VIDEOSURVEILLANCE. Sur-prise du visible

Lavoir Numérique, Gentilly – Rentrée 2021

La surveillance, depuis le panoptique à la fin du XVIIIème siècle, n’a cessé de s’étendre, de s’immiscer, à l’instar de l’électricité, de la photographie et de la mondialisation. L’exposition en présente donc une sélection qui pose des sorties de régime et de nouveaux récits. Chercher à identifier les visages dans les nuages, empêcher les technocrates de miser sur le Plan et la Machine pour réguler nos villes et nos vies avec les dernières technologies de contrôle social, guetter les météorites qui déchirent le ciel, fabuler sur la vie des humains dans un monde où l’automatisation a été fantasmée jusqu’à ses extrêmes, interroger le désir au cœur de la vidéo-surveillance et de la relation de pouvoir entre surveillé/e/s et surveillant/e/s, prendre en compte l’impact des dispositifs de vidéosurveillance sur les perceptions et vies non-humaines, étudier les tactiques d’anonymisation, de non-traçabilité, d’invisibilité et de cryptage utilisées pour lutter contre les dictatures politiques et technologiques, devenir caméléon en creusant les contradictions entre le port du masque et la reconnaissance faciale, faire monde et société qui font sens face au cynisme du solutionnisme technologique morbide, effeuiller les ancolies en comptant les jours du lycée, s’esclaffer devant une compilation d’images de surveillance de braquages scandée de slogans publicitaires, s’embarquer dans une dérive musico-poétique sur la surveillance de la surveillance de.s masse.s prises en panoptech’… Autant de points de vue, de détournements, de formes d’expressions et de dissonances face aux dispositifs de vidéosurveillance proposées dans cette exposition collective rassemblant photographies, projections et installations.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 6 13 03 39 07
L margot-spanneut-363648153