au 5 mars 2023

Une forêt de conte de fées, un chapeau de sorcière, un spectacle de prestidigitation, de la magie noire… les images surgissant à la simple évocation du mot « magie » sont nombreuses et variées. Au cours de sa longue histoire, ici ou ailleurs, la magie se révèle ainsi ambivalente, oscillant entre croyances et savoirs, entre intention bénéfique ou maléfique, entre le secret et le spectaculaire.

Conçue en deux actes, cette exposition est une coproduction du musée des Confluences et du muséum de Toulouse.
Tout au long de l’année 2021, l’acte 1, Magies-Sorcelleries, abordait à Toulouse la magie sous l’angle des savoirs scientifiques et des savoirs occultes.

Au musée des Confluences, l’acte 2 ambitionne d’explorer le rapport des sociétés à la magie comme fait social, à la fois intemporel et universel. La scénographie convie le public à cheminer dans une étrange forêt et le mobilier s’inspire des figures géométriques symboliques de la magie.

Grâce à la présentation de quelque 450 objets, spécimens de sciences naturelles, pièces archéologiques et ethnographiques, mais aussi de dispositifs surprenants, les visiteurs pourront ainsi éprouver combien la magie vise à changer le cours ordinaire des événements tout en leur donnant du sens.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67

Fermer cette description

Secrets de la Terre

Musée des Confluences, Lyon
Jusqu’au 22 octobre 2023

L’exposition invite les visiteurs à pénétrer dans les profondeurs de la Terre pour y découvrir les richesses minérales de la planète.
Dialoguant entre l’histoire des civilisations et celle, bien plus ancienne, de la formation des minéraux, elle met en évidence leurs propriétés physiques et chimiques et leurs utilisations à travers les âges, depuis la Préhistoire. La pierre sert à la construction des outils et des habitats, les métaux à la fabrication des armes, des monnaies, puis des machines, les roches, comme le charbon, à la production de l’énergie, les terres, minerais et sels à l’alimentation de l’industrie. L’exploitation intensive de ces ressources, jusqu’à leur raréfaction, pousse aujourd’hui nos prospections toujours plus profondément sous terre. Et bien que les missions d’exploration martiennes aient essentiellement pour but de nous apporter une meilleure connaissance des processus géologiques en œuvre dans sa constitution, certaines entreprises rêvent déjà d’exploiter un jour la planète rouge.
Avec près de 8 000 échantillons de minéraux, 525 gemmes et 2 500 spécimens de roches, le musée des Confluences conserve une des grandes collections publiques de minéralogie.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L vanessa-leroy-4b36bb67